Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (59)
Questions / Réponses (4 / 29)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells... But Wh...
1988 So Far, So Good... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
2016 Dystopia
 

- Style : Exodus, Sulfator, Diamond Head, Spirit Web, Lyzanxia
- Membre : Abattoir, Act Of Defiance, Soilwork, Scarve, Aborted, Phazm, Mortuary, Altitudes & Attitude, Warrel Dane , Metal Church, Agent Steel, Artsonic, Savatage, F5, Marty Friedman, Cacophony, Eidolon, Jag Panzer, Angra, Lamb Of God, Hawaii
- Style + Membre : Metallica, Md.45, The Big 4 , Iced Earth
 

 Site Officiel Du Groupe (2443)
 Myspace Offciel Du Groupe (1122)
 Chaîne Youtube (792)

MEGADETH - United Abominations (2007)
Par DARK BEAGLE le 18 Juillet 2019          Consultée 678 fois

Il est difficile de savoir ce qui passe dans la tête de Dave Mustaine. Ce qui pourrait expliquer pourquoi il y a autant de mouvement de personnel autour de lui. Sur "United Abominations", Chris Poland n’est déjà plus de la partie, on retrouve Glen Drover (EIDOLON, KING DIAMOND) à sa place. Et surtout, on se demande où le rouquin ombrageux veut en venir. Passé la folie des débuts, il avait calmé progressivement le ton des albums jusqu’au très controversé "Risk" qui ressemblait à un appel du pied mal assumé pour exploser les charts. Depuis, Megadave essaye de raccrocher les wagons au train de son glorieux passé, mais il lui manque toujours quelque chose de plus ou moins important pour réussir à embrasser la gloire. Voire même la reconnaissance critique.

"United Abominations", c’est tout d’abord l’étonnement d’un point de vue strictement visuel, vu que l’on retrouve Vic Rattlehead de chair et de sang alors que le bâtiment des Nations Unies se fait bombarder, comme un préquelle à la jaquette de "Peace Sells… But Who’s Buying". Bon, on sait que Mustaine n’apprécie pas l’ONU, là il nous l’explique bien gentiment, à sa façon, c’est-à-dire en lâchant un texte au vitriol sur le sujet. Mais ne brûlons pas les étapes. "United Abominations" fait partie de ces albums difficile à appréhender. Pas qu’il soit difficile d’accès, mais il est difficile d’en penser quelque chose de bien défini, malgré plusieurs écoutes attentives.

À dire vrai, l’album commence plutôt bien. "Sleepwalker" sonne comme du MEGADETH classique, avec un riff Thrash très correct, "Washington Is Next!" possède une patte mélodique intéressante, avec un solo où l’on peut apprécier le jeu de Drover. Le morceau-titre tire également son épingle du jeu, avec son côté Heavy revêche façon "Countdown To Extinction". Puis il y a le reste. Et là, ça fait mal… Mustaine a complètement perdu pied et être le seul maître à bord est un statut qui visiblement ne lui convient plus. L’absence de Junior se fait sentir plus que jamais parce que MEGADETH devient ici un groupe vraiment insipide et inoffensif.

"United Abominations" est pauvre. Très pauvre. Le sommet de la non-créativité doit être atteint avec cette relecture complètement inutile de "A Tout le Monde", faite en compagnie de Cristina Scabbia (LACUNA COIL) qui fait figuration plus qu’autre chose. Cette version se veut certes plus vindicative, mais elle perd en efficacité, elle se voulait bien plus touchante et marquante sur "Youthanasia". Mais si ce n’était que ça. Près des deux tiers du disque sont complètement insignifiants. De la musique qui s’oublie à peine écoutée ou pire, qui laisse une très désagréable impression de foutage de gueule de la part d’un Mustaine en roue libre. Non seulement sa musique est pauvre, son chant est bâclé, mais en plus les paroles sont souvent assez faibles, trop faciles et souvent trop caricaturales pour être intéressantes.

Sur "United Abominations", MEGADETH a tout faux. Il lui manque… Euh… Un peu de tout en fait. Mustaine semble complètement à côté de la plaque et livre le pire album du groupe depuis "The World Needs A Hero", ce qui ne nous ramène pas très loin en arrière. Et c’est nous qui restons comme des cons dans cette affaire, à assister à la descente aux Enfers d’un groupe qui avait beaucoup compté à l’époque et qui, à ce moment-là, tentait de surfer sur son passé sans arriver à en toucher la substance. En tout cas, bravo à Megadave, le titre de l’album a été superbement choisi, vu cette compilation d’abominations unies. Et non, ne m’encouragez surtout pas à en faire des aussi faibles à chaque fois.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


BLACK SABBATH
Paranoid (1970)
Lourd, halluciné et fédérateur




TRIBE AFTER TRIBE
Enchanted Entrance (2002)
Roots bloody roots


Marquez et partagez



Par POWERSYLV




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802
   DARK BEAGLE
   FENRYL

 
   (4 chroniques)



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Glen Drover (guitare)
- James Lomenzo (basse)
- Shawn Drover (batterie)


1. Sleepwalker
2. Washington Is Next!
3. Never Walk Alone... A Call To Arms
4. United Abominations
5. Gears Of War
6. Blessed Are The Dead
7. Play For Blood
8. A Tout Le Monde (set Me Free)
9. Amerikhastan
10. You're Dead
11. Burnt Ice



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod