Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER/HEAVY ÉPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


LÖR - In Forgotten Sleep (2017)
Par MEFISTO le 24 Février 2018          Consultée 1080 fois

S'il y avait un prix du plus grand espion industriel métallique, les États-Unis seraient les grands vainqueurs. Mieux, le prix de la plus épaisse éponge musicale. Oui, car comme le disait Scott Burns, le Death floridien mis à part, les Américains n'ont pas inventé grand-chose. Pour les bases de notre musique chérie, on doit plutôt remercier le Royaume-Uni, la Scandinavie et l'Allemagne. Les States Trumpistes d'aujourd'hui représentent peut-être l'éventail le plus impressionnant de groupes de tout acabit, mais n'oublions pas que cet état de fait est édulcoré au maximum. Et on n'est pas encore au point où l'élève dépassera le maître, bien que plusieurs fans d'extrême comme moi puissent penser le contraire, surtout en Black impérial…

Vous vous rappelez de WILDERUN, que je vous ai présenté avec tambours et trompettes il y a quelques années ? Vous connaissez WUTHERING HEIGHTS, un des meilleurs groupes de Heavy/Power Épique Prog de l'histoire. Eh bien, LÖR suit les traces de ces deux entités. WILDERUN est certes plus jeune, mais même si le groupe a débuté dans les mêmes eaux que LÖR, il a sorti deux albums jusqu'à maintenant et marche aisément par lui-même. Tel un PATHFINDER jouant gros sur son skeud-tremplin tant espéré, comme une grossesse impossible après des années d'essais, les Américains lancent "In Forgotten Sleep" en bon indépendant qui se respecte. L'album est donc tombé sous la houlette des chroniqueurs les plus curieux et avides de nouveautés et a même réussi à se forger une place de choix parmi certains palmarès grâce non pas à ses 67 minutes, mais à une hardiesse communicative guidée par la jeunesse et l'envie d'en découdre avec les pointures des genres citées plus haut.

"In Forgotten Sleep" est un exalté condensé des meilleures souches Heavy/Power Épique qui pullulent sur cette planète métallique que nous adorons tant. Certes, l'écrin est simpliste, tout comme la prod', le tout est vraiment "home made". La pochette est zéro inspirante et les titres, holà… "Dusk", "Requiem", "The Forest", "Aura"… Enfin, passez outre la superficialité de l'énergumène, il ne vous décevra pas à l'intérieur et sur la longueur. Surtout qu'il utilise cette innocence comme un puissant tonique qui avale tout sur son passage.

Bien que les moyens techniques lui fassent logiquement défaut, LÖR a le sens du punch et du tube. C'est dans son ADN. Encore une fois, c'est du niveau du premier skeud de PATHFINDER ; un chapelet de brûlots tirés à boulets rouges d'où émane une aura absolument irrésistible. "In Forgotten Sleep", c'est RHAPSODY qui rencontre FAIRYLAND et DRAGONFORCE, c'est FALCONER qui roule en tandem avec ALESTORM, bref, c'est foutrement pêchu. L'album est certes long, on pourra bailler de politesse à quelques reprises, mais merde, c'est la jeunesse enthousiaste qui provoque cet excès de plomb dans les projectiles… C'est aussi le surplus de testo' qui donne envie aux Américains d'incorporer quelques growls à travers leurs lignes de flûte et mélodies épico-funny. Rappelons-le sans broncher, c'est une première lampée pour ce superbe destrier.

Alors oui, le baluchon de clichés se doit d'être déballé. Mais ça ne coûtera sûrement pas cher au combo, car ce qu'il arrive à créer à coups de synthé kitsch, de cavalcades et de basse rebondissante vaut le détour vers Hyrule… Oui, je sors d'une orgie Zeldaesque, mes excuses.

Je préciserai quand même que LÖR n'est pas qu'énergie, il embrasse le lyrisme le plus chevaleresque quand ça lui chante. Et il réussit la majorité du temps à atteindre la cible, comme quoi l'archer peut gratter de la lyre sans détonner… La clôture est particulièrement réussie de ce côté.

Donc, présentation : 0, contenu : 4/5. Du bon Power épique qui salira votre plus beau blouson. Absolument incontournable, un futur leader. M'enfin, c'est ce que j'écrivais de plusieurs pétards mouillés… J'ose espérer que cet autre fils de Sam saura garder le rythme. Vive les USA… métalliques ! Car pour le reste…

Podium : (or) "Eidolon", (argent) "Dusk", (bronze) "In Forgotten Sleep".

* Petite note : les plus assidus d'entre vous auront peut-être remarqué que mes podiums sont souvent constitués des premières et dernières plages des albums chroniqués. Eh bien, c'est un peu normal, car quiconque connaît l'art de la tracklist sait qu'on doit débuter et terminer un show avec un point d'exclamation…

Indice de violence : 1,5/5.

A lire aussi en POWER METAL par MEFISTO :


DIABULUS IN MUSICA
Argia (2014)
Surprenante et inspirante Espagne...




HEAVENLY
Coming From The Sky (2000)
Un classique du Speed français


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Graham Noel (basse)
- Greg Bogart (batterie)
- Peter Hraur (guitare)
- Matthew Bartlett (synthé)
- Tyler Fedeli (chant)


1. Dusk
2. Dark Cloud
3. Requiem
4. The Forest
5. Visions Of Awakening
6. Song For The Lost
7. Aura
8. Eidolon
9. Spectrum
10. In Forgotten Sleep



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod