Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (33)
Questions / Réponses (2 / 6)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Edguy, Armory, Ape, Iron Savior, Primal Fear, Heavens Gate, Manigance, Hibria, Soulhealer, Shockmachine, Lovebites, Darker Half, Chroming Rose, Scanner, Zonata, Steel Attack, The Storyteller , Montany, Metalium, Insania, Heavenly
- Membre : Rawhead Rexx, Holy Moses, The German Panzer , Michael Kiske , Roland Grapow , Andi Deris , Masterplan, Unisonic, Place Vendome, Beautiful Sin, Pink Cream 69
- Style + Membre : Serious Black, Gamma Ray, Symfonia
 

 Site Officiel D'helloween (2146)
 Myspace (949)
 Chaîne Youtube (873)

HELLOWEEN - The Time Of The Oath (1996)
Par DARK BEAGLE le 22 Juin 2016          Consultée 983 fois

Michael Weikath joue souvent les blasés, mais le suicide d’Ingo Schwichtenberg, batteur originel d’HELLOWEEN, l’aura marqué, plus qu’il ne veut bien le laisser voir. Est-ce pour cela que "The Time Of The Oath" semble moins axé sur la déconne ? Il est certes un peu plus sombre que ce à quoi les Citrouilles nous avaient habitués, mais ce serait faire un raccourci un peu rapide. Schwichtenberg ne verra pas que cet album lui est dédié. Et même si on peut dire ce que l’on veut de Weikath, ce disque est une belle dédicace.

Andi Deris se sent parfaitement à l’aise au sein du combo. Uli Kusch et lui, arrivés pour "Master Of The Rings", prennent leurs aises à la composition et brillent souvent, comme sur "Wake Up The Mountain", "We Burn" ou encore l’excellentissime "Before The War", qui ramène HELLOWEEN vers une agression sonore qu’il n’avait plus approché depuis longtemps.

Depuis le départ de Kiske, Weikath se sent quant à lui plus libre et cela s’entend parfaitement sur cet opus. "Kings Will Be Kings" aurait pu garnir l’un des "Keeper", "Steel Tormentor" joue dans la cour du vieux JUDAS PRIEST tandis que "If I Knew", belle ballade sentimentale va flirter du côté de DEEP PURPLE.

Mais surtout, les musiciens semblent avoir retrouvé le plaisir de jouer ensemble. Il y a une espèce d’alchimie palpable sur cet album, cela transpire à travers "Mission Motherland", œuvre collégiale chapeautée par Weikath, ou encore sur "The Time Of The Oath", qui se base sur les prédictions de Nostradamus et qui offre un final épique à ce disque qui n’en demandait sûrement pas tant.

HELLOWEEN sort ici la tête et les épaules de l’eau et se rassure pleinement. Le fait que les musiciens coopèrent pour la composition a été un grand plus et si certains moment sont un peu faibles ("A Million To One", "Anything My Mama Don’t Like"), l’osmose créée de ces collaborations aura permis au groupe de publier son meilleur album depuis la période dorée des "Keeper", voire de faire aussi bien que le second volet (oui, j’ose).

A lire aussi en POWER METAL par DARK BEAGLE :


LOVEBITES
Battle Against Damnation (2018)
Damnation and a day




LOVEBITES
Clockwork Immortality (2018)
Let me entertain you


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   BAST
   DARK BEAGLE
   PIERRE

 
   (4 chroniques)



- Markus Großkopf (basse)
- Roland Grapow (guitare)
- Michael Weikath (guitare)
- Andi Deris (chant)
- Uli Kusch (batterie)


1. We Burn
2. Steel Tormentor
3. Wake Up The Mountain
4. Power
5. Forever And One (neverland)
6. Before The War
7. A Million To One
8. Anything My Mama Don't Like
9. Kings Will Be Kings
10. Mission Motherland
11. If I Knew
12. The Time Of The Oath



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod