Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
29 commentaires notés  
[?]



Judas Priest
Firepower
Page  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |

le 14 Octobre 2018 par TONTON CLEM


JUDAS PRIEST doit faire partie de mes trois groupes favoris, tous styles confondus.

Quand j’ai appris la sortie de ce "Firepower" tout feu tout flamme, j’ai senti que le combo de Birmingham tenait rapidement à tourner la page "Redeemer Of Souls". Notamment en terme de son. Le changement sera radical. Avec ce dix-huitième album, le PRIEST va enfin redonner l’envie de headbanguer au Metalhead en période de dépression post-"Redeemer". Car "Firepower" est une salve successive de quatorze charges incendiaires qui déferlent en moins d’une heure.

"Evil Never Dies", "Rising From Ruins", "Traitors Gate" et "No Surrender" sont des bombes absolues qui s’imposent déjà comme de potentiels tubes. On a droit à de la speederie effrénée comme un Mbappé contre l’Argentine ("Firepower", "Lightning Strike"), des hymnes fédérateurs qui viennent s’ajouter à la longue liste du combo ("Never The Heroes", "Spectre"), ainsi des morceaux "à ambiance" tels que le doomesque "Lone Wolf" ou la ballade "Sea Of Red" que les Teutons d’HELLOWEEN n’auraient pas reniée ! Au final, on a à boire et à manger sur ce disque, peu de fillers si ce n’est "Necromancer" ou "Flame Thrower".

En tout cas, il s’agit d’un disque qui frappe par son homogénéité et sa production monstrueuse. Les Metal Gods portent bien leur blase, en particulier un Rob Halford qui vocifère à pleine bourre, tour-à-tour hargneux et déchaîné. Niveau guitares, ça riffe à tout va entre Faulkner et ce pauvre Tipton qui s’éloignera malheureusement du groupe en raison de la maladie de Parkinson (car reprendre "Johnny B. Goode" à la gratte peut nuire à votre santé, regardez Michael J. Fox... Second degré les mecs, hein).

Cet album d’une telle qualité en 2018 est quand même assez inespéré de la part d’une formation qui va bientôt afficher ses cinquante ans d’existence. Bien que le temps ne fasse rien à l’affaire, je me félicite de savoir qu'un groupe mythique comme JUDAS PRIEST est encore capable de surprendre son monde avec des albums de cette trempe, accrocheurs et dévastateurs. C'est ça, la force des Grands du Metal.

HAIL TO THE PRIEST !

le 28 Septembre 2018 par REN


Après un "Redeemer Of Souls" inégal et quelconque j'ai beaucoup aimé cet album que je trouve puissant, varié, bien produit et mettant en exergue la voix d'un Metal God redevenu des plus efficace et brillant. Toutefois, l'entrée dans l'album est un peu décevante, je trouve le morceau "Firepower" des plus quelconques ; heureusement le premier single "Lightning Strike" est tubesque et la suite ne dément pas le niveau atteint : comme évoqué dans la chronique "Evil Never Dies" nous ramène au Power Metal PRIEST-ien de l'année 90, "Never The Heroes" est doté d'une chouette intro et d'un refrain efficace. Même s'il n'est pas mon préféré "Necromancer" amène une couleur différente de par sa lourdeur (amplifiée par son successeur qui me rappelle assez BLACK SABBATH), Halford nous gratifie d'un chant hargneux qui convient bien au morceau. Ainsi de suite chaque titre apporte sa pierre à l'édifice.
Toutefois, si les soli sont bien exécutés l'album pêche de par la quasi absence de duels de guitares, marque de fabrique du groupe. La voix de Rob, exceptionnelle tout au long de "Firepower" "dicte" le rythme des morceaux, du disque. Du coup je me faisais cette réflexion en le réécoutant cet après-midi : "Firepower" est-il vraiment un album de JUDAS PRIEST ou plutôt une réalisation du groupe HALFORD jouée par JP ? Il me paraît davantage dans la continuité de "Made Of Metal" sur certains aspects.

le 26 Septembre 2018 par CLEM


Je rejoins à 100% le commentaire de Rico.
Prenez du recul sur l'ensemble de la disco du PRIEST.
Pris seul, l'album n'est pas mauvais.
Comparé au reste, bien plat. Mais JUDAS peut rester fier. Une grande carrière, une grande fidélité au Metal. Après tant d'années, chapeau tout de même.

le 25 Septembre 2018 par RICO


Fan de JUDAS PRIEST depuis longtemps, cet album est une déception.
Je ne sentais pas trop cet album avant sa sortie : la pochette de l'album (bien que pétante) ne me plaisait pas plus que ça, de même que son titre : à fond dans les clichés. Idem avec les titres dévoilés avant la sortie de l'album, "Lightning Strike" et "Firepower" que j'avais trouvés d'une grande platitude malgré le son "in your face". Cela suscitait quelques craintes qui se sont confirmées après écoutes de l'album : "Firepower" est pour moi d'une grande banalité.
Alors certes le son est clair et énorme, mais la qualité de ce son et de la production cache finalement des titres peu convaincants. Et le problème pour moi ce sont bien les compositions qui sont quand même assez faibles et qui manquent d'inspiration.
JUDAS PRIEST, qui a longtemps été au-dessus de la mêlée, qui faisait preuve d'audace et de folie, confirme après un "Redeemer Of Souls" bien terne, qu'il rentre désormais dans le rang. De ce point de vue, je pense que JUDAS PRIEST a perdu beaucoup avec le départ de KK Downing.
À la différence de bon nombre de chroniques et commentaires, cet album fait partie pour moi des plus faibles du groupe.

Note réelle : 1,5/5.

le 09 Septembre 2018 par A.M.E


Un album magnifique, c'est même pour moi le plus bel album de JUDAS PRIEST qui, après avoir fait la nique aux jeunes groupes en 1990, donne une sacrée leçon de Metal aux vieux groupes dont il fait désormais partie.

Tout est merveilleux : les compositions, le son et surtout le travail effectué sur la voix de Rob Halford. J'ai l'impression qu'elle a rajeuni de 30 ans, tout en étant très mature. On peut penser qu'il y a de la retouche dans l'air, mais ça n'est finalement pas si important tellement elle s'intègre le plus naturellement du monde dans cet album qui a su parfaitement capter l'essence Priestienne, comme le souligne fort justement Dark Schneider (que je trouve de plus en plus intéressant à lire, soit dit au passage).

Ce disque en tout point remarquable, sorti après plus de 40 ans d'une carrière exemplaire, témoigne du respect absolu de JUDAS PRIEST envers ses fans et envers la cause. Il aurait pu s'appeler "Defenders Of The Faith" si le titre n'avait déjà été pris.













1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod