Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING METAL  |  STUDIO

Metalhit
Lexique viking metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Suidakra, Einherjer, Mithotyn
- Membre : Funeral Mist
 

 Site Officiel (707)

THYRFING - De ÖdeslÖsa (2013)
Par VOLTHORD le 13 Avril 2013          Consultée 2240 fois

« Ça ferait pas depuis 10 ans que THYRFING a pas sorti un titre aussi génial ? », me dis-je dès les premières écoutes de "Mot Helgrind", premier titre de la cuvée 2013 d’un THYRFING pour qui je ne nourrissais guère plus de gros espoirs. Ce titre avait tout l’air du tube THYRFINGien, avec ses pianos dramatiques, des grosses trompettes épiques, un riff lourd comme il en poussait à foison sur "Hels Vite", une rythmique lente qui donne des frissons comme avant un orage, une petite touche acoustique qui nous calme autant qu’elle prolonge ledit frisson, et un chant clair salvateur, conclusion propice à l’exaltation.

Que cette fin au chant clair (pas aussi réussie que sur feu "Digerdöden", l’entrée en matière de "Vansinnesvisor") me laisse un peu sur ma faim est une chose, mais il est impossible, en tant que fan du THYRFING noir et épique qui trouvait son apogée en la sainte année 2002, de ne pas m’exciter comme une pucelle à l’idée d’entendre de nouveau un clavier rutilant de premier choix dans les compositions d’un THYRFING devenu plus ‘pur’ mais aussi plus fade (l’apogée de cette pureté sonore apparaissant dans le titre "Från Stormens Öga", qui semble désormais résumer à lui tout seul les deux précédents albums du groupe).

La principale force de "De Ödeslösa", c’est qu’il semble revigorer l’idée d’un THYRFING dont les racines sont fermement plongées dans un Black Metal viscéral et crasseux tout en renouant avec une vision plus grandiose du Metal épique. On se prend donc des grosses tartes dans la gueule comme avec ce ravageur "Kamp" ou le titre éponyme et ses revirements de tempo absolument splendides. THYRFING se détourne donc d’un "Hels Vite" fantomatique, il redevient clinquant, épique et excitant comme à l’ancienne.

Si la fuite de Thomas Väänänen au chant et son remplacement par l’ex-vocaliste de NAGLFAR Jens Rydén ne m’était apparue comme frappante dans le précédent album, elle me paraît ici notable, et pas forcément dans le bon sens. Certes, le chant de Väänänen, identifiable pour sa hargne viscérale et inépuisable, paraissait difficilement remplaçable. Si Jens Rydén semblait avoir correctement émulé son prédécesseur pour être transparent sur "Hels Vite", l’écouter qui s’égosille jusqu’à imiter les vagissement d’un adolescent tuberculeux m’apparaît comme un véritable problème lorsque ça tire dangereusement vers l’auto-parodie ("Illvilja", surtout).

Ajoutons une production moins parfaite dans la noirceur que celle d’un "Vansinnesvisor" et l’on comprend qu’il y a tout de même encore un monde entre les deux albums.
Il est donc difficile de ne pas chercher des poux à "De Ödeslösa" malgré tout le bien qu’on peut en penser. Ne voir cet album qu’en comparaison avec la perle ultime du groupe est un danger, mais une chose en soi tout à fait naturelle, surtout quand il s'agit de ce genre de 'retour aux sources'. Il faudra cependant reconnaître que "De Ödeslösa" nourrit également de vraies affinités avec l’autre merveille de THYRFING qui était alors à l’antithèse du virage clairement puriste causé par "Farsotstider" : j’ai nommé "Valdr Galga". On retrouve ici une sorte d’hommage à la grandeur kitsch de ce premier album : surtout dans les deux derniers titres où c’est le clavier qui mène la cadence et qui structure les compositions. Dommage finalement que, pour peaufiner le tableau, et pour rendre cet album complet dans ses références, on n’ait à aucun moment ce genre de riff catchy et héroïque propre à "Urkraft" (ou même de vraies parties folk dignes de ce nom), album pourtant riche en morceaux de bravoure, mais quelque peu oublié par l’Histoire.

Mon seul regret, et c’est ça qui pèse : les morceaux semblent manquer de complexité (du moins d’ampleur) et l’album donne au final un sentiment d’imperfection. Ce n’est pas forcément une question de longueur, les titres de "Vansinnesvisor" sont tout aussi courts. Pourtant, "De Ödeslösa" laisse un sentiment d’inachevé, il est simplement moins riche.

Un peu à l’image de "Mot Helgrind", en fait.

Qui est quand même génial, je préfère le répéter.

A lire aussi en VIKING METAL par VOLTHORD :


TURISAS
The Varangian Way (2007)
Viking metal...splendide voyage vers l'est

(+ 2 kros-express)



NYDVIND
Eternal Winter Domain (2003)
Pagan black... périple au coeur de l'hiver éternel


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Jens Rydén (chant)
- Joakim Kristensson (basse)
- Patrik Lindgren (guitare)
- Fredrik Hernborg (guitare)
- Dennis Ekdahl (batterie)
- Peter Löf (claviers)


1. Mot Helgrind
2. Fordom
3. Veners Förfall
4. Illvilja
5. Kamp
6. Relik
7. Vindöga
8. De Ödeslösa



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod