Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (26)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slaves On Dope, Reform The Resistance
 

 Linkin Park France (890)
 Site Officiel (192)
 Myspace (212)
 Chaîne Youtube (163)

LINKIN PARK - Hybrid Theory (2000)
Par CHAPOUK le 6 Décembre 2017          Consultée 288 fois

Au début des années 2000, dans le monde du Neo ce sont des KORN, des DEFTONES et des LIMP BIZKIT qui tiennent fermement la barre, tandis que plusieurs autres formations (COAL CHAMBER, KITTIE, SPINESHANK…) émergent et viennent graviter autour de ces mastodontes.

Et qui débarque avec grand fracas au milieu de tout ça ? LINKIN PARK !
Quelques questions se posent alors : Comment ce groupe a pu produire une explosion aussi retentissante dès son premier skeud alors que des SPINESHANK, par exemple, sont (et restent encore) relégués au second rang sur la photo de famille du Neo Metal ? Comment ils ont fait ? Qu'est-ce qu'ils ont de plus que les autres ?
Si on regarde ce groupe de loin effectivement ces questions restent sans réponse. Et si on est légèrement médisant on peut même se dire que ce groupe a juste été méga surestimé…
C'est vrai quoi ! Qu'est-ce qu'on trouve sur ce "Hybrid Theory" ?

- Des riffs KORNiens au possible sur "With You" ou "Be Myself", voire même des intonations à la Jonathan Davis dans le chant du break (monstrueux ! Faut le dire quand même !) de "Place For My Head". Et d'autres riffs plus "Neo-passe-partout" sur le reste des compos.

- Une alternance chant rappé, chant clair / scream : ouais rien de neuf sous le soleil… Se référer au trio gagnant cité en intro.

- Des arrangements Electro (samples / scratchs / loops…) : idem

Mais alors comment expliquer le succès de ce groupe si tout à déjà été vu avant ?!!
Ben là où LINKIN PARK a tout explosé, c'est qu'il a su rendre sa musique accessible, grâce à divers éléments (mélodies, lignes de chant) beaucoup plus typés Pop que ce que pouvaient faire leurs acolytes Neo Metalleux à l'époque. Tout connement...

Et coupons tout de suite ces vilaines langues de pute qui bavent sur ce groupe : oui avec "Hybrid Theory" la bande à Chester a amplement mérité son succès !

Ce skeud est juste une usine à tubes putain !!
C'est "Papercut" qui ouvre le bal avec une flopée d'informations : beat d'intro, boucle Electro, grosses guitares, couplets rappés qui débouchent sur un refrain entêtant… Dites bonjour à la chanson-type du groupe ! Oui on peut reprocher à LINKIN PARK une certaine linéarité dans la structure de ses morceaux, mais cette recette fonctionne à chaque fois sur cet album.

Suffit de jeter une oreille sur "One Step Closer" et "Crawling", dont les refrains me reviennent régulièrement en tête. Ou sur "In The End", LA chanson "commerciale" de la galette avec cette petite mélodie au piano reconnaissable entre toutes, ou encore sur "Runaway" avec son ambiance "aquatique" sur les couplets et ce refrain qui vient redonner un élan d'agressivité à ceux qui en manquaient. Ce sont à mon avis les exemples les plus marquants. Osez me dire, après avoir écouté ces titres que vous ne pouvez pas au moins fredonner le refrain ! Je les ai écoutés pour la première fois il y a un peu plus d'une dizaine d'années, je ne me considère pas comme méga fan du groupe et je n'ai pas usé leurs skeuds sur mes platines (excepté le single de "Numb"), mais après ça j'ai toujours été capable de chanter facilement les refrains ! Bon dans une sorte de franglais-yaourt, ok, mais j'avais clairement les lignes de chant en tête.

Et pour les autres morceaux qui sont un peu moins tubesques, ils n'en restent pas moins tout à fait efficaces. On a "With You" et son ambiance composée de scratchs ou l'alternance des couplets du duo Shinoda / Bennington est parfaitement équilibrée, "Points Of Authority" où je trouve que les riffs de gratte se marient très bien avec le flow de Shinoda, un "Be Myself" avec un refrain explosif où Chester nous lâche des screams d'une rare intensité, "Place For My Head" et son riffing original qui ne fait que monter en tension tout au long de sa progression, "Forgotten" où Chester se lâche complètement dans son chant et dont le refrain possède un je-ne-sais-quoi de lumineux au milieu de cette ambiance agressive. Et que dire de cet instrumental, "Cure For The Itch", qui laisse place libre à mister Hahn pour nous montrer son talent et nous embarquer au fil des scratchs dans un court voyage mêlant beat Hip-Hop et ambiance mélancolique aérienne.
À la rigueur il n'y a que "Pushing Me Away" qui me semble légèrement en-dessous du reste, même si elle reste tout à fait écoutable.

Même si LINKIN PARK ne révolutionne pas le Neo avec ce "Hybrid Theory", cette facette accessible de sa musique apporte un vent de fraîcheur et d'énergie dans le paysage Neo Metal des années 2000. Presque vingt ans après, c'est toujours un plaisir de réécouter cet album.

A lire aussi en NEO METAL par CHAPOUK :


AQME
Dévisager Dieu (2014)
Le changement, c'est maintenant !




SKINDRED
Volume (2015)
Comment passer à un millième près de la perfection


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
   CHAPOUK
   FENRYL
   JEFF KANJI
   METALINGUS

 
   (5 chroniques)



- Mike Shinoda (chant, guitare & samples)
- Chester Bennington (chant)
- Brad Delson (guitare)
- Rob Bourdon (batterie)
- Mr Hahn (platines & samples)


1. Papercut
2. One Step Closer
3. With You
4. Points Of Authority
5. Crawling
6. Runaway
7. By Myself
8. In The End
9. A Place For My Head
10. Forgotten
11. Cure For The Itch
12. Pushing Me Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod