Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (11)
Questions / Réponses (2 / 6)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Shades Of Deep Purple
  The Book Of Taliesyn
1969 Deep Purple
  Live In Montreux 1969
1970 In Rock
1971 Fireball
1972 Made In Japan
  Machine Head
1973 Who Do We Think We Ar...
1974 Burn
  Stormbringer
1975 Come Taste The Band
1976 Made In Europe
1977 Last Concert In Japan
1984 Perfect Strangers
1987 The House Of Blue Lig...
1990 Slaves And Masters
1993 The Battle Rages On
1996 Purpendicular
1998 Abandon
2003 Bananas
2005 Rapture Of The Deep
2011 Phoenix Rising
  Live At Montreux 2011
2013 Now What ?!
  Perfect Strangers Live
  The Now What ?! Live Tap...
2017 Infinite
 

- Style : Motorowl, Inglorious, Voodoo Circle, Sunstorm
- Membre : Rainbow, Black Sabbath, David Coverdale, Black Country Communion, Joe Lynn Turner , Yngwie Malmsteen , Whitesnake, Glenn Hughes , Gillan, Blackmore's Night, Ian Gillan Band, Brazen Abbot, Kansas
- Style + Membre : Msg, Coverdale - Page
 

 The Highway Star (9681)
 The Deep Purple Appreciation Society (2543)
 Site Français (3611)
 Site Officiel (2187)

DEEP PURPLE - Perfect Strangers (1984)
Par DARK BEAGLE le 7 Septembre 2017          Consultée 420 fois

Mark II

La rumeur la plus folle de la première moitié des années 80 aura été cette fameuse reformation du DEEP PURPLE Mark II, celui-là même qui avait sorti les brûlots que sont "In Rock" et "Machine Head", deux albums majeur des années 70. Même si certains auraient adoré une refonte du groupe avec Coverdale et Hughes, celle avec Glover et Gillan est de loin, pour la majorité des fans, la plus remarquable et pour les maisons de disque, la plus bankable. Et en 1984, tous ceux qui priaient depuis 1976, voire 1974 pour les fans les plus hardcore, furent exaucés. "Perfect Strangers" arrivait dans les bacs, avec sa pochette minimaliste représentant un logo remis aux goûts du jour (ouais, pas de quoi se taper les cuisses non plus hein, les années 80 et le bon goût…).

Ian Gillan et Ritchie Blackmore enterrent donc la hache de guerre, ou du moins, ils font sacrément bien semblant. RAINBOW n’avait plus l’impact nécessaire malgré un "Bent Out Of Shape" à ne surtout pas sous-estimer ; BLACK SABBATH avec Gillan, sur le papier, c’était assez embarrassant alors que "Born Again" n’est franchement pas dégueux comme album. Une petite reformation, voilà qui pourrait satisfaire toutes les parties, y compris le public qui n’en pouvaient plus de se trouver une religion pour que cela se produise. Mais autant un fantasme peut être très décevant s’il est réalisé, autant ce disque tient quasiment toutes ses promesses.

DEEP PURPLE a l’intelligence de ne pas reprendre les affaires là où il les avait laissées après "Who Do We Think We Are". On est plutôt dans une espèce de continuité de ce que faisait RAINBOW sur ses deux derniers albums avec la « patte » de Jon Lord en plus. Si un morceau comme "Hungry Daze" semble sortir du cul d’une licorne (euh oui, les arcs-en-ciel et tout ça…), les claviers sont particulièrement réussis sur ce disque, comme en témoignent "Knocking At Your Back Door" (cette introduction !) ou le title track, l’un des mid tempo les plus jouissifs qui soit, d’une finesse rare. Aussi bien à, l’orgue Hammond qu’aux synthés plus classique, Lord reste pertinent, et il ne sonne comme personne d’autre à cette époque.

Il y a d’ailleurs une espèce de sobriété sous-jacente, qui se traduit par une excellente tenue tout du long. Il n’y a pas à proprement parler de titres faibles sur ce disque. Quelques uns un peu en deçà, moins percutants, qui finissent par s’affirmer doucement au fil des écoutes ("Nobody’s Home"). Blackmore ne monopolise pas toute l’attention, Ian Paice, hélas, s’adapte au style de jeu des années 80, plus minimaliste alors que l’on sent qu’il en a encore sous la pédale (ce qui, sorti de son contexte, devient très gênant) et Ian Gillan… Gillan ne hurle plus, mais en même temps, il a bien fait le con sur ses albums solo et chez le SAB’… Sa prestation reste plus qu’honorable et en adéquation avec ce disque qui sent le pognon, certes, mais où l’on retrouve également de l’envie. Beaucoup d’envie.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


MEAT LOAF
Dead Ringer (1981)
Le motard de l'enfer est de retour !




SLADE
Sladest (1973)
Plus efficace que du viagra


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Ian Gillian (chant)
- Ritchie Blackmore (guitare)
- Jon Lord (clavier)
- Roger Glover (basse)
- Ian Paice (batterie)


1. Knocking At Your Back Door
2. Under The Gun
3. Nobody's Home
4. Mean Streak
5. Perfect Strangers
6. A Gypsy's Kiss
7. Wasted Sunsets
8. Hungry Daze



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod