Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Astral Doors, Hibria, Helloween, Cage, Sinergy, Metalium, Silent Force
- Membre : Last Tribe, Saidian, Thunderhead, The Sygnet , Voodoo Circle, Mat Sinner , Magnus Karlsson's Freefall , Freedom Call, Kiske - Sommerville, Viva, Allen - Lande, Annihilator, Bob Catley
- Style + Membre : Starbreaker, Rebellion, Gamma Ray, Cans, Sinner, Midnight Sun
 

 Site Officiel (409)
 Myspace (304)
 Chaîne Youtube (289)

PRIMAL FEAR - Primal Fear (1998)
Par JEFF KANJI le 26 Octobre 2018          Consultée 525 fois

Ralph Scheepers est renvoyé de GAMMA RAY, c'est le drame pour le musculeux vocaliste allemand. Il va tenter de relever la tête, après avoir postulé au remplacement de Rob Halford au sein de JUDAS PRIEST, qui est resté bien silencieux depuis le départ du Metal God. Ses aptitudes vocales remarquables vont le faire repérer par KK Downing et Glenn Tipton, qui, néanmoins, opteront pour un Américain en la personne de Tim Owens. Mais dans l'intervalle, Ralph ne sera pas passé inaperçu, et c'est ainsi que peu après avoir reçu la nouvelle, Mat Sinner, à la tête de son propre groupe depuis plus de quinze ans, lui proposera de créer une toute nouvelle formation où il aurait le loisir d'explorer ses vocaux si impressionnants, éprouvés au cours d'un remplacement où lui et Tom Naumann l'accompagneront avec son tribute-band JUDAS PRIEST justement.

Nuclear Blast est très intéressé par l'ex GAMMA RAY et signe alors un contrat à PRIMAL FEAR pour une sortie d'album en février 1998. Le revival True Metal bat son plein, et la configuration est idéale pour une nouvelle formation, menée par deux figures de la scène allemande pour remporter le succès. L'album fait d'ailleurs une percée remarquable dans les charts allemands, et PRIMAL FEAR part en tournée en première partie des puissants HAMMERFALL et RUNNING WILD alors au sommet de leur gloire. Enregistrant tout eux-mêmes, Mat Sinner se chargeant d'une bonne partie des claviers pendant que Tom Naumann produit le disque, le batteur de SINNER est appelé à la rescousse pour proposer une partition efficace, où dès le départ l'énergie et la vitesse sont au programme ; les membres de PRIMAL FEAR ont mis toutes les chances de leur côté avec ce premier album éponyme.

Si Mat Sinner se défend d'être un gros fan de JUDAS PRIEST, les autres gaillards s'en donnent en cœur joie et les influences des chefs d'œuvre des Anglais sont présentes. Pour autant, et cela peut paraître paradoxal au regard de l'évolution stylistique habituelle d'un groupe à partir de son premier disque, cette couleur PRIEST-ienne va se renforcer au fil du temps. Car à ses débuts, PRIMAL FEAR surfe encore sur la vague True Metal et ramène dans ses bagages les quatre premiers albums réalisés avec GAMMA RAY, d'où un côté naturellement plus Speed de cet album éponyme. D'ailleurs Kai Hansen est présent pour contribuer à sa façon au nouvel envol de l'aigle de Metal qui va devenir l'emblème de PRIMAL FEAR, décochant trois soli dont il a le secret, notamment sur "Formula One" à l'atmosphère déjà relativement travaillée (à l'échelle de PRIMAL FEAR), même si le summum est atteint sur l'épique mid-tempo "Tears Of Rage" où chacun se montre sous son meilleur jour, et notamment Ralph qui module encore bien sa voix, là où il abordera les albums suivants avec une agressivité de plus en plus présente. On regrettera assez longtemps que le groupe n'exploite pas davantage cette facette de son écriture avant "Seven Seals".

Pris sur sa globalité, "Primal Fear" est un album incroyablement digeste (ce qui ne sera, là non plus, pas sa qualité première sur les albums suivants, surtout à partir de "Nuclear Fire"), dont le tempérament Power maîtrisé ("Chainbreaker" - quelle ouverture !) est bien équilibré par ces mid-tempi ACCEPT-iens dont Mat Sinner conserve jalousement la recette (on le retrouve même aux vocaux sur "Battalions Of Hate"). Le tout est porté par un vocaliste impérial, dont la solidité et l'agilité de l'instrument semblent à tout épreuve, les guitares de Tom Naumann mordant bien comme il faut aux moments les plus opportuns. Un premier effort de grande classe assurément.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


X JAPAN
Jade (2011)
Tes cicatrices sont belles comme le jade...




SABATON
The Last Stand (2016)
Le leader du Heavy


Marquez et partagez



Par STEF




 
   JEFF KANJI

 
   FREDOUILLE
   ODIN
   PIERRE

 
   (4 chroniques)



- Klaus Sperling (batterie)
- Tom Naumann (guitare, claviers)
- Mat Sinner (basse, claviers, chœurs, chant)
- Ralph Scheepers (chant, chœurs)
- -
- Kai Hansen (guitare solo sur 5,6,9)
- Frank Rössler (claviers additionnels)


1. Primal Fear
2. Chainbreaker
3. Silver & Gold
4. Promised Land
5. Formula One
6. Dollars
7. Nine Lives
8. Tears Of Rage
9. Speed King (cover DEEP PURPLE)
10. Battalions Of Hate
11. Running In The Dust
12. Thunderdome



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod