Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
17 commentaires notés  
[?]



Satyricon
Satyricon
Page   1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

le 27 Septembre 2013 par DANTES

Une kro tellement violente qu'elle me donne bien envie d'écouter l’album pour le coup !

Sinon, on a bien compris: au delà du Black, point de salut ! Je suis moi même un gros amateur de True Black UG (avec une petite préférence pour la scène Russe) et ça ne m’empêche pas d’apprécier des trucs bien plus gays...

Après, on peut en vouloir à SATYRICON d’être devenu mainstream et toussa mais ça n'a peut être pas sa place dans une chronique. En Norvège, le groupe est basiquement un groupe de Rock mainstream, attirant ados, emos, metalleux, skateurs et vieux hardos dans ses concerts. Est ce mal ? Ranafout je dirais mais chacun son avis.

Sinon, deux petits détails : Gildas le Pape a également participé à l'écriture et la composition de l'album (faudrait peut être mettre ça dans la case à droite) et le chanteur de "Phoenix" n'est Pas Du Tout un chanteur de Rock Hipster ! Il s'agit de Sivert Höyem, l'ex chanteur de MADRUGADA qui donnait dans le rock racé et noble dans les années 90 (dans un style très comparable a NICK CAVE AND THE BAD SEEDS). Sivert est très loin d’être un chanteur hipster, pour cause, en Norvège, tout le monde l'apprécie, et son projet solo (nommé après lui même) est un vrai groupe de rock stylé qui peut parfois même atteindre des dimensions presque Metal (cherchez "The Long Slow Distance", "Sivert Hoyem").

le 27 Septembre 2013 par ZODD

@NORTHMATHR

L'histoire est plus complexe que ça, la scène scandinave a mondialisé le Black Metal par sa grande visibilité, mais elle n'a servi de tremplin (d'un point de vue créatif et artistique) a presque personne, au vu des milliers de clones apparus après. Elle a surtout permis à n'importe quel quidam n'ayant jamais entendu parler de BATHORY de former son groupe de Black et de se servir des quelques vrais pionniers norvégiens comme unique base esthétique.

Avant 1994, les différentes scènes coexistaient de façon égale. Il y avaient d'excellents groupes en Norvège, mais à peine plus qu'en Suède, qu'en Grèce ou qu'au Brésil. L'émergence du modèle nordique (que des groupes comme SATYRICON ont aidé à s'imposer en se conformant) a standardisé le Black comme tu le dis, coupant la plupart des autres racines du Black Metal.

On peut dire si tu veux qu'on est passé d'une démocratie du Black Metal (ou chacun à son identité propre et se vaut) à un Black Metal démocratique (abordable par tous).
Monsieur Osmose Productions a un jour déclaré que n'importe quel groupe scandinave portant du maquillage était sûr de vendre 5000 albums...

Je ne critique pas les débuts de SATYRICON (dont les deux premiers albums ont valeur certaine), je pointe juste du doigt (amèrement j'en conviens) que le groupe aura toujours occupé une place à mon sens "usurpée" et qu'il ne faut pas s'étonner si une institution comme SATYRICON est aussi minable aujourd'hui.

Amicalement, Zodd

le 27 Septembre 2013 par KAS


Suis assez surpris de la critique de cette chronique...
Personnellement je trouve que cet album est le meilleur de SATYRICON ou peut-être l'album Metal de l'année, tout simplement. J'ai rarement entendu un album aussi bon !!!
Tout est bien pensé et réfléchi, on sent derrière une longue préparation et une maturité à tous les niveaux.
Je dis bravo !

le 27 Septembre 2013 par SAGA 03

En fait, SATYRICON se montre quelque part très novateur. En choisissant comme premier single "Phoenix", le symbole de la renaissance le groupe nous montre son génie avant-gardiste. En effet, il y a clairement opposition entre les thématiques fondamentales du Black Metal (misanthropie, mort et satanisme) et le titre du morceau. Et à l'écoute on comprend, le phoenix ne s'élève plus depuis ses cendres, il ... ben il se contente de crever en écoutant du sous-STING.
Et ce ne sont pas les quelques tritons du début pour faire ivöl qui y changent quelque chose.

Le début de l'auto-parodie ?

(Pas de note sur l'album, que je n'ai pas écouté en entier, je suis curieux, pas maso).

le 27 Septembre 2013 par STREETCLEANER


Je pense que cet album doit être vu comme un album de "Post Black Metal", sous peine d'avoir une grille de lecture quelque peu biaisée et faussée. Je lui préférais le dernier "The Age Of Nero", plus dark et maléfique, pour ne parler que des albums récents du groupe dans une veine Black'N'Roll. Sinon si on accepte cette nouvelle orientation (commerciale ? naturelle ? épanouie ? à vous de trouver l'adjectif qui vous inspire), cet album est sympa mais reste effectivement décevant car on attendait vraiment mieux. Pour ceux qui revendiquent une posture "trve" effectivement ils doivent rester à l'écart, cet album n'est pas pour eux.













1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod