Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Devin Townsend Project, Celestial Season, The Gentle Storm
- Style + Membre : The Gathering
 

 Site Officiel (126)
 Page Facebook (416)
 Chaine Youtube (131)

Anneke VAN GIERSBERGEN - Air ( Agua De Annique ) (2007)
Par WËN le 3 Février 2015          Consultée 2908 fois

Quant à savoir si, en tant qu'artiste solo, Anneke Van Giersbergen (l'emblématique et charmante ex-chanteuse de The GATHERING) détient une quelconque légitimité sur Nightfall In Metal Earth, la réponse la plus évidente devrait être la négative tant cette récente facette de la carrière de la miss tend à s'inscrire dans un créneau bien plus Rock/Pop que Metal. Certaines formations, de par leur style, leurs accointances, peuvent occasionnellement faire débat au sein de la team concernant leur intégration (ou non) à notre base de données de brutes épaisses, mais clairement ici, l'éventualité ne devait, de tout évidence, n'être que peu de mise.

Néanmoins… Vous le savez… La chair est faible et nous, chroniqueurs, apprécions de parfois nous détendre en nous réservant quelques petites douceurs, le temps d'une pause. Et, pour ne rien vous cacher, c'est résolument le cas ici. Cependant, ce ne sont pas les arguments qui manqueront afin de plaider en faveur de ce petit plaisir coupable puisque, déjà, la Néerlandaise, au gré de ses diverses collaborations/featurings, aura toujours su garder une bottine au sein la scène Metal (comme le futur nous le prouvera). De plus, rappelons-nous également que d'autres projets parallèles, pas foncièrement 'Metal', d'artistes amplement reconnus ont déjà été décortiqués en nos colonnes (entres autres, l'AMBEON de A.A. Lucassen et le CASUALTIES OF COOL du sieur Devin Townsend, plus récemment). Enfin, pour terminer… Oh, et puis merde : depuis ses débuts chez The GATHERING (éternel explorateur et pionnier du Doom Metal moderne à chant féminin) en 95, la vocaliste a mine de rien accumulé un sacré background et a su s'imposer comme figure de proue d'une génération de chanteuses. Et l'ignorer serait, au final, ne pas lui rendre justice.

Depuis ce "Home" (The GATHERING, 2006) en demi-teinte, enregistré sous l'insistance de ses collègues de l'époque où la miss ne brillait d'ailleurs qu'en de rares occasions et qui plus est sans cette passion caractéristique qui l'anime d'ordinaire, Anneke avouait ne plus se retrouver dans la musique du combo et ne cachait déjà plus guère ses velléités d'émancipation (malgré une tournée couronnée de succès, comme en témoigne le DVD live "A Noise Severe", 2007). Et alors que, en ce fatidique mois de juin, l'Assemblée batave publiait un communiqué annonçant le choix de leur charismatique interprète d'arrêter ici leur collaboration et que de nombreux fans (dont moi), abasourdis par la nouvelle, pleuraient, impuissants, toutes les larmes de leur corps (tant d'émotions dans une seule chronique !), AVG nous prévenait dans la foulée qu'elle ne comptait en aucun cas mettre fin à sa carrière, mais juste proposer à sa petite cour d'aficionados, via ce AGUA DE ANNIQUE (ou officie d'ailleurs Rob Snijders (ex-CELESTIAL SEASONS), son mari de batteur), quelque chose de différent et de plus personnel, un univers dans lequel elle s'y retrouverait davantage. Alors, prêt, pour une petite virée en apesanteur ?

'En apesanteur', c'est bien le terme. Et bien difficile s'avèrera la tâche de trouver un qualificatif plus adéquat à ce que va nous proposer ici notre adorable hôtesse. Il faut dire que, sur ce "Air", du titre au livret, en passant par les photos promo, tout, absolument tout, nous prépare à un vol douillet et confortable. Et à peine pénétré le duveté habitacle, l’envoûtant "Beautiful One" d'accueil ne tardera guère à venir confirmer cette impression de départ, nous invitant déjà au voyage, via ce patenté trip poppy. Mais un périple tout en douceur et sans heurt, idéal pour nous maintenir dans un état oiseux et semi-conscient le temps de la cinquantaine de minutes que durera ce vol cotonneux. "Yalin", Day After Yesterday", "Take Care Of Me" sont ainsi de belles chansons au spleen inhérent et dont l'ambiance intimiste intelligemment distillée par, là, un piano voluptueux, là, une trompette onirique, ne vous aideront pas à émerger de sous la couette.

Dorénavant libre de voler de ses propres ailes, la chanteuse en profite évidemment pour varier les expériences et les tempi au gré de quelques tempérées accélérations plus Rock (les très bons finaux de "Trail Of Grief" et de "Lost And Found") même si la machine ne s'emballera réellement qu'en de rares occasions ("Witnesses", ou encore "You Are Nice!" qui, par son riff catchy, paraîtrait presque hors-propos). Quelques prévisibles mais néanmoins bien menés duos ("Lost And Found" en compagnie de Kristin Fjelltseth de PALE FOREST - une belle voix, elle aussi – et "Ice Water") viennent également émailler le disque, parvenant à apporter, le hublot entrouvert, une légère brise vivifiante. Et afin de coller au mieux au cahier des charges, c'est à "Come Wander With Me" qu'échoira le rôle de la reprise de rigueur. Un hommage à fleur de peau, assez fidèle à la version d'origine chantée par Bonnie BEECHER qui, de base, nécessite déjà un sacré exercice d'interprétation et livrée ici sans fard ni autre artifice que ce si cristallin timbre dont seule AVG à le secret et dont, avouons-le, nous sommes si friands.

Elle qui annonçait vouloir du changement, cet univers personnel mais encore fragile qu'elle nous brode, prouve que la miss a en tout cas de bien jolies choses à nous faire partager. Et en cela, nous constaterons donc que son pari est partiellement réussi. Partiellement, seulement car force est de constater que, musicalement, les titres que AGUA DE ANNIQUE nous propose, à l'instar de ces très bons "Ice Water" ou de "Sunken Soldiers Ball" (bien que composée par Kristin Fjelltseth, encore elle), ne manqueront parfois pas, dans la forme, de se rapprocher des compositions les plus Rock/Pop de The GATHERING, avec les albums "If_Then_Else" et "Souvenirs" en ligne de mire, évoqués ici par quelques effets de production (parfois éthérée, parsemée de quelques très légers gimmicks Trip Hop) ou certaines instrumentations familières (piano grave, arrangements à cordes, Tim Conroy (GIANT SQUID) et sa trompette). Assidus archéomélomanes, nous pourrions même creuser jusqu'à "How To Measure A Planet?", voire plus profond encore, notamment pour quelques accointances avec certaines des compos qu'elle avait pu proposer à son ancien groupe ("My Electricity", "Locked Away", voire même "Shrink"). Comme quoi, on ne se refait jamais totalement.

Et puis, même en tentant de faire abstraction du passé…. Cette voix ne trompera personne ! Anneke est ici sublime. Oui, ces lignes vocales, dans l'ensemble, s'avèreront beaucoup moins amples et voluptueuses que ce qu'elle a pu proposer par le passé (quoique, en tendant consciencieusement l'oreille)... Les compositions proposées ici, plus simples, c'est un fait, mais non pas dénuées de beauté pour autant, se prêtent d'ailleurs plus rarement à de quelconques débordements vocaux. N'espérez donc pas trop y déceler des accointances avec ses premières prestations vocales pour les réalisations de la formation néerlandaise : nous ne sommes définitivement pas chez The GATHERING ici, mais ça, l'auditeur averti doit logiquement savoir à quoi s'en tenir au moment d'aborder ce disque.

Mais même si ce "Air" s'avère très agréable et de bonne facture, il demeure que - connaissant les prédispositions vocales de AVG, à mon goût l'une des plus talentueuses chanteuses de sa génération et sans doute l'une des plus adorables aussi - nous ne pourrons que rester (un peu) sur notre faim puisque, justement, habitués que nous sommes à ces envoûtantes et transcendantes vocalises passées, nous ne retrouverons que très rarement sur ce "Air" ces éclats magiques, à la limite de la brisure, qui ont pu faire chavirer nos fragiles petits cœurs et que sans doute, nous attendions trop. Le timbre, toujours au top, reste le même certes, mais il manque cette petite dose de féerie qui a pu faire la différence il y a quelques années. Et c'est au final le seul bémol que nous pourrons adresser à cet honnête premier jet solo, tant nous savons la miss capable, sans se forcer, de nous émoustiller davantage.

A lire aussi en POP ROCK / METAL par WËN :


The GATHERING
Disclosure (2012)
Retour en grâce !




The DEVIL'S BLOOD
The Thousandfold Epicentre (2011)
The heavens cry out (for the devil's blood)


Marquez et partagez




 
   WËN

 
  N/A



- Anneke Van Giersbergen (chant, piano)
- Joris Dirks (guitare, chœurs)
- Jacques De Haard (basse)
- Rob Snijders (batterie, chœurs)
- Kristin Fjelltseth (invité - chant)
- Tim Conroy (invité - trompette)


1. Beautiful One
2. Witnesses
3. Yalin
4. Day After Yesterday
5. My Girl
6. Take Care Of Me
7. Ice Water
8. You Are Nice!
9. Trail Of Grief
10. Come Wander With Me
11. Sunken Soldiers Ball
12. Lost And Found
13. Asleep



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod