Recherche avancée       Liste groupes



      
SYMPHONIC DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Exivious, Pestilence, Brainstorm, Sons Of Seasons, Firewind, Metalium, Sun Caged, Delain, Prostitute Disfigurement, Hdk, God Dethroned, After Forever, Stream Of Passion, Epica, Dark Horse | White Horse
- Style + Membre : Obscura
 

 Site Officiel (1189)
 Chaîne Youtube (1239)
 Myspace (609)

MAYAN - Antagonise (2014)
Par JEFF KANJI le 22 Juin 2014          Consultée 3483 fois

Quand Mark Jansen a annoncé démarrer un side-project, à tendance Death Metal Symphonique, on aurait pu se dire que les répercussions sur la musique d’EPICA allaient ôter le surplus d’agressivité observé depuis l’arrivée des deux ex-GOD DETHRONED au sein de la formation Metal Symphonique ou encore sur le bonus de "Design Your Universe" ("Incentive") qui marquait un regain net d’agressivité avec ses vocaux death mettant Simone Simons au rencart. De fait, "Requiem For The Indifferent" a surtout montré que l’écriture se faisait plus collégiale chez EPICA et que l’adoucissement n’était pas à l’ordre du jour, pour un opus au final accusant les mêmes défauts que le premier MAYAN, à savoir un trop-plein de riffs et de notes.

Mais n’oublions pas qu’il n’y a pas que Mark Jansen derrière MAYAN mais aussi Jack Driessen et Frank Schiphorst. C’est ce triumvirat qui fait de MAYAN ce qu’il est, à savoir une formation Death Metal Symphonique qui pratique sa propre musique. En cela, le deuxième opus des Hollandais - "Antagonise" - débaroule dans les bacs aux dernières heures de janvier 2014, et constitue une suite logique qui atteste bien de la pérennité du projet.

D’ailleurs, si le line-up est encore pléthorique, il tend à dessiner les contours d'une formation récurrente. Ainsi, Henning Basse et Laura Macrì viennent constituer un noyau dur de vocalistes, et si Floor Jansen apparaît encore une fois, c’est en tant que guest sur deux morceaux, laissant la place à la nouvelle venue Marcela Bovio, qui fera un malheur en live, développant des ressources vocales qu’on ne lui soupçonnait pas nécessairement avec STREAM OF PASSION. En outre Ariën Van Wessenbeek, sans doute trop heureux de pouvoir bourriner un peu, reste en place, mais Simone Simons et Isaac Delahaye ont cédé la place, contribuant à détacher identitairement MAYAN d’EPICA, même si pour le coup Rob Van Der Loo (le nouveau bassiste d’EPICA) vient combler le départ de Jeroen Paul Thesseling.

Ainsi Franck Schiphorst, le maître à riffer a tout enregistré, et les guitares sont pour le moins nerveuses et bavardes sur ce second opus. Le riff principal de "Bloodline Forfeit", les enchevêtrements techniques de "Capital Punishment" ou encore la structure à tiroirs du monumental "Human Sacrifice" viennent assommer l’auditeur, bien aidées dans leur tâche par une batterie toujours puissante et qui sait blaster quand il le faut ou écraser le spectre sonore avec sa double grosse caisse.

Il est d’ailleurs dommage que l’introduction "Descry" n’ait pas été incluse à l’édition régulière de l’album tant celle-ci avec ses orchestrations bien tournées donne le ton avec puissance et classe. Les orchestrations sont plus poussées que sur "Quarterpast", pas dans le sens où elles sont plus imposantes, mais elles sont mieux arrangées et habilement contrebalancées par les claviers de Jack Driessen, qui est mis en valeur de bien meilleure façon que sur le premier opus, nous régalant de soli de clavier mélodiques du plus bel effet. La production est une nouvelle fois puissante, grasse, et la basse jouit d’un traitement favorable qui rend les guitares encore plus lourdes.

Les compos sont une nouvelle fois percutantes, et Mark Jansen vocifère comme un beau diable. On peut féliciter le beau gosse d’avoir gardé les éléments les plus réussis du précédent effort, en particulier des excellents "Mainstay Of Society" et "Bite The Bullet", car si la technique et l’agressivité sont de mise quasi permanente, les morceaux respirent et la débauche de brutalité est contrebalancée par une mélodicité de tous les instants et surtout des harmonies un peu plus recherchées que par le passé. Il faut dire qu’entre les riffs à la OBSCURA de "Bloodline Forfeit" ou encore cette alternance tenues d’accords soutenant le chant magistral de Henning Basse et riffs Death old school dans la plus pure tradition des rejetons nationaux, PESTILENCE en tête, MAYAN dose parfaitement sa formule même si là encore il pêche par excès. Comme sur son premier opus, les morceaux aux thématiques fortes ou aux développements progressifs sont parfois difficiles à digérer et à apprécier dans leur globalité même après des écoutes approfondies… Et l’on se régale du coup une nouvelle fois de cet instant de délicatesse entre Isaac Delahaye et Laura Macrì sur "Insano" où la belle nous emporte à nouveau.

Reste toutefois une exception et pas des moindres : "Human Sacrifice".
Ce mastodonte de huit minutes, c’est la quintessence de ce qu’est MAYAN ; le morceau à écouter pour découvrir et comprendre le groupe. Là-dessus, Mark et ses sbires se sont défoncés pour nous livrer une perle de riffing et de majesté qui prend encore plus d’ampleur en live. Doté de brûlots efficaces ("Bloodline Forfeit", "Burn Your Witches", "Capital Punishment"), "Antagonise" constitue une bonne surprise pour un groupe au style particulier qui parvient à faire progresser son Metal… mais pas sur toute la longueur de l’album.

Note réelle 3,5/5 du coup.

A lire aussi en DEATH METAL par JEFF KANJI :


HYPOCRISY
Hell Over Sofia: 20 Years Of Chaos And Confusion (2011)
La guerre des mondes

(+ 1 kro-express)



MAYAN
Dhyana (2018)
Death, symphonie impérieuse & écriture vénitienne


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Laura Macrì (chant soprano)
- Henning Basse (chant)
- Rob Van Der Loo (basse)
- Jack Driessen (claviers, orchestration, screams)
- Frank Schiphorst (guitare)
- Mark Jansen (orchestration, grunts, screams)
- Ariën Van Weesenbeek (batterie, grunts)
- Floor Jansen (chant sur 3,4)
- Marcela Bovio (chant sur 2,7,9)
- Dimitris Katsoulis (violon)
- Isaac Delahaye (guitare acoustique sur 8)


1. Descry
2. Bloodline Forfeit
3. Burn Your Witches
4. Redemption – The Democracy Illusion
5. Paladins Of Deceit – National Security Extremism P
6. Lone Wolf
7. Devil In Disguise
8. Insano
9. Human Sacrifice
10. Enemies Of Freedom
11. Capital Punishment
12. Faceless Spies – National Security Extremism Part
13. Sinner’s Last Retreat (deed Of Awakening)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod