Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
4 commentaires notés  
[?]



Alice Cooper
Dirty Diamonds
Page  1 |

le 02 Janvier 2016 par FRENCHXAV


Ah, encore un excellent cru de l'ami Vincent Furnier ! Dans la lignée du précédent opus, "The Eyes Of Alice Cooper", le Coop' nous propose un bon lot de compos imparables : ça commence TRÈS fort avec "Woman Of Mass Distraction", son intro qui monte en puissance, ces couplets d'enfer et ce refrain tout bonnement jouissif qu'on reprend à tue-tête !
La suite est tout aussi bonne ; l'excellent mid-tempo "Perfect" et ses lyrics drôles et touchants, la glamisante "You Make Me Wanna", la bombe éponyme "Dirty Diamonds" et sa ligne de basse terrible, ses couplets parlés géniaux, son refrain énorme, son pont théâtral….
"The Saga Of Jesse Jane" est une ballade bien sympa typée western qui aurait tout à fait eu sa place sur le référentiel "School's Out".
La guillerette "Sunset Babies" est bien sympa même si pas inoubliable.
"Pretty Ballerina" est une reprise des LEFT BANKE. Une petite ambiance malsaine se dégage de cette chanson, ce qui sied parfaitement au personnage du Coop', excellent choix de cover !
"Run Down The Devil" est un mid-tempo bien appréciable avec son riff lourd et se guitares qui couinent sur le refrain.
"Steal That Car" démarre pied au plancher - c'est le cas de le dire - pour embrayer assez rapidement sur un refrain festif. Pas inoubliable mais bien sympa, surtout que le solo a lui aussi son petit côté youplaboum.
"Six Hours", autre slow-tempo est géniale et aurait tout à fait eu sa place sur "Lace & Whiskey". Une ballade qui fait mouche avec sa mélodie suave et ses lyrics simples mais poignants. Géniale.
"Your Own Worst Enemy" est sympatoche, sans plus. Lyrics rigolos mais ça s'arrête là.
On finit en beauté avec "Zombie Dance" et son ambiance un peu glauque, sa mélodie inquiétante typique du Coop'.
Ah, j'oubliais la chanson-bonus "Stand" et son refrain bien catchy, sa mélodie là aussi un peu malsaine et les "Yeah…" d'X-ZIBIT qui ne me gênent absolument pas… Même son Rap à la fin sied plutôt bien à la chanson... J'ai tellement l'habitude d'être surpris à chaque album du Coop' que ça passe tout seul !

Voilà pour ce petit track-by-track, un de mes albums préférés d'ALICE COOPER, sans conteste, aux côtés de "School's Out", "Billion Dollar Babies", "Zipper Catches Skin", "Lace & Whiskey" et "Raise Your Fist & Yell" !


le 13 Avril 2010 par LUDOVICO


Il n’y a pas beaucoup d’artistes qui peuvent se targuer de sortir des albums à cheval sur cinq décennies. Peut-être sortira-t-il un disque en 2010 ; sacré bout de chemin parcouru depuis “Pretties For You“ paru en 1969.

ALICE COOPER est de ceux-là et “Dirty Diamonds“ nous dévoile une sorte de medley constitué de morceaux que l’on diraient sortis tous droit des décennies précédentes.

Années 60 avec le titre éponyme et “Pretty Ballerina“ , années 70 pour “Perfect“, “The Saga Of Jesse Jane“ (magnifique de mélancolie), “Sunset Babies“ (très rock’n’roll), “ Six Hours“ ou encore “Zombie Dance“ (avec son chant féminin).
Les années 80 ne sont pas oubliées et des morceaux comme “Woman Of Mass Distraction“, “You Made Me Wanna“, “Steal That Car“ et “Your Own Worst Enemy“ enfoncent allègrement les albums qu’ALICE COOPER a pu sortir pendant cette période maudite pour lui.

Finalement, peu de morceaux modernes sur ce disque avec les deux excellents titres que sont “Run Down The Devil“ et le bonus track “Stand“ avec le rappeur Xzibit en invité.

Cet album est une synthèse assez réussie de ce que sait faire ALICE COOPER qui, décidément, n’en finit plus de rattraper le temps perdu dans les eighties.

Certains titres manquent quelque peu de variation mais ils sont dans la plus pure lignée de ce que peut nous offrir Vincent Furnier : des titres efficaces au refrain facilement mémorisables. Le point fort de cet album étant qu’il nous fait voyager à travers plusieurs décennies.

On sent que l’artiste tombe quelquefois dans la facilité mais compte tenu de la carrière du bonhomme, on sera indulgent.

le 01 Septembre 2008 par ETIENNE


Alice Cooper. En voilà un papy qui a la forme. Après avoir donné dans le hard psychédélique dingue et malsain, le heavy rock grand diloquant, la new wave, le FM, le hard dépressif 90's, l'indus et enfin le rock moderne avec le tres inégal mais sympathique "The Eyes Of Alice Cooper", notre grand père fouetard nous pond une galette, en voilà une qu'elle est bonne.
Assez proche de son prédécesseur avec un coté un peu plus vintage. Si dans "The Eyes Of ...", on trouvait quelques morceaux à la composition assez moderne, The Man Of The Year mis à part ses paroles délicieuses et son solo rock'n'roll pourrait faire penser à du Blink ou Sum 41, des balades "stoniennes" ou des melodies hard typiquement 70's refaisaient leurs apparitions.
Oui Alice est fan des Rolling Stones, on pouvait l'entendre dans "Love It To Death" en 71 et en 2005 cela n'a pas changé. A part la chanson titre, tirade punk rock à la sauce Cooper, ce disque est un mélange terrible entre le hard rock 70's, The Rolling Stones et la folie d'Alice.
Un trés trés bon disque, des mélodies imparables, non mais éecoutez moi cet orgue sur le refrain de "Woman of Mass Destruction", comment ne pas flasher ???
Le père Cooper n'est pas mort mes enfants!

le 09 Août 2006 par ARATHON


Décidément Alice Cooper est toujours bien là, et ce n'est pas cet album qui me prouvera le contraire, dans la même veine que le précédent album, cette nouvelle offrande du sieur Vincent Furnier nous rassure concernant son état de santé...

Après, ce n'est ni un album révolutionnaire, ni un de ceux qui resteront à jamais gravé dans l'histoire du Hard Rock, c'est juste un bon album d'Hard Rock, écrasant la majorité des combos actuels du même genre!

Mon track préféré: Le morceau d'ouverture: Woman of Mass Distraction avec son refrain génial!













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod