Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (1 / 5)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Blizzard Of Ozz
1981 Diary Of A Madman
1982 Speak Of The Devil
1983 Bark At The Moon
1986 The Ultimate Sin
1988 No Rest For The Wicke...
1991 No More Tears
1995 Ozzmosis
2001 Down To Earth
2007 Black Rain
2010 Scream
2014 Memoirs Of A Madman
2020 Ordinary Man
 

- Membre : Animetal Usa, Revolution Saints, Dream Evil, Metallica, Faith No More, Mystic Prophecy, Gioeli - Castronovo, Badlands, A New Revenge, Vicious Rumors, Jerry Cantrell , The Dead Daisies, Snakecharmer, Headspace, Quiet Riot, Infectious Grooves, Alice In Chains, Pride & Glory, Uriah Heep, Rainbow, MÖtley CrÜe, Zakk Wylde , Arch Enemy, Firewind, Nightrage, Black Label Society
- Style + Membre : Firstborne, Lizzy Borden, Red Dragon Cartel, Msg, Black Sabbath
 

 Site Officiel (1080)

Ozzy OSBOURNE - The Ultimate Sin (1986)
Par FENRYL le 19 Mai 2021          Consultée 2063 fois

En 1986, Ozzy va finaliser son douloureux processus de deuil de Randy (qui s'achèvera officiellement l'année suivante avec l'indispensable "Tribute"...) pour nous revenir plus léger et donc plus inspiré. Toutefois, "The Ultimate Sin" est le vilain petit canard de la disco de OSBOURNE et je ne me l'explique toujours pas… Ozzy clame depuis longtemps que son opus préféré est "Diary Of A Madman" quand "TUS" est celui qu'il déteste le plus. Sic... Il faut noter de prime abord que l'artwork brise enfin la malédiction : il est tout bonnement sublime ! Couleurs chatoyantes, caricature d'Ozzy efficace et accroche immédiate. L'une des plus réussies de sa discographie, à n'en pas douter.

Le line-up se stabilise autour du Prince of Darkness mais la section rythmique explose de nouveau et il est important de noter l'arrivée de Phil Soussan à la basse et d'un certain Randy Castillo (que l'on retrouvera bien plus tard en 1999 chez MÖTLEY CRÜE et ce, jusqu'à son décès en 2002). Immédiatement, il est indéniable qu'Ozzy et sa voix atteignent des sommets (que de progrès !), mis en valeur par une prod' en très nette amélioration. Mais l'essentiel se trouve au niveau des compos ! Cette galette regorge de titres inspirés, efficaces voire parfois flamboyants ! Oui, rien que cela !

En effet, le son se veut résolument moderne et accessible pour l'époque : une certaine forme de sonorités dites commerciales qui pour autant ne l'empêche pas de représenter le Heavy des années 80. Les neuf titres sont homogènes dans leur construction, dans leur timbre. Les riffs de Jake E. Lee raviront les fans de VAN HALEN et consorts par exemple : le solo de "Secret Loser" a de quoi vous secouer l'oreille interne avec délice. Si les premiers temps de batterie sur "The Ultimate Sin" ne sont pas franchement une réussite (tout comme le break de "Secret Loser", desservi par une section rythmique pas correctement mixée), pour le reste, il faut noter que les musiciens au service de sa Majesté délivrent une sacrée partition. Le final plus "brutal" est vraiment excellent.

Que dire quand Ozzy se place en mode "épique" et qu'il nous gratifie d'un "Killer Of Giants" au cours duquel on peut savourer un Lee qui se lâche de plus en plus (que de feeling, notamment pour ce solo !) ? On notera que de nombreux titres évoquent la guerre, les ravages des conflits et les armes dans leurs textes.
C'est ici la montée en puissance progressive et travaillée qui offre une très belle ambiance à ce morceau calme et posé au cours duquel Ozzy fait preuve d'une formidable capacité à moduler son timbre si typique.

Et puis évidemment, il y a ce "Shot In The Dark", phénoménal, au riff entêtant (et source de tant de discordes en interne depuis...). Intemporel ! Ce titre définit une règle quasi immuable sur cette partie de la discographie du Madman : un tube essentiel à vie par galette ! "I Don't Know"/"Crazy Train"/"Mr Crowley", puis "Believer"/"Diary Of A Madman" et "Bark At The Moon". Un riff simple et efficace, un refrain immédiat, un voix sans fioriture, c'est avec un schéma qui a fait ses preuves qu'Ozzy s'offre de grandes réussites.

Mais résumer l'album à ces deux monuments serait une grossière erreur que trop ont commis. Le titre éponyme et "Secret Loser" composent un duo introductif typiquement heavy Ozzyesque, avant la paire "Never Know Why" et "Thank God For The Bomb", plus passe-partout. Côté "riffage à gogo", "Never" n'est pas en reste (sans doute le morceau le plus hargneux qui fait son petit effet) et "Lightning Strikes", avec son riff rappelant "I Don't Know" – rien à faire, je ne peux pas m'empêcher de l'entendre, plus lent - double la mise.
Avec "Fool Like You", dans l'esprit d'un album que j'aime à qualifier de dansant, Osbourne applique encore et encore sa recette qui n'en finit plus de nous faire "bouger". Je ne sais pas comment le décrire autrement.

"The Ultimate Sin" est un véritable album de Hard/Heavy où les musiciens composent une série de partitions au service d'un vrai chanteur (re)prenant clairement en main sa carrière et sa vie. Si avec tout cela vous êtes passés à côté de ce "The Ultimate Sin", c'est assurément par mauvaise volonté. Une des injustices du monde de la musique pour un album à ne pas négliger... Bravo Prince of Darkness !

Note réelle : 3,5/5.

Top : "Shot In The Dark", "The Ultimate Sin", "Killer Of Giants", "Secret Loser".

A lire aussi en HEAVY METAL par FENRYL :


AVENGED SEVENFOLD
Live At The Grammy Museum® (2017)
Unplugged mais pas pour MTV !




WASP
Double Live Assassins (1998)
Un live qui tue...


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   FENRYL

 
   POWERSYLV

 
   (2 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant)
- Jake E. Lee (guitare)
- Phil Soussan (basse)
- Randy Castillo (batterie)


1. The Ultimate Sin
2. Secret Loser
3. Never Know Why
4. Thank God For The Bomb
5. Never
6. Lightning Strikes
7. Killer Of Giants
8. Fool Like You
9. Shot In The Dark



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod