Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DVD

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Pink Floyd, Metallica, Queen

FILM - Lords Of Chaos (2019)
Par JEFF KANJI le 3 Mai 2019          Consultée 203 fois

Je dois avouer être presque surpris qu'un film traitant du mythique True Norwegian Black Metal n'ait pas vu le jour plus tôt, surtout après le précédent décevant de "Metalhead" en 2013. L'histoire est connue, est entrée dans le folklore Metal par la grande porte, et même un Metalleux non-adepte des Arts Noirs connaît les pseudos d'Euronymous et de Varg (qui est devenu le nouveau patronyme officiel de Christian).

Que vaut "Lords Of Chaos" ? Je dirais qu'à l'image de "Bohemian Rhapsody", le film ne se veut pas un documentaire même s'il accorde un soin particulier aux évènements-clés, romançant volontiers afin de servir le storytelling. Et dans le cas de "Lords Of Chaos" il y en avait besoin vu la pléthore de personnages impliqués. D'ailleurs il fallait choisir une trajectoire, et c'est bien évidemment celle d'Euronymous qui a été choisie, personnage central de tout ce petit monde et fondateur de l'Inner Circle. S'inspirant du livre du même nom, le film ne pouvait pas faire autrement.

Il faut dire qu'à l'image de son slogan final, et la façon dont il est dépeint, on comprend très bien quel genre de personne il était : un cas soc' pas stupide, possédant des talents de publicitaire indéniables et qui est non seulement l'inspirateur mais aussi l'origine de toute l'image du mouvement que MAYHEM incarne dès "Pure Fucking Armageddon". Et l'image, Dieu sait que ça compte dans la caractérisation d'un mouvement. Rendons donc à Euronymous ce qui est à Euronymous, un mec qui est capable de monter un label, un magasin de disques, mais incapable de les tenir.

Et puis il y a l'Inner Circle. Toutes les conneries qu'Euronymous a clamé vouloir mettre à exécution mais que d'autres éminences feront pour lui, dépassant bien souvent ses espérances et échappant à son emprise. Le catalyseur de cette rivalité sera évidemment ce psychopathe de Christian Vikernes, jusqu'au-boutiste et largement plus extrémiste que ne le sera jamais Euronymous, un peu la version de lui-même que le défunt guitariste fantasmait sans doute. Et cela est bien retranscrit à l'écran. Alors certes, le parti-pris est de suivre la logique d'Euronymous jusqu'au bout, ne s'étendant pas trop sur le fait que MAYHEM, bien qu'au commencement de tout, se fasse largement distancer par DARKTHRONE ou encore BURZUM, et que les noms de Fenriz ou Samoth n'aient pas davantage d'importance dans le film sur les actions de l'Inner Circle.

Après, VICE est derrière le film, donc il fallait le quota de sang et de dégueulasserie (les scènes de scarification de Dead ou le meurtre commis par Faust), et de culs et de seins, qu'on ne voit en définitive pas tant que ça (dommage ils sont plutôt mignons et le casting ne donne pas trop dans la bi-bitch). C'est qu'il fallait que le film soit divertissant. Tout ce qui tourne autour de Dead tend à accroître sa légende, même si sans doute la complexité du personnage n'est pas totalement représentée dans le film. Mais n'oublions pas qu'il faut vendre. "The Dirt" présente dans ce cas la même limite : ne pas montrer le dénuement social et financier dans lequel se trouvaient tous ces gens, les groupies faisant autant office de logeuses que de nourricières.

"Lords Of Chaos" est pour moi réussi, divertissant (et assez facile à suivre en V.O.) et permet à sa façon de célébrer une mythologie pas exempte de scènes violentes et éminemment condamnables (ce pour quoi il pourrait être critiqué) et de remettre en perspective le personnage d'Euronymous, une petite frappe dépassée par ses paroles à partir du moment où de véritables sociopathes commencent à grossir son entourage.

A lire aussi en BLACK METAL :


ENSLAVED
Below The Lights (2003)
Black metal

(+ 1 kro-express)



CELTIC FROST
Morbid Tales (1984)
Dark metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   JEFF KANJI
   METALINGUS
   PERE FRANSOUA

 
   (4 chroniques)



- Jonas Åkerlund (réalisateur)
- Rory Culkin (Øystein aarseth)
- Emory Cohen (varg vikernes)
- Jack Kilmer (dead)
- Sky Ferreira (meuf bonne)


1. Suicidal Winds - Celtic Frost
2. A Grey Sun, The Dark & The Spirits Of The Depths
3. Deathcrush - Mayhem
4. Funeral Fog - Mayhem
5. Pagan Fears - Mayhem
6. Freezing Moon - Mayhem
7. Pure Fucking Armageddon - Mayhem
8. Slapen, Vals - Jon Faukstad
9. Inri - Sarcófago
10. Fast As A Shark - Accept
11. Stand Up And Shout - Dio
12. Born For Burning - Bathory
13. Elizabeth Bathory - Tormentor
14. The Ancient Route - Karim Azedia
15. Ripped From The Cross - Grotesque
16. La Det Swinge - Bobbysocks
17. Seventh Day Of Doom - Tormentor
18. Outbreak Of Evil - Sodom
19. Damned Grave - Tormentor
20. Parleporten
21. Beyerdynamics - Matthias Eklund
22. Serpent Eve - Cathedral
23. The Return Of Darkness And Evil - Bathory
24. Submit To Death - Grotesque
25. Imprisoned - Nelvetur
26. Satanic Lust - Sarcófago
27. Lose Yourself I Can Think For Both Of Us
28. Flugufrelsarinn - Sigur Rós
29. Exhume To Consume - Carcass
30. Varúð - Sigur Rós
31. Ehwar - Wardruna
32. Trollabundin - Eivør Pálsdóttir
33. Sigur Rós - Sigur Rós
34. Do Unto Others - Holy Terror
35. Dauðalogn - Sigur Rós
36. All Alright - Sigur Rós
37. Alpha Omega - Holy Terror
38. Ég Anda - Sigur Rós
39. De Tre Piker - Myrkur
40. Locust - Malparidos
41. Claymore Mine Stalking - Tangerine Dream
42. The Host Of Seraphim - Dead Can Dance



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod