Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Queen
On Fire - Live At The Bowl [2004]
Page  1 |

le 26 Septembre 2014 par RAMON


QUEEN n'a pas attendu longtemps pour prendre possession des 80's, dès le mois d'octobre 1979, c'était chose faite avec le single "Crazy Little Thing Called Love" qui fera un véritable carton un peu partout dans le Monde (sauf au Japon et dans une moindre mesure en France), une chanson rockabilly 50's certes mais qui préfigure le revival du genre qui ne tardera pas à arriver notamment grâce aux STRAY CATS, c'est comme ça QUEEN fait aussi la mode en recyclant et règne sur la planète musicale.
Et que dire de ce qui suivra en août 1980, avec l'arme fatale "Another One Bites The Dust", soit le single le plus vendu de la carrière du groupe ? Ambiance funky, phrasé chanté proche du Hip Hop avec bidouillages pour Getho blasters avant même le "Sandinista" du CLASH.
La même année QUEEN convoque synthés, bruitages et ambiances électro pour le sympathique et kitchissime nanar de l'espace "Flash Gordon" et ça se vend pas trop mal, surtout pour une BO.
En 1981, l'association avec David BOWIE autre artiste polymorphe prêt à marquer la décennie de son empreinte a le mérite de beaucoup faire parler dans les médias et "Under Pressure" est un nouveau succès.
1982, l'album "Hot Space" fait un flop, l'utilisation décomplexée du synthé et des boîtes à rythmes, si elle plaît beaucoup à Michael JACKSON qui déclarera avoir puisé son inspiration pour l'album le plus vendu de tous les temps, désoriente les fans, QUEEN est allé trop loin !
Bah oui, QUEEN est un groupe de Hard Rock, il fait même partie des références majeures du genre et quand je relis le début de mon commentaire aucun des artistes cités et des genres évoqués n'a grand chose à voir avec ce style…Tiens même que dans l'album "The Game" le titre nommé "Don't Try Suicide" sonne comme du POLICE !!!
Mais comme le disent les grands penseurs de notre époque que sont les sportifs en général et les footeux en particulier, la réponse on la donne sur le terrain, même que Freddie la verbalisera en lançant "Staying Power" et là c'est la claque magistrale, QUEEN envoie la purée comme en 40 et ça fait mal.
Au rayon bonnes surprises on trouve un "Somebody To Love" inespéré et surtout magistralement interprété, les quatre plus un parvenant à restituer toute l'ampleur de cette pièce magistrale sans coup férir.
Sinon, la setlist est plutôt bien équilibrée même si elle oublie les deux premiers disques, on a droit à un véritable "Best Of" de chansons géniales en mode survitaminé, joué pied au plancher par un groupe vexé par sa déconvenue dans les charts prêt à tout pour retourner en sa faveur un public venu en nombre mais quelque peu sceptique. L'ouragan qui s'abat sur la foule aura raison de toutes les réticences, la meilleure preuve étant que les titre issus de "Hot Space" déchirent tout sur leur passage et s'il faut n'en retenir qu'un alors ce sera "Back Chat" avec son solo ahurissant, mais comme on n'est pas limité et bien on dira que "Action This Day" et "Staying Power" possèdent sur les planches un groove irrésistible et que "Under Pressure" est une grande chanson dont l'interprétation qui est délivrée ici colle des frissons autant qu'elle déménage.
Cela posé on retiendra également que "Bohemian Rhapsody" retrouve ici toute sa majesté quelque peu écornée dans le "Live Killers" et que "Sheer Heart Attack" envoie se rhabiller des cohortes entières de Punks énervés et de Trash métalleux surgonflés aux stéroïdes et à la Bud.
Ça fait dix ans que je pense que ce Live de QUEEN est son meilleur témoignage scénique mais voilà : "Rainbow 74"...













1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod