Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cornerstone, Yngwie Malmsteen, Tank, Praying Mantis, Empire, Wami, Long Shadows Dawn
- Style + Membre : Rainbow
 

 Site Officiel (661)

DOOGIE WHITE & LA PAZ - The Dark And The Light (2013)
Par GEGERS le 1er Septembre 2013          Consultée 2680 fois

Doogie White est l'archétype du mec qui a galéré pour se construire une carrière digne de ce nom, ce qui rend d'emblée le bonhomme sympathique. Vocaliste de seconde zone jusqu'à l'envoi d'une démo salvatrice à Candice Night, épouse d'un célèbre guitariste caractériel ayant évolué au sein de DEEP PURPLE, l'Écossais ne voit le bout du tunnel qu'à 34 ans bien tassés, lorsqu'il décroche le poste de chanteur au sein de RAINBOW, et pose ses vocalises sur l'album "Stranger in Us All" en 1995, chant du cygne du groupe de Ritchie Blackmore. Depuis, le bonhomme est devenu, comme d'autres chanteurs avant lui et depuis, un mercenaire du Hard Rock et du Heavy Metal, enfilant les contrats comme des perles. Reste que Doogie White semble croire, véritablement et sincèrement, aux projets auxquels il prend part. Si on ne retiendra pas grand chose de ses piges chez YNGWIE MALMSTEEN (entre 2002 et 2005), PRAYING MANTIS (en 2003) ou plus récemment chez TANK, dont le "War Machine" n'a pas marqué les esprits. Plus notables en revanche sont ses prestations au sein de CORNERSTONE, excellent groupe de Hard Mélodique auteur de 5 albums entre 2000 et 2007, ainsi que dans la nouvelle formation du MICHAEL SCHENKER GROUP, dont il est devenu le vocaliste attitré depuis 2010.

À cinquante piges passés, la notoriété suffisante du chanteur lui permet ainsi d'avoir les mains libres et de se faire plaisir, enfin. Pour Doogie, l'accomplissement personnel passe la réalisation d'un album solo, ce qui fut fait en 2011 avec le sympathique "As Yet Untitled", mais aussi et surtout par la réactivation de LA PAZ, premier groupe du chanteur, au sein duquel il usa ses premiers micros et sortit deux albums au format cassette en 1985 et 1988. Tué dans l'œuf alors que le groupe n'était pas assez peroxydé et amateur de spandex face aux mastodontes WHITESNAKE, BON JOVI ou EUROPE qui envahissaient alors le marché européen, LA PAZ a dont remis le couvert en 2012 avec un "Granite" pas vraiment ébouriffant, un peu poussif et laborieux malgré une évidente envie de bien faire.

En ce sens, "The Dark and The Light" se fait bien plus convaincant. Accompagné du guitariste Chic McSherry, membre fondateur du groupe, Doogie White propose une musique racée et hargneuse, située quelque part entre un Heavy Metal accessible et un Hard Rock rugueux. L'immédiateté d'un "Little Black Book Of Songs", que l'on pourrait d'ailleurs rapprocher des dernières livraisons de TANK, cohabite avec les cris dignes d'un Ian Gillan sur "Don't Drink With The Devil", et la rythmique martiale, pachydermique, de "Devil In Disguise", dont le refrain sombre et un poil pervers fait son petit effet. Il y en a donc pour tout les goûts, d'autant plus que le quintet sait varier les plaisirs en alternant les ambiances et les styles. "Burlesque", qui voit Doogie White singer Bon Scott sur ce titre empreint d'une forte identité AC/DCienne, témoigne d'un groupe qui semble voué à se faire plaisir avant tout. Cet état de fait n'est pas incompatible avec une ambition de frapper fort et juste, ce que parvient à faire La Paz en osant côtoyer des domaines plus délicats : "Lonely Are The Brave", longue pièce laissant la part belle au piano, frappé du sceau "Rainbow", constitue sans doute l'un des meilleurs moments de l'album, et parvient à mêler réussite musicale et nostalgie. Le chant de Doogie White, puissant et racé, participe bien sûr pour beaucoup à la réussite d'un groupe dont il est la star incontestée, mais chacun des musiciens parvient à tirer son épingle du jeu et à s'associer avec ses comparses pour frapper fort, comme sur le mid-tempo épique "Men Of War", dont les atmosphères sombres mettent en valeur la voix de Doogie, comme il l'avait déjà prouvé sur le "Before The Devil Knows You're Dead" du MSG.

"The Dark And The Light" n'est pas décoiffant ou exceptionnellement réussi. Non, il s'agit simplement d'un album qui se tient et se laisse écouter avec grand plaisir, témoignage d'un quintet de musiciens accomplis et confiants en leur savoir-faire. Si le groupe avait rencontré le succès dans les années 80, aurait-il été capable aujourd'hui de sortir un album de cette trempe ? Dans le doute, remercions l'existence et ses écueils qui ont permis aux membres du groupe de se séparer pour mieux se retrouver sur un album efficace et convaincant, qui séduira autant les amateurs d'un Hard Rock 70's que d'un Heavy Metal plus contemporain.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


WARLOCK
Triumph And Agony (1987)
Le bonheur, façon teutonne




CELTIC LEGACY
Lost Soul (2022)
Et jusqu'au Valhalla mon âme perdue va chevaucher


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Doogie White (chant)
- Chic Mcsherry (guitare)
- Alex Carmichael (basse)
- Andy Mason (claviers)
- Paul Mcmanus (batterie)


1. Little Black Book Of Songs
2. Don't Drink With The Devil
3. Old Habits Die Hard
4. Burlesque
5. The Good Old Days
6. De La Luz
7. Devil In Disguise
8. Lonely Are The Brave
9. Shadow Of Romance
10. Sweet Little Mistreated
11. Men Of War
12. The Fallen



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod