Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (11)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : In Flames, Temnein, The Black Dahlia Murder , Hypocrisy, The Absence , Dark Tranquillity, Nightrage, Children Of Bodom, Gardenian, Soilwork
- Membre : Ozzy Osbourne , Mystic Prophecy, Nevermore, Spiritual Beggars, Illwill, The Night Flight Orchestra , Dismember, Opeth, Firewind, Arsis, Dream Evil, The Agonist
- Style + Membre : Carcass
 

 Myspace Du Groupe (557)
 Site Officiel Du Groupe (563)

ARCH ENEMY - Will To Power (2017)
Par FREDOUILLE le 2 Février 2018          Consultée 2484 fois

Vous connaissez l’expression « il y a à boire et à manger » ? Oui ? Non ? Et bien je trouve personnellement qu’elle reflète plutôt bien le nouvel effort studio de nos amis suédois d’ARCH ENEMY et ce qu’il a à nous offrir. Cette expression familière signifie en fait qu’il y a du bon et du mauvais et elle me semble plutôt bien appropriée pour ce dixième album studio intitulé "Will To Power". Désolé de vous décevoir mais nous n’allons pas tourner autour du pot, je reste plutôt mitigé quant au plaisir que me procure ce "Will To Power".

On aurait pu penser que les Suédois, fort d’un net regain de forme sur "War Eternal" (et oui, cet opus n’était vraiment pas si mal que ça au final, ARCH ENEMY y ayant fortement remusclé le propos !), allaient définitivement enfoncer le clou avec non seulement une Alissa White-Gluz plutôt bien ancrée dans le groupe désormais et l’arrivée de Jeff Loomis (NEVERMORE) qu’on ne présente plus, venu remplacer le pourtant excellent Nick Cordle en place chez les Suédois depuis 2012 (Snif ! Quel boulot pourtant accompli par le guitariste sur "War Eternal", compositions comprises !). Il n’en est malheureusement rien et ni Alissa, ni Jeff Loomis aussi doué et talentueux soit-il n’y changent ici quoique ce soit.

Cet album n’est bien évidemment pas à jeter et possède quelques atouts à faire valoir (le contraire nous aurait étonnés), "Will To Power" possédant son lot de Mélo Death puissant et déchirant sa race. À commencer par "The Race", très acéré (quelle rythmique !), sans fioriture, agrémenté de soli tout simplement limpides, Michael Amott et Jeff Loomis se donnant la réplique avec une déconcertante facilité, avec une Alissa White-Gluz aussi féroce que véloce et dont les éructations restent impressionnantes, qui reste par exemple une sacrée mandale dans la gueule. ARCH ENEMY n’avait d’ailleurs peut-être pas été aussi tranchant et agressif depuis… Euh..., "Anthems Of Rebellion". Il y a également ce "Blood In The Water" assez Heavy avec son refrain quelque peu old school, qui temporise un poil (mid-tempo oblige) et nous interpelle avec ces quelques incursions et mélodies type musique classique qui ont plutôt fière allure, ce single "The World Is Yours", plutôt solide dans l’ensemble mais un poil conventionnel (la mélodie surtout) avec néanmoins quelques soli dévastateurs et cette batterie énorme et sauvage d'Erlandsson. Enfin, "A Fight I Must Win", son introduction luxuriante, ses accents symphoniques (attention, les violons sont de sortie sur ce morceau !) ou bien encore ce très noir "First Day In Hell", à l’ambiance presque Doom et qui a le mérite de varier le propos, parviennent à tirer leur épingle du jeu.

Malheureusement, tout ceci n’est pas totalement convaincant et suffisant pour masquer le manque flagrant de créativité et/ou d’inventivité dont font preuve les Suédois. Je trouve que pour le coup ARCH ENEMY (qui a dit Michael Amott ?) ne parvient vraiment pas à s’extirper de tous ses gimmicks habituels. Défaut déjà enregistré sur les deux albums précédents mais totalement accentué ici. ARCH ENEMY restant donc encore et toujours dans des schémas de composition beaucoup trop prévisibles où il déploie avec abus ces sempiternelles mélodies qui rendent non seulement la musique des Suédois parfois agaçante, mais aussi par trop inoffensive, presque trop commerciale du coup à l’image de cet interminable et lancinant "The Eagle Flies Alone" limite guimauve quand même et dont la mélodie a été pompée sur le "Dreaming In Red" de DISMEMBER, ou bien encore ce "Dreams Of Retribution" et ses accents néoclassiques sympathiques mais putain qu’est-ce que c’est gnangnan et répétitif niveau mélodies. Que dire également de cette introduction quelque peu désuète qu’est "Set Flame To The Night" ou encore de cet interlude instrumental atmosphérique (clavecin/guitare) qu'est "Saturnine", totalement inutile (sinon d’introduire "Dreams Of Retribution"). Autre point, les breaks sont toujours aussi prévisibles et stéréotypés ("Dreams Of Retribution", "My Shadow And I") et le tricotage de manche est toujours de circonstance (soli arrivant presque comme un cheveu sur la soupe) à l’image de ce "Murder Scene" presque indigeste (le chant d’Alissa y est d’ailleurs par moments un brin énervant).
Enfin, la palme revient sans aucun doute à "Reason To Believe", une Power ballade (oui oui vous avez bien lu ! Une première chez ARCH ENEMY) plutôt mièvre (même un groupe comme HYDROGYN fait mieux dans le genre) et qui multiplie les clichés. Cette composition a au moins le mérite de mettre en avant toute l’étendue du registre vocal de la Canadienne (vocalises pour le coup claires à dispo et déjà entrevues sur "The Eagle Flies Alone"). Pas certain cependant que les purs fans apprécient la blague.

Comme je vous le disais en introduction, il y a donc vraiment à boire et à manger sur ce disque. "Will To Power" possède il est vrai quelques très bons moments qui satisferont les fans dont je fais partie avec des titres de la trempe de "The Race", "Blood In The Water" voire même de "The World Is Yours", mais sincèrement on reste toute de même sur notre faim. On attendait franchement mieux d'un point de vue créativité (renouvellement proche du néant - ah si il y a quand même la ballade en guise de surprise - Mode Joke -), d'autant plus avec l'arrivée de Jeff Loomis complètement sous-exploité ici (reconnaissons-le, il n'est crédité sur aucun titre - dommage quand on connaît le talent d'écriture du bonhomme - il ne fait ici que de la figuration, tout juste bon à distiller ses soli au côté du père Amott - Je le trouve d'ailleurs et du coup beaucoup moins explosif que dans NEVERMORE). Espérons juste que le trop envahissant Michael Amott se remette un poil en cause et laisse Jeff Loomis davantage s'exprimer pour le prochain album. Ça pourrait avoir de la gueule. Ce que "Will To Power" n'a pas forcément.

Note réelle : 2,5/5 arrondie à 3/5.

Morceaux préférés : "The Race", "Blood In The Water", "First Day In Hell",

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par FREDOUILLE :


SCAR SYMMETRY
The Singularity (phase I Neohumanity) (2014)
SCAR SYMMETRY et le post humanisme !




ARCH ENEMY
War Eternal (2014)
Pan ! Dans les gencives !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   FREDOUILLE

 
   FENRYL
   JEFF KANJI

 
   (3 chroniques)



- Michael Amott (guitares)
- Daniel Erlandsson (batterie)
- Sharlee D'angelo (basse)
- Jeff Loomis (guitares)
- Alissa White-gluz (chant)


1. Set Flame To The Night
2. The Race
3. Blood In The Water
4. The World Is Yours
5. The Eagle Flies Alone
6. Reason To Believe
7. Murder Scene
8. First Day In Hell
9. Saturnine
10. Dreams Of Retribution
11. My Shadow And I
12. A Fight I Must Win



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod