Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : SortilÈge, Yngwie Malmsteen, Stratovarius, Pyramaze, Manticora, Pretty Maids, Helloween, Vanden Plas
- Membre : Killers
- Style + Membre : Jumper Lace
 

 Site Officiel (455)
 Myspace (415)

MANIGANCE - Volte-face (2014)
Par JEFF KANJI le 15 Novembre 2014          Consultée 2964 fois

MANIGANCE avait bien pris son temps pour délivrer le successeur de "L’Ombre Et La Lumière". Les membres avaient été assez sobres dans leurs explications, mais cette fois on comprend mieux que l’entente n’était plus des meilleures au sein du combo béarnais. Ce sont ainsi deux pièces maîtresses qui ont quitté le navire entre 2012 et 2013, d’abord le batteur Daniel Pouylau, puis le fidèle Marc Duffau présent depuis 1996. Et c’est, ironie du sort, Stéphane Lacoude, le bassiste originel, qui avait fondé le groupe avec Bruno Ramos, François Merle et Didier Delsaux qui reprend son poste au moment d’attaquer ce cinquième opus studio. Le temps de trouver un remplaçant derrière les fûts avec Guillaume Rodriguez, et voilà nos six lascars de nouveau au charbon.

"Volte-Face" est sans doute l’album qui marque le plus la différence avec ses prédécesseurs, même si d’un côté il peut paraître assez proche de l’album "D’Un Autre Sang", sans la facette Speed. En effet, le côté PRETTY MAIDS du groupe se voit grandement renforcé par le recours ultra majoritaire au mid-tempo et à un riffing assez old school par rapport à ce que le groupe avait pour habitude de pratiquer jusqu’alors. De plus l’accent est plus que jamais mis sur les mélodies vocales et le groove, comme le trompeur mais accrocheur "Leader", qui après son intro speed dévoile un couplet mid-tempo assorti d’un riff de guitare en bourdon, tout juste ornementé de clavier et débouchant sur un refrain hymnique, donnant sans doute l’un des nouveaux classiques du répertoire de MANIGANCE. Toutefois, on ne peut que regretter que la flamme ne soit pas portée plus loin, surtout pas par ce solo bien exécuté mais un peu traditionnel, comparé à ce que la paire Merle/Ramos a su proposer par le passé.

Au rang des mid-tempi qui fonctionnent pas mal on a donc "Leader", "Le Côté Sombre", et "Parjure" qui ressemble à s’y méprendre au "Mercenaire" de l’opus précédent "Récidive". Ce sont essentiellement les mélodies de Didier Delsaux qui permettent aux titres de se démarquer d’un "Volte-Face" plus direct qu’à l’accoutumée même si on trouve encore des passages plus posés et travaillés du point de vue des ambiances et du feeling, comme on en trouvait beaucoup sur "L’Ombre Et La Lumière".

Hélas, je dois bien reconnaître que la facette Power du groupe, complètement occultée ici, me manque. En effet ce Heavy arrangé, malgré des riffs toujours recherchés, se fait moins accrocheur et génial lorsque la section rythmique Pouylau/Duffau ne la propulse pas. Si la nouvelle paire possède sans aucun doute un arsenal plus étoffé (à l’image du jeu souvent assez fin de Guillaume Rodriguez), elle est desservie par des guitares moins originales que d’ordinaire et des compositions un peu moins inspirées que d’ordinaire. Cette reprise personnalisée du "Say It Ain’t So" de Murray HEAD (béarnais d’adoption), mêlant langue de Shakespeare et de Molière ne s’avère pas non plus magique comme l’a été en son temps celle du "Vivre Ou Survivre" de Daniel BALAVOINE, et ce malgré un choix d’arrangement réussi mêlant guitare acoustique et électrique.

MANIGANCE n’a pour autant pas sorti un album moyen, faut pas exagérer et le groupe a encore parfois de belles cartouches (l’éponyme "Volte-Face", "Leader", "Ultime Atome") mais marque une baisse de niveau par rapport à sa discographie passée. S’il a troqué le Speed pour la finesse, MANIGANCE ne doit pas oublier qu’il maniait encore les deux avec un talent égal, dans une musique personnelle qui n’a rien à envier aux géants médiatiques, il n’y a pas si longtemps. Gérer des changements de personnel de cette ampleur a sans doute perturbé la composition de "Volte-Face" qui porte au final bien son nom, le groupe prenant le risque de se montrer sous un jour différent, tout en restant instantanément identifiable.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ARIA
Armageddon (2006)
ARIA retrouve les sommets




ARIA
Through All Times (2014)
ARIA retrouve toute sa verve


Marquez et partagez



Par JEFF KANJI




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Didier Delsaux (chant)
- François Merle (guitare)
- Bruno Ramos (guitare)
- Jean Lahargue (claviers)
- Stéphane Lacoude (basse)
- Guillaume Rodriguez (batterie)
- Stéphan Forté (guitare lead sur 3)
- Olivier Lapauze (guitare lead sur 7)


1. Pur Sang
2. Leader
3. Le Côté Sombre
4. Apparence
5. Volte-face
6. Ultime Atome
7. Sans Relâche
8. Planeta Zemlya
9. Say It Ain’t So (cover Murray Head)
10. Le Mirage
11. Parjure
- bonus Japonais
12. Seule



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod