Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Hypocrisy, The Abyss
- Style + Membre : Lindemann
 

 Site Officiel (630)
 Facebook (517)

PAIN - Psalms Of Extinction (2007)
Par DARK BEAGLE le 4 Février 2020          Consultée 384 fois

Il fallait bien que cela arrive. À trop tirer sur la corde, celle-ci cède. Et ça se produit, immanquablement un jour où l’autre. Pour le coup, avec PAIN, Peter Tägtgren perd pied en 2007 et ce "Psalms Of Extinction", qui n’apporte strictement rien de neuf à l’édifice, sinon des craquelures inquiétantes. Le compositeur stakhanoviste et multi-instrumentiste nous sert un copier-coller de ce qu’il faisait sur "Nothing Remains The Same" et "Dancing With The Dead" et malheureusement pour lui, cela finit par s’entendre.

Le titre d’ouverture est encore une fois l’un des plus Heavy de l’album et pour le coup, il s’avère plutôt moyen. Il pourrait faire penser au HYPOCRISY de "Catch 22", les machines en plus. C’est gras, c’est agressif, mais il lui manque un petit quelque chose pour vraiment prendre une dimension d’opener. Bref, pour être efficace. Et ce manque d’efficacité va se traîner sur les premiers morceaux, qui ne fonctionnent pas toujours ou qui se montrent assez grossier dans l’exécution ("Zombie Slam". Rick Grimes doit bien se gausser).

Il y a des titres qui parviennent à tirer leur épingle du jeu et qui s’avèrent même plutôt brillants dans les idées, comme "Just Think Again" et ses parties instrumentales planantes ou "Walking On Glass", qui font penser que Tägtgren en a encore sous le pied, mais que PAIN semble représenter de l’argent facile et qu’il ne se force pas trop (il suffit de voir les années qui espacent chaque album d’HYPOCRISY depuis "Virus" pour comprendre qu’il privilégie son projet solo). Ici, il fonctionne en pilotage automatique et à utiliser les mêmes moules d’album en album, il n’en ressort rien de bien folichon.

L’exemple le plus marquant réside peut-être bien dans la reprise du "Play Dead" de BJÖRK. Alors pour le coup, j’avoue ne pas être fan de l’Islandaise mais justement, Tägtgren avait la possibilité de me surprendre agréablement, mais au final, je ne sais pas si je préfère l’original à la cover tant cette dernière est plate et insignifiante. Sur cet album, Tägtgren donne l’impression de cocher l’une après l’autre les cases d’un cahier des charges qu’il se traîne depuis deux albums et qui représente une formule qu’il applique sans chercher à se renouveler. Ce qu’il ne fait pas avec HYPOCRISY, par exemple.

Alors oui, cela s’appelle peut-être "Psalms Of Extinction" pour faire un petit peu ivol, mais qui va franchement se laisser avoir par ce titre ? Ici, ce que le chanteur nous raconte, c’est comment il flingue petit à petit son projet Electro qui s’aligne de plus en plus sur le Rock que sur le Metal, sans sourciller le moins du monde. Le potentiel des deux premiers albums est loin, très loin et c’est avec amertume que l’on regarde Tägtgren se complaire dans la facilité tout en arrivant à filer la pêche grâce au côté dansant de ses compositions. Le début de la fin.

A lire aussi en METAL INDUS par DARK BEAGLE :


NINE INCH NAILS
Broken (1992)
Méchant garçon




MINISTRY
Psalm 69 - The Way To Succeed And The Way To Suck Eggs (1992)
Never trust a junkie


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Peter Tägtgren (tout)


1. Save Your Prayers
2. Nailed To The Ground
3. Zombie Slam
4. Psalms Of Extinction
5. Clouds Of Ecstasy
6. Play Dead ( Björk Cover )
7. Does It Really Matter?
8. Computer God
9. Just Think Again
10. Walking On Glass
11. Bottle's Nest
12. Bitch



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod