Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DVD

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Pink Floyd, Metallica, Queen

FILM - Lords Of Chaos (2019)
Par METALINGUS le 22 Avril 2019          Consultée 244 fois

ATTENTION : CHRONIQUE AFFICHANT MILLE ET UN SPOILERS !

La première fois que j’ai regardé la bande-annonce, j’ai vomi. Ensuite, j’ai visionné le film : j’ai vomi de nouveau. Pourtant, je n’aurai pas dû m’en faire pour si peu de choses : dès que le réalisateur a obtenu le feu vert afin de mettre en marche les caméras, le film était voué à l’échec. La raison ? Purement et simplement parce que les péripéties entourant l’"Inner Circle" sont trop "Trve" pour Hollywood. C’était écrit dans le ciel (et dans les galaxies environnantes) que ce "Lords Of Chaos" allait foutre en l’air toute l’histoire. Pour ajouter aux difficultés des scénaristes de raconter de manière objective les actions entreprises, les trois principaux protagonistes sont loin d’être en mesure de valider les faits : l’un s’est suicidé, l’autre a été assassiné, et ce cher Varg est beaucoup trop occupé à vouloir attirer l’attention par tous les moyens possibles et imaginables pour que l’on ait véritablement foi en sa version. Les producteurs ont donc dû se contenter des témoins indirects.

Les trois protagonistes, parlons-en : je commencerai par Dead, interprété de brillante façon par monsieur Kilmer, fils de papa Val. Il faut dire que le jeune homme a le talent de son père, il crève (littéralement) l’écran. Chacune de ses présences est bien sentie : mention honorable à la scène d’après concert où l’on sent réellement toute sa détresse. J’aurais tout de même aimé de meilleures mises en scène concernant les habitudes peu orthodoxes du chanteur, comme la scène de l’oiseau mort dans le sac, ou l’enterrement de ces vêtements.

Concernant Euronymous, l’acteur est bien choisi. Toutefois, son physique laisse plus penser à un Fenriz par exemple. Le réalisateur a su relativement bien capter le personnage : le leader étant plus un orateur qu’un passeur à l’acte. Il a toujours été meilleur à discuter de sa vision du "Black Metal". Ce qui est totalement le contraire de Christian Vikernes. Si les scénaristes ont bien su porter à l’écran Dead et Euronymous, ils ont été pitoyables avec Varg : notez d’abord le physique qui est à des années-lumière du "Count" : Gros, yeux bruns (Varg a dû vomir tout comme moi en voyant ce détail), insécures et maladroits aux premiers abords, hyper influencés, etc. Un ami Pro-Euronymous m’a même confié que même lui n’aurait pas osé dépeindre Christian de façon aussi peu flatteuse. Mais que voulez-vous, il fallait un méchant dans l’histoire. Sur le plan visuel, toutes les scènes de violence sont très graphiques : rien n’est épargné à l’auditeur, tout est direct. C’est très bien fait et convaincant.

Si l’histoire s’était arrêtée là, j’aurais pu dire que "Lords Of Chaos" était un film correct, voire respectable. Malheureusement, Hollywood oblige, il a fallu mêler à ça beaucoup de seins (totalement inutile), une façon supplémentaire et aucunement subtile de montrer à quel point nos deux personnages principaux sont aux antipodes : Varg serait donc une bête de sexe s’enfilant les filles les unes après les autres, alors qu’Euronymous aurait une relation stable. Que dire également des scènes épileptiques où Euronymous revoit Dead qui semble le hanter d’une manière ou d’une autre. La palme du mauvais goût revient néanmoins à Faust, présent seulement pour regarder des films d’horreur avant d’aller tuer un pauvre homosexuel : Je ne sais pas si je suis le seul qui ait fait ce lien, mais il est donc suggéré que le meurtre serait dû à toute la violence que Faust regardait à la télévision. Pour terminer la tournée des mauvaises idées : Snorre Ruch, le complice de Varg, est ici dépeint comme son simple laquais. L’image est un peu trop stéréotypée pour moi. En somme, ce sont les détails du film qui tirent celui-ci vers le bas malgré son ossature relativement solide.

Sur une note personnelle, regarder "Lords Of Chaos" fut dur pour mon petit cœur de Metalleux. Il faut dire que j’ai découvert le Black Metal à l’âge de seize ans par l’entremise d’amis plus ou moins douteux. Ensemble, nous avons formé notre propre petit "Inner Circle", avec nos "vilains" projets, notre musique, etc. Bien sûr, nos ambitions de destruction d’église et de cimetières ne se sont jamais concrétisées, on préférait simplement en parler. C’est pendant cette période que nous avons tout lu sur le sujet norvégien et de leurs normes: leur musique, le jusqu’au-boutisme, le fait que certains musiciens disaient ne jamais rire car ils étaient trop "Evil", porter des surnoms car les prénoms sont trop "humains", et j’en passe et des meilleures. Pendant un temps, nous avons fait exactement ça : ces gars étaient pour nous des Dieux. Après tout, ils avaient été au bout des choses : brûler des églises, tuer des gens, enregistrer des disques, etc. Mon meilleur ami vouait un culte à Vikernes, allant jusqu’à se couper volontairement au visage pour y laisser une cicatrice au même endroit que son héros, c’est dire. Et puis, le temps a fait son œuvre, nous sommes chacun partis de notre côté vers des directions différentes. Aujourd’hui, je suis intervenant en psychiatrie. Le fanatique de Vikernes ? Conseiller financier. Comme quoi le jusqu’au-boutisme a une date de péremption.

A lire aussi en BLACK METAL par METALINGUS :


GOD SEED
I Begin (2012)
Les ex-membres de GORGOROTH en action !




BEHEMOTH
Sventevith (storming Near The Baltic) (1995)
Promenons-nous dans les bois...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   JEFF KANJI
   METALINGUS
   PERE FRANSOUA

 
   (4 chroniques)



- Jonas Åkerlund (réalisateur)
- Rory Culkin (Øystein aarseth)
- Emory Cohen (varg vikernes)
- Jack Kilmer (dead)
- Sky Ferreira (meuf bonne)


1. Suicidal Winds - Celtic Frost
2. A Grey Sun, The Dark & The Spirits Of The Depths
3. Deathcrush - Mayhem
4. Funeral Fog - Mayhem
5. Pagan Fears - Mayhem
6. Freezing Moon - Mayhem
7. Pure Fucking Armageddon - Mayhem
8. Slapen, Vals - Jon Faukstad
9. Inri - Sarcófago
10. Fast As A Shark - Accept
11. Stand Up And Shout - Dio
12. Born For Burning - Bathory
13. Elizabeth Bathory - Tormentor
14. The Ancient Route - Karim Azedia
15. Ripped From The Cross - Grotesque
16. La Det Swinge - Bobbysocks
17. Seventh Day Of Doom - Tormentor
18. Outbreak Of Evil - Sodom
19. Damned Grave - Tormentor
20. Parleporten
21. Beyerdynamics - Matthias Eklund
22. Serpent Eve - Cathedral
23. The Return Of Darkness And Evil - Bathory
24. Submit To Death - Grotesque
25. Imprisoned - Nelvetur
26. Satanic Lust - Sarcófago
27. Lose Yourself I Can Think For Both Of Us
28. Flugufrelsarinn - Sigur Rós
29. Exhume To Consume - Carcass
30. Varúð - Sigur Rós
31. Ehwar - Wardruna
32. Trollabundin - Eivør Pálsdóttir
33. Sigur Rós - Sigur Rós
34. Do Unto Others - Holy Terror
35. Dauðalogn - Sigur Rós
36. All Alright - Sigur Rós
37. Alpha Omega - Holy Terror
38. Ég Anda - Sigur Rós
39. De Tre Piker - Myrkur
40. Locust - Malparidos
41. Claymore Mine Stalking - Tangerine Dream
42. The Host Of Seraphim - Dead Can Dance



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod