Recherche avancée       Liste groupes



      
PAGAN BLACK ORIENTAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Facebook (330)
 Site Officiel (193)

AL NAMROOD - Kitab Al Awthan (2012)
Par MORNECIME le 23 Mai 2014          Consultée 1046 fois

-Si je te dis, Black, Arabie Saoudite, et Metal, à quoi tu penses ?
-Ben je te dis que t'es un putain de raciste, et que Mittal n'est pas Saoudien, mais bien Indien.
-N’importe quoi... Bon, je recommence. Si je te dis Black Metal Saoudien, à quoi tu penses ?

"Kitab Al Awthan", où le Livre du Polythéisme. Voilà le titre choisi par AL NAMROOD pour leur troisième offrande à Al Quaum, le dieu de la guerre, Amm le dieu de la lune, ou encore Hubal, le chef du panthéon pré-arabique. Car le trio de Khobar, en Arabie Saoudite, a choisi de s'éloigner du monothéisme, et notamment l'islam, majoritaire dans leur pays, pour s’intéresser à leur propre mythologie antique, aux esprits, aux djinns et autres éfrits. Pas très surprenant, lorsque l'on sait que Nimrod, en arabe, signifie : « se rebeller », pas plus surprenant, que lorsque l'on sait la défiance et le comportement hérétique du personnage Biblique. Bien loin des standards habituels, AL NAMROOD joue ici du Pagan Black.

La musique jouée par le trio saoudien est un Black Métal agressif, agrémenté d'un panel d'instruments moyen-orientaux, venant apporter une touche surprenante, voire rafraîchissante dans le monde du Black Metal dominé par les influences norroises ou celtiques. Les riffs sont souvent inspirés par le folklore moyen-oriental, et sonnent très typés, impression renforcée par le clavier qui vient appuyer ces thèmes.

Le Black Metal en lui même est assez classique, bien qu'assez lent et avare en blasts, il reste agressif, efficace, mais mêlant toujours ces mélodies typées moyen-orientales, apportant un aspect très mélodique à la musique du groupe. La voix est assez gutturale mais agréable, apportant de la haine et un certain ton monocorde qui convient bien à l'ensemble. La batterie sonne malheureusement trop "vide", aussi bien au niveau de la production, qu'au niveau des rythmiques. Mais le mélange est assez agréable, original et rafraîchissant.

Oui mais voilà. "Kitab Al Awthan" lasse. Peut-être est-ce dû à ces mélodies, trop mises en avant, trop répétitives. Elle viennent souvent envelopper toute la musique, laissant le côté Black Metal derrière, laissant la rage, la haine des musiciens de côté, affichant son côté moyen oriental d'une manière peut-être un peu trop provocante, en jouant pour faire oublier la faiblesse de certaines compositions. Car l'ensemble est très voire trop homogène. Le côté exotique de prime abord rafraîchissant, devient un fardeau au bout de plusieurs écoutes, tant on a l'impression que les morceaux se ressemblent, se mélangent, et aucun ne sort distinctement du lot.

Ou peut-être que la lassitude est due à sa trop faible (ou grande!) grandiloquence. Lorsque l'on écoute "Mirath Al Shar", qui fait office d'intro à l'album, ou "Wa Ma Kan Lil Sufha'a Enitsar", qui fait office de simili-outro, on est frappé par l’atmosphère épique et emphatique que le groupe veut dégager. Malheureusement, cette atmosphère est assez peu utilisée sur le reste de l'album, où l'on retrouve une atmosphère bien plus folklorique, et l'on s'éloigne grandement du prélude guerrier qui ouvre ce disque. Il est un peu décevant de voir une frontière aussi nette entre ces morceaux et le reste de l'album, et en forçant leur place, des cassures se forment dans un ensemble particulièrement homogène. Et puis, où sont passées l'ambition et l'arrogance de Nimrod, de construire la plus haute tour du monde, une tour qui monterait jusqu'au ciel, pour défier Dieu ?

Où peut-être que cet ennui est enfin dû au manque d'aridité que l'on ressent lorsque l'on écoute "Kitab Al Awthan". Une production plus sèche, une batterie moins creuse, et des morceaux plus violents, surtout au niveau des rythmiques, auraient mieux convenu aux mélodies développées par le groupe. La musique ne transporte pas assez au milieu du désert brûlant, la peau rongée par le Khamsin, écrasé par la chaleur, violenté par les éléments. Il manque cette rage de l'hérétique, cette volonté de concurrencer Dieu, et de l'abattre au pied de son trône !

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MORNECIME :


DEAD CROWN
The Warrior's Way (2014)
Le regard perdu dans la tempête




HERMÒÐR
Vinter (2014)
L'avatar de l'hiver


Marquez et partagez




 
   MORNECIME

 
  N/A



- Mudamer (voix)
- Mephisto (guitare, basse)
- Ostron (clavier)


1. Mirath Al Shar
2. Min Trab Al Jahel
3. Hayat Al Khlood
4. Ashab Al Aika
5. Al Quam, Hakem Al Huroob
6. Kiram Al Mataia
7. Ez Al Mulook
8. Bani La'em
9. Wa Ma Kan Lil Sufha Entisar



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod