Recherche avancée       Liste groupes



      
LOUNGE BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (21)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Immortal, Cobalt
- Membre : Aura Noir, 1349, Thorns
 

 Myspace Officiel (493)
 Site Officiel (68)

SATYRICON - Satyricon (2013)
Par ZODD le 27 Septembre 2013          Consultée 5392 fois

SATYRICON : L’opportuniste.
Ce duo norvégien formé au début des années 90 profitera comme personne de la naissance d’une scène Black Metal vaste et de sa grande exposition médiatique. Le groupe sera reconnu comme le pionnier d’une tendance (le Black médiéval) qu’il n’a fait qu’emprunter à BURZUM ou à TORMENTOR et dans laquelle il se fera très vite dépasser (par OSCULUM INFAME pour n’en citer qu’un). Rencontrant un succès bien anticipé, le groupe aura toujours su adoucir sa musique et ses propos (je dois être le dernier à bien vouloir me souvenir des petits "Zieg Heil" anti immigrés cachés ça et là dans les interviews de SATYRICON) pour rentrer dans un carcan plus accessible et plus vendeur.

SATYRICON : Génération Has-been.
Honteusement considéré comme un pionnier du genre, le groupe aura avec tous ses copains norvégiens éclipsé des centaines d’autres groupes en érigeant le Black nordique comme la référence suprême du genre (les Grecs, les Belges, les Canadiens, les Brésiliens, les Japonais, les Singapouriens et le reste : à la poubelle !). Aujourd’hui tous ces groupes scandinaves vivent en rock star sur leur seule réputation, alternant leurs sorties entre ratage complet et œuvres pseudo-expérimentales. Il ne reste pour ainsi dire aucun vieux groupes norvégiens à encore valoir quelque chose.
Messieurs les vikings, excusez-moi du peu mais VOTRE CULTE EST MORT (peu importe ce qu’en dise le titre volé du douzième album de DARKTHRONE).

SATYRICON : Le Nouvel Album.
50 minutes de riffs qu’on croirait sorti du pire album de XASTHUR, cet album étrangement éponyme (il ne semble y avoir aucune véritable signification derrière ce choix) voudrait jouer la carte de la maîtrise et du contrôle mais retombe à chaque fois par sa médiocrité dans un lamentable pilotage automatique. Les consonances rock et sa production en cellophane font de cet album le plus radiophonique du groupe, en honneur à ses deux labels de bisounours. On peut facilement imaginer des titres comme "Ageless Northern Spirit" ou "Nekrohaven" passer dans tous les dance-clubs branchés un peu dark. J’en ai le slip tout collant rien que de penser au nombre de petites gothiques obèses que je vais pouvoir ramener dans mon pieu grâce à ce nouvel opus (le seul point fort de l’album ?).

La performance des deux musiciens est pour ainsi dire inexistante, aucun effort n’a été fait et n’importe quel musicien lambda pourrait se cacher derrière cette musique si impersonnelle. La voix de Satyr a depuis bien longtemps perdu tout son cachet Black Metal et les effets qu’il ajoute à son phrasé semble tout droit sorti d'un supermarché discount. On a déjà parlé des riffs, à mi-chemin entre le rock mainstream et la macarena. La batterie de Frost atteint ici un nouveau sommet de platitude, probablement les lignes les moins bandantes de toute la carrière du groupe. Avec Frost, la batterie Metal est désormais reléguée à un simple instrument d'accompagnement. Bravo l’équipe, joli tour de force... On ne se refait pas, les deux ratés se complaisent aussi du guest star d’une petite vedette rock hispter norvégienne pour le titre faussement original "Phoenix" : coming-out officiel du groupe.

SATYRICON : Le Verdict.
Au-delà du dernier morceau qui cache dans ses 7 minutes quelques moments potables, l’album se révèle tout simplement passable, insipide et sans ambition, ce qui est inacceptable pour un groupe aussi vendeur. Le minimum syndical de talent a été mis dans cet album pour qu’il puisse plaire aux ados et faire peur aux mamies. Acte commercial d’une lâcheté sans nom, ce nouvel album est la version easy-listening du Black Metal : un truc calme qu’on fout dans les ascenseurs pour justifier qu’on a commandé le modèle avec haut-parleurs.
SATYRICON – Satyricon est encore un clou méchamment enfoncé dans le cercueil de sa propre légende... Et entre nous, c'est tant mieux, rien ne me fait plus plaisir que de voir tous ces vendus norvégiens s’auto-détruire les uns après les autres.

A lire aussi en BLACK METAL par ZODD :


WRATHPRAYER
The Sun Of Moloch (2012)
Terrifiant !




MGŁA
With Hearts Toward None (2012)
Toucher la beauté

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ZODD

 
   MEFISTO
   PERE FRANSOUA

 
   (3 chroniques)



- Frost (batterie)
- Satyr (chant, guitares, claviers, basse)


1. Voice Of Shadows
2. Tro Og Kraft
3. Our World, It Rumbles Tonight
4. Nocturnal Flare
5. Phoenix
6. Walker Upon The Wind
7. Nekrohaven
8. Ageless Northern Spirit
9. The Infinity Of Time And Space
10. Natt



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod