Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (19)
Metalhit
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns, Amorphis
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (357)
 Myspace (340)

PARADISE LOST - Paradise Lost (2005)
Par DARK BEAGLE le 6 Février 2018          Consultée 225 fois

Le coup de l’album éponyme, ça a déjà fait par d’autres avant eux, au milieu d’une discographie foisonnante et variée. Souvent, cela indique un retour aux sources et ça tombe bien, PARADISE LOST semblait communiquer en ce sens, ne serait-ce qu’avec la pochette plus obscure, plus glauque que les dernières proposées. Mais au final, il y a un grain de sable qui s’est glissé dans la mécanique, parce que, mine de rien, ce disque, c’est juste quelque chose dans la lignée de "Symbol Of Life", mais avec des guitares plus présentes.

Donc, pas de grosses différences, sinon que les refrains sont peut-être un peu moins catchy (et encore !). On est en terrain connu, vaguement Gothique, mais certainement pas Doom. Et souvent, malheureusement, on a l’impression que le groupe n’est pas toujours très concentré et qu’il ne propose en réalité que des ébauches de morceaux. Ces derniers sont parcellaires, ils attirent l’oreille sur certains points mais peinent à convaincre dans leur intégrité. Il y a des exceptions, bien sûr, comme "Forever After", qui permet enfin à l’album de décoller quelque peu, synonyme d’un régime qui enfin va s’emballer quelque peu, avec ses hauts et ses bas, jusqu’au titanesque "Over The Madness".

Voilà les deux monstres qui permettent à ce "Paradise Lost" de sortir par intermittence la tête de l’eau et de ne pas boire la tasse comme "Believe In Nothing", même si on n’est pas loin d’un mauvais album, mais pas pour les mêmes raisons. "Paradise Lost", c’est un album d’une timidité que l’on n’attendait pas, ou plus de la part des Anglais d’Halifax. Les idées sont souvent bonnes (le refrain de "Don’t Belong", la ligne mélodique de "Grey"…) mais elles sont souvent accompagnées par des plans d’une banalité effarante. On reconnait le style de la formation, on sent qu’elle a une certaine ambition, une volonté à renouer avec une formule ayant fait ses preuves, mais sans la réussite espérée.

"Paradise Lost" est un disque moyen. C’est un peu triste, pas franchement motivant non plus. Mais peut-être un passage obligé pour un groupe qui avait grandement évolué par le passé, jusqu’à offrir au monde un album qui sera longtemps incompris ("Host"), qui sortait complètement de la zone de confort instaurée avec des opus comme "Icon" et "Draconian Times". Comme s’il fallait redresser la barre d’un vaisseau qui louvoyait un peu trop…

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Stille (1997)
Dans l'âge d'or




HIM
Greatest Lovesongs Vol. 666 (1997)
Love Metal !


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   DARK BEAGLE
   KARL VON KARL
   POULPI

 
   (4 chroniques)



- Aaron Aedy (guitare)
- Stephen Edmondson (basse)
- Nick Holmes (chant)
- Gregor Mackintosh (guitare)
- Jeff Singer (batterie)


1. Don't Belong
2. Close Your Eyes
3. Grey
4. Redshift
5. Forever After
6. Sun Fading
7. Laws Of Cause
8. All You Leave Behind
9. Accept The Pain
10. Shine
11. Spirit
12. Over The Madness
13. Don't Belong (string Dub Mix)
14. Over The Madness (string Dub Mix)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod