Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
3 commentaires notés  
[?]



Ulver
Wars Of The Roses
Page  1 |

le 18 Décembre 2011 par VETII


Pour ma part, je donnerai simplement l'avis d'un novice d'ULVER. J'ai découvert le groupe avec cet album, qui, il est vrai, ne se donne pas facilement. L'ensemble donne une légère impression de fouillis entre instruments acoustiques, sons électroniques et expérimentations diverses, tels les vocaux soul (sur "Providence"). Au fur et au mesure des écoutes, il en ressort que cet album a de nombreuses facettes, ULVER varie énormément d'ambiances, tantôt intimistes ("Providence" encore), carrément angoissantes ("Norwegian Gothic", un morceau fabuleux) ou assez théâtrales ("England"). ULVER a la capacité incroyable de pouvoir n'en faire qu'a sa tête en délivrant un album qui garde néanmoins une ambiance homogène.

La brume océanique a envahi les terres, et les ombres muettes qui rôdent dehors font planer une aura de mystère et d'angoisse, alors que nous nous enfermons dans nos maisons, au coin du feu, tremblants.

ULVER peint ses toiles, sur le silence, et chaque son est doté ici d'une précision et d'une netteté sans pareille, en cela, l'album est déjà un plaisir à écouter ("Island" et ses multiples sons marins).

Pour ce qui est de "Stone Angels" (morceau assez controversé), après avoir trouvé que celui-ci était assez stérile, il faut reconnaître que le texte est d'une rare beauté (et qui plus est parfaitement compréhensible). Même si j'apprécie ce morceau, il est vrai qu'il aurait gagné à être plus court. Ceci dit, il ne doit aucunement vous empêcher de profiter de ce "War Of The Roses", qui vaut définitivement le coup.

le 04 Septembre 2011 par JOHANN


Je ne sais pas si c'est dû à l'arrivée d'un nouveau membre, au changement de label ou à une perte d'inspiration sévère mais il s'agit de ma première déception venant d'ULVER. Et pas qu'un peu, je trouve l'album vraiment pauvre et creux.
J'aime assez "England" dont certains passages rappellent "Teachings In Silence" et "A Quick Fix Of Melancholia", "September IV" et "Providence" qui a de beaux passages. Ce ne sont cependant pas des sommets, loin s'en faut.
Le reste est pour moi sans intérêt. Ca n'apporte rien, quand ça ne paraît pas étonnamment prétentieux (sans parler de la dernière piste qui tient de la branlette pure et dure). Entendre un aussi grand groupe se fourvoyer dans de la musique de wannabe artiste branchouille me fait vraiment mal. J'espère que c'est une erreur et que l'on n'attendra pas 4 ans pour un autre album du même type...

le 28 Août 2011 par FRANSOUA


De toutes les mutations du groupe, la plus surprenante a été de devenir un groupe de scène, alors que pendant 15 ans il avait mis un point d'honneur a n'exister que dans les mystères du studio. Un groupe culte qui découvre sur le tard la vraie vie d'une vrai groupe, confrontant sa musique à son public.

"Wars of the Roses" est le résultat de ses expériences: un son et une approche plus directs, plus "live", plus rock. Attention, il s'agit toujours de Dark Ambiant majoritairement généré par des machines, ULVER aime toujours le silence, les voix murmurées et les couches sonores délicates, mais à la recette initiale s'ajoute une démarche où les "vrais" instruments sont à l'honneur: la batterie (façon trip-hop-jazz-rock) reprend ses droits perdus depuis "Perdition City" au profit de percussions grandiloquentes ("Blood Inside") ou tribales ("Shadows Of The Sun"), accompagnés par une basse vrombissante ("February MMX", "England"), de la guitare accoustique ("Island") ou du piano mélancolique.

L'album s'ouvre en beauté avec le tube électro-rock "February MMX", aussi accrocheur que génial.
"Norwegian Gothic" calme de suite les ardeurs et rappelle l'album "Shadows Of The Sun" avec sa voix murmurée et ses bruits de saxo free jazz.
"Providence" regroupe en 8 minutes trois personnalités d'ULVER: duo voix homme-femme en douceur sur piano mélancolique, puis emballement jazz-rock pour finir par du pur Ambiant.
L'excellent "September IV" se la joue ballade presque chaleureuse avant de nous emporter dans une folie free-rock et son duo orgue-batterie.
Le meilleur morceau de l'album est sans conteste "England": un début avec des couches de choeurs, un piano délicat et c'est l'arrivée de la batterie et d'une basse lourde à la disto' oppressante, parfait terreau pour un morceau tout en montées et progressions où la voix formidable de Kristoffer "Garm" Rygg peut renouer avec sa puissance d'autrefois. Un bonheur.
"Island" associe l'acoustique et l'électronique pour nous laver la tête avec son ambiance maritime avant de nous la mettre sous l'eau de l'Ambiant.
Bonne préparation avant le trop long, trop élitiste et vraiment inutile "Stone Angels", un quart d'heure de pur ambiant où le petit nouveau O'Sullivan récite un poème. Certes, le groupe assume et a le courage de nous la faire subir en entier en concert, mais ce titre est du remplissage pour moi: il représente 15 minutes sur 45 au total ! Le nouvel album d'ULVER ne dure en fait que 30 minutes à mes yeux. Un défaut fatal.

Note: 5/5 sans le dernier morceau. 3/5 avec. Donc une moyenne de 4/5.













1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod