Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM/GOTH METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2015 The Plague Within
2017 Medusa
 

- Style : Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Wintereve, Empire Drowns, Amorphis, On Thorns I Lay
- Membre : Bloodbath, At The Gates, Cradle Of Filth, Vallenfyre
- Style + Membre : Strigoi, My Dying Bride
 

 Site Officiel (540)
 Myspace (531)

PARADISE LOST - Obsidian (2020)
Par PERE FRANSOUA le 1er Juillet 2020          Consultée 326 fois

Depuis que PARADISE LOST est revenu à ses fondamentaux il n’a pas produit de mauvais disque. Faisant varier légèrement les ingrédients de la recette d’un album à l’autre, à l’instar d’un ENSLAVED, il peut vous séduire et vous combler plus ou moins en fonction de vos goûts.

La grosse surprise du retour d’un growl sale et méchant sur "The Plague Within" (en même temps que chez BLOODBATH) fait désormais partie des meubles. Ils apportent à cet "Obsidian" le certificat d’extrémisme qui permet toutes les douceurs sans jamais pouvoir être accusé de rechute dans la Pop.

Tout se tient bien, le son des guitares a laissé six pieds sous terre le gras gravier de "Medusa" pour un rendu plus feutré laissant le soin aux compositions de se faire remarquer. Et d’une manière générale "Obsidian" sonne comme une synthèse naturelle de toute leur carrière, (un titre comme "The Devil Embraced" embrasse toutes leurs facettes.)
Néanmoins nos chers vieux Anglais toujours plus dégarnis aiment surprendre aussi un peu à chaque fois, ils ont la bougeotte à leur manière, ils l’ont nettement prouvé par le passé.
Du coup la surprise du jour c’est ce retour du Rock Gothique, un peu partout l’air de rien ou bien à grosse dose comme sur le gros coming out qu’est l’irrésistible "Ghost", le vieil amour de jeunesse clamé et brandi (le titre est un single mis en avant), avec tous les bons gimmicks qui ne trompent pas : arpèges de guitares claires sculptées dans un bloc de flanger, marque de fabrique de toute une scène de The CURE à FIELDS OF THE NEPHILIM, mais aussi et surtout la voix de baryton pas jouasse sans laquelle la galette n’est pas complète, clin d’œil avec des cœurs à Peter Murphy et Andrew Eldritch.

Coutumiers des disques inégaux les gars enchaînent cette fois les coups imparables, subtiles déclinaisons de l’éventail PARADISE LOST, de l’émotionnel ("Darker Thoughts", "Ending Days"), du plus Goth Rock ("Forsaken", "Hope Dies Soon"), du plutôt méchant entièrement growlé ("Serenity"), du tout parfait ("Fall From Grace"), avec comme fil conducteur ces fameux arpèges gavés de flanger et de delay qui distillent cette bonne odeur de batcave des 80s.

Sans crier au génie (mais l’a-t-on jamais fait pour eux ?), "Obsidian" s’impose, de la première à la moultième écoute, du début à la fin comme une des meilleures cuvées, trop consensuelle peut-être et dépourvue de l’extrémisme sympa des deux précédents opus, mais éminemment cohérente, équilibrée, subtilement addictive, franchement réussie.

A lire aussi en DOOM METAL par PERE FRANSOUA :


ABYSMAL GRIEF
Blasphema Secta (2018)
Cadavres Exquis




ABYSMAL GRIEF
Feretri (2013)
Dell'amore della morte


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
   PERE FRANSOUA

 
   (2 chroniques)



- Nick Holmes (chant)
- Greg Mackintosh (guitare, claviers)
- Aaron Aedy (guitare)
- Steve Edmondson (basse)
- Waltteri Väyrynen (batterie)


1. Darkest Thoughts
2. Fall From Grace
3. Ghosts
4. The Devil Embraced
5. Forsaken
6. Serenity
7. Ending Days
8. Hope Dies Young
9. Ravenghast



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod