Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Nightwish
Decades: Live In Buenos Aires
Page  1 |

le 15 Août 2020 par VLAD


Après une pseudo compilation un peu surprenante, NIGHTWISH nous revient avec un Live de plus, ou un Live de trop ? Et pourtant ça commence plutôt bien, intro celtique, deux titres bien enlevés, le Live parait plus prometteur que la remontée du temps en studio. Et bien non, à la moitié de "10th Man Down" arrive le pénible qui continue avec les deux titres suivants. Un peu d'Élan pour s’en redonner et pour réanimer le public et on repart sur les faces B sans âme. Et pourtant, ce n’est pas faute de mettre du cœur à l’ouvrage pour essayer de rendre ces vieilleries comestibles. "Dead Boy’s Poem" est superbe mais trop molle pour arriver au milieu de tant d’ennui. Car ça s’étire avec les deux Elven. Le groupe s’amuse, le public s’endort (enfin pour celui de Bercy c'était flagrant). Le réveil sera avec "I Want My Tears Back", et "Amaranth". Voici le résumé de la période d’Anette pour la décade, n’en cherchez pas plus, il n’y en aura plus (hormis certains chroniqueurs qui ont entendu "Storytime", que dis-je le nunuche "Storytime"). Pour en revenir à "I Want My Tears Back", il faut reconnaître que le plaisir du groupe à jouer ce titre n’est pas étranger à son succès.
Et après ce clin d’œil Olzonien, nos amis vont de nouveau essayer de sauver les vieux nanars. "The Carpenter" trop mou, "The Kinslayer" toujours aussi mauvais, "Devil & the Deep Dark Ocean", encore plus mauvais. L’avantage du CD, c’est qu’on peut passer, mais en concert, le temps est long, très long. Ah ! "Nemo" va-t-il enfin nous faire revenir au bon? Et bien non, on remet encore du basique bourrin avec "Slaying The Dreamer".
La fin est tout à fait convenue avec deux titres repères même si sur "Ghost Love Score", Floor est nettement moins performante que sur "Showtime, Storytime".
Bref, la magie n’a pas opéré, même avec du Troy, du Marco, du Emppu et surtout du Floor, les compositions antérieures restent sans saveur et ne peuvent rivaliser avec la période post "Once" (inclus). Alors NIGHTWISH, c’était mieux avant ? je ne pense pas, et même si je lis cela au travers des chroniques et commentaires, j’ai constaté ce soir-là à Bercy que le public s’enflammait sur les titres récents et non sur le recuit. Et pourtant la production et les moyens étaient plus qu’à la hauteur.

le 29 Mai 2020 par CLEM


Pris seul je pense que ce Live vaut plus que 2 étoiles. Le vrai "hic" c'est qu'il n'apporte pas grand chose si on possède les autres.
Pour celui qui achètera celui-là sans les autres, y trouvera son compte je pense.














1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod