Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (19)
Questions / Réponses (3 / 4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Kiss
  Hotter Than Hell
1975 Dressed To Kill
  Alive!
1976 Destroyer
  Rock And Roll Over
1977 Love Gun
  Alive Ii
1978 Kiss Meets The Phantom O...
  Ace Frehley
  Gene Simmons
  Peter Criss
  Paul Stanley
1979 Dynasty
1980 Unmasked
1981 Music From The Elder
1982 Creatures Of The Nigh...
1983 Lick It Up
1984 Animalize
1985 Asylum
1987 Crazy Nights
  Exposed
1989 Hot In The Shade
1992 Revenge
1993 Alive Iii
1996 Kiss Unplugged
1998 Psycho Circus
2009 Sonic Boom
2012 Monster
2016 Kiss Rocks Vegas
 

- Style : Slade, Poison, Star Rats, Sweet
- Membre : Vinnie Vincent Invasion , Alice Cooper, Black Country Communion
- Style + Membre : Ace Frehley
 

 Site Officiel (2283)
 Myspace (898)

KISS - Crazy Nights (1987)
Par DARK BEAGLE le 18 Juin 2018          Consultée 267 fois

Après un break en 1986, histoire de recharger les batteries après des années à tourner et à enregistrer sans relâche, KISS revient sur le devant de la scène en 1987 avec "Crazy Nights". Le Hard Rock prenait des directions plus soyeuses à cette époque, entre les paillettes et l’AOR. Les groupes comme POISON ou BON JOVI connaissaient un succès hallucinant (le beau Jon venait de casser la baraque avec son "Slippery When Wet", en compagnie d’un certain Desmond Child qui travaillait également pour le Bisou) et forcément, cela attise des envies, aiguise l’appétit.

Plutôt que de sortir un album frontal, Rock’N’Roll et burné comme il se doit, histoire de montrer qu’ils sont toujours les boss malgré leur statut de quasi-dinosaure, KISS préfère sortir un album dans la mouvance actuelles, comme pour montrer aux jeunes que les vieux sont toujours de la partie. Sauf que là, malheureusement, les vieux accusent leur âge et n’apparaissent que comme des suiveurs sans trop d’intérêt au milieu de combos qui jouent une musique identique bien mieux qu’eux au final.

Parce qu’ici, KISS abandonne le Rock’N’Roll et le Heavy Metal pour nous pondre des mélodies sucrées et complètement inoffensives et cela se confirme dès le premier morceau, le sympathiquement détestable "Crazy Crazy Nights", chanté comme presque toutes les entames par Paul Stanley, qui se montre un peu plus maniéré ici, un peu à la "I Was Made For Lovin’ You", sans avoir le charme de cette dernière. Nous tenons là peut-être bien l’entame la plus faible depuis "Music From The Elder". Certes, ça se retient bien, le refrain est efficace, mais le reste est tout de même assez inoffensif. Et côté plaisir coupable, je ne vous raconte pas...

D’ailleurs, inoffensif, voilà un terme qui convient bien pour décrire "Crazy Nights". L’ensemble est quand même très, trop gentillet et il faut attendre "No, No, No" pour se mettre quelque chose de plus consistant dans les oreilles. Eric Carr et Bruce Kulick sont à l’origine du morceau, avec cette introduction Heavy à souhait. Gene Simmons n’a eu qu’à la compléter pour obtenir la tuerie de l’album et c’est bien la seule, et encore, le terme tuerie est un brin galvaudé. Ensuite, ça retombe comme un soufflé et pire, l’album donnera des motifs pour grincer des dents.

Déjà il y a "My Way" et ce synthé insupportable, fait pour sonner comme du BON JOVI, sans en avoir la saveur pour autant. Autre morceau tombant dans ce travers, la ballade "Reason To Live", sirupeuse à en faire une indigestion, qui essaye elle aussi de piétiner les platebandes de Jon. Et manque de pot, il s’agit pour les deux de compositions en collaboration avec Desmond Child. Difficile de croire que le même groupe proposait quelques années plus tôt des morceaux de la trempe d’un "I Love It Loud", "Exciter" ou "King Of The Mountain". Difficile de croire que Ron Nevison (UFO, HEART) soit également aux manettes pour balancer une prod’ aussi aseptisée. Et inoffensive de ce fait.

Malgré quelques plaisirs coupables (on y revient toujours), cet album ne mérite pas franchement que l’on s’attarde dessus. La discographie de KISS est suffisamment riche pour se permettre de s’intéresser à d’autres choses. Si Bruce Kulick n’était pas là pour balancer des riffs plus acérés et des soli concrets et solides, il n’y aurait pas grand-chose à tirer de ce "Crazy Nights" franchement pas fou-fou. Bref, un beau plantage qui ne présage rien de bon pour la suite.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par DARK BEAGLE :


HEART
Heart (1985)
Le phénix renaît de ses cendres




HEART
Brigade (1990)
Aurait pu s'appeler legion.


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Paul Stanley (guitare, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Bruce Kulick (guitare)
- Eric Carr (batterie)


1. Crazy Crazy Nights
2. I'll Fight Hell To Hold You
3. Bang Bang You
4. No, No, No
5. Hell Or High Water
6. My Way
7. When Your Walls Come Down
8. Reason To Live
9. Good Girl Gone Bad
10. Turn Of The Night
11. Thief In The Night



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod