Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
55 commentaires notés  
[?]



Blind Guardian
Nightfall In Middle-earth

le 27 Juin 2019 par MR TINKERTRAIN


Cet album est à l'image du Silmarillion : dense, très dense, et imparfait. Je pense que BG aurait du faire un double-album. Là ils ont mis la charrue avant les bœufs et ont voulu taper bien haut en terme de prod (les interludes assez géniaux). Grand bien leur fasse, c'est bien l'ambition (et cet album en est plein) mais ça ne fait pas tout ! Aujourd'hui ce disque me saoule rapidement malgré des qualités indéniables. Une semi-déception (que les fans me pardonnent) !

le 15 Juillet 2018 par SIRFRANGILL


Rarement on aura vu un album aussi ambitieux que ce "Nightfall In Middle-earth" dans le monde du Metal, le Power a beau être un genre narratif, par son imagerie et ses paroles comme par ses mélodies, il n'est pas chose aisée de retranscrire le riche monde né de la plume de Tolkien par le biais d'une oeuvre musicale. Le contrat semble cependant être rempli, se dit-on après des multiples écoutes bien nécessaires à la véritable compréhension du travail ici présent. Il n'est en effet pas véritablement facile de rentrer immédiatement dans cette galette très copieuse et longue (1h07 au compteur quand même).

Heureusement les Allemands, par leur savoir-faire, nous apportent une clé nous permettant dès la première écoute de nous libérer des chaines de l'hermétisme musical: le refrain. BLIND GUARDIAN est probablement le meilleur du genre en la matière et Satan sait que la concurrence est rude. C'est bien simple, chaque chorus sur cet album est une franche réussite, toujours tonitruants où incroyablement beaux, impossible de ne pas les chanter les points serrés tout au long de l'écoute. Les deux derniers morceaux sont peut-être les moins marquants à ce niveaux là, leurs refrains étant plus sobres et donc moins mémorables.

Le principal responsable de cette réussite est sans aucun doute Hansi Kürsh, chanteur d'exception capable d'osciller entre aigus puissants, voix rugueuse et hautes est douces mélopées. BLIND GUARDIAN est d'ailleurs un des seuls groupe de Metal à ma connaissance qui base sa musique sur le chant et non sur les guitares. BLIND GUARDIAN est un groupe qui ne riffe pas et qui laisse à la voix le rôle de produire les mélodies principales. Les instants instrumentaux sont rares et se résument souvent aux intros des morceaux, Hansi ne se tait jamais et propose des couplets particulièrement hétérogènes qui en plus ont tendance à ne pas se répéter au cours d'un même morceaux. Derrière, les instruments sont en constant changement de rythme et les guitares tissent plus de mélodies qu'elles ne forgent de riffs (on peut discerner des riffs plus Heavy sur "Into The Storm" et "The Curse Of Feanor" mais ils sont ici clairement marginaux). Le Power des Teutons n'est donc pas vraiment accessible, mais ce n'est pas sur cet album un problème comme cela l'était sur "Imaginations From The Other Side". En effet, ce dernier semblait vouloir produire un power plus classique et efficace, ce qu'il n'arrivait pas à faire selon moi car il était difficile de retenir quoi que ce soit d'autre que les refrains de ces morceaux progressifs. Ici, les lignes de chants complexes, plus marquantes que jamais, contribuent à l'aspect narratif de l'album, Hansi se répond à lui même en de longs monologues donnant un aspect de comédie musicale à l'ensemble.

BLIND GUARDIAN sait cependant se montrer efficace sur les morceaux les plus rythmés avec lesquels sont alternés des morceaux plus lents et solennels: cela commence avec un "Into The Storm" plus direct et ça se perpétue avec "The Curse Of Feanor", "Time Stand Still (At The Iron Hill)" et "When Sorrow Sang". Mais le véritable tube de l'album est surement "Mirror Mirror" avec ses airs folkishs souriants et son refrain parfait redynamisé en son milieu par le décalage de la caisse claire. Le groupe sait créer des montées en puissance d'un refrain à l'autre en n'en dévoilant pas l'intégralité lors de la première interprétation ou en plaçant de prime abord ses éléments dans un ordre différent (c'est le cas respectivement sur "Blood Tears" et "The Curse of Feanor").

Les mid-tempos ne sont pas en reste, "Nightfall" marque immédiatement avec son refrain magnifique, ceux de "Thorns" et de "Blood Tears" sont à pleurer, mais c'est bien sur "Noldor" que le climax est atteint, son pré-refrain surprenant préparant à merveille le drame grandiose du chorus. "The Elder" est quant à lui une très belle ballade au piano, assez proche de ce que fait RHAPSODY dans ce domaine, en plus sobre cependant. NIME se compose également de onze interludes marquants des pauses entre chaque morceaux. Si les courtes ballades médiévales comme "The Minstrel" sont agréables, on peut se questionner sur l'utilité des interludes narratifs tel que "Lammoth" ou "Captured". Je ne pense pas que quiconque ait envie d'écouter un cd pour entendre des gens parler, le but d'un album concept est justement de raconter une histoire par la musique, il ne doit pas être un simple enregistrement audio d'un texte narratif. Ils sont cependant tous très courts et n'encombrent pas réellement l'écoute.

Les solos eux aussi savent se montrer suffisamment parcimonieux pour ne pas envahir toute la galette tout en restant qualitatifs. André Olbrich a développé un son très personnel et reconnaissable, ses solos sont variés et ne tombent pas dans la branlette de manche stérile. Ils agrémentent les morceaux comme le font les nombreux arrangements qui parsèment l'oeuvre. Une flûte par ici, des nappes de synthé plus symphonique par là, des choeurs forcément très présents sur lequel le groupe à planché longtemps. Ils sont si nombreux qu'à chaque écoute, vous serez susceptibles de découvrir un nouvel élément dans un morceaux que vous aurez pourtant écouté à plusieurs reprises, ce qui participe indéniablement à la richesse de cet album, suffisamment long et prenant pour que lorsqu'on retire le cd du lecteur, on ait une véritable sensation d'avoir vécu une aventure.

le 14 Mars 2018 par LORDI2


Le régime baisse légèrement après 3 incontournables chefs d'oeuvre difficile de faire mieux qu'avant ! Le dernier classique du groupe selon moi ! 4/5 pour la légende !

le 28 Février 2016 par VIRGIN KILLER


A l'époque je m'étais émerveillé de cet album, comme étant le sommet de l'art de BLIND GUARDIAN. Je m'aperçois maintenant qu'il s'agissait en fait du début de la fin du BG que j'aimais. C'est vraiment ici que le groupe amorce son terrible virage vers le symphonique à outrance. Sur cet album, le mélange est encore équilibré, et ça donne un chef d'oeuvre. Dommage qu'ils n'aient pas gardé un peu de leur passé pour les albums suivants... Je ne vibrerai malheureusement plus jamais comme sur "Somewhere Far Beyond", dommage..

Mais quelle manière de dire au revoir à ses anciens fans ! Cet album est vraiment bien ficelé !

le 30 Août 2015 par HEART OF STEELE


C'est juste incroyable la façon qu'a Lyrr de formuler ma pensée pour cet album. Je précise toutefois que pour moi rien ne vaut l'écoute d'un "Imaginations"... Mais j'ai abandonné le groupe à cause de ce NIME indigeste et bancal...













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod