Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


KISSIN' DYNAMITE - Generation Goodbye (2016)
Par GEGERS le 13 Décembre 2016          Consultée 1093 fois

Vous le savez fort bien si vous êtes un lecteur fidèle du site, sur NIME les choses ne sont jamais faites dans la précipitation. Les chroniques d'albums fraîchement sortis, et c'est parfois un motif de critiques, sont rarement publiés dans les jours qui suivent la mise en bacs. Les chroniqueurs que nous sommes aimons prendre plusieurs jours ou semaines avant de rédiger une bafouille. Par fainéantise, c'est évident, mais aussi par souci de proposer un jugement (puisque c'est bien ce dont il s'agit) réfléchi et assumé. Alors que ce cinquième opus de KISSIN' DYNAMITE date de juillet, quatre mois n'auront pas été de trop pour aborder sereinement l'élaboration d'un avis sur ce qui, faute de devenir l'album de la maturité pour le groupe allemand, se révèle être un petit pas en arrière après le coup de maître que fut "Megalomania".

L'audace dont a fait preuve le groupe sur son précédent album, en osant notamment incorporer de nombreux éléments electro, qui se sont parfaitement intégrés dans son hard rock "bombastic" ("DNA" nous fait encore frétiller) a laissé des traces parmi les amateurs de sa musique : certains y ont vu une trahison à son passé, d'autres, à l'image de votre serviteur, ont salué la prise de risque aux allures de grande réussite : sur cet album, KISSIN' DYNAMITE, dont les membres sont encore fort jeunes, semblait avoir trouvé sa voie et son identité. "Generation Goodbye" qui, sans être un concept-album, propose un fil rouge qui est l'asservissement des jeunes générations aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies, marque le pas, c'est une évidence. Les Allemands, pourtant désireux de contrôler leur musique plus étroitement (le chanteur Johannes Braun s'est chargé de la production et du mixage), font machine arrière, malgré la mise en avant du morceau "Hashtag Your Life", hard rock énergique et agrémenté de pistes programmés, qui s'inscrit dans la droite lignée de l'opus précédent. La réussite majeure de l'album.

KISSIN' DYNAMITE renoue sur son cinquième album avec un Hard plus traditionnel, à l'image de celui de son troisième opus "Money, Sex and Power". Les titres les plus énergiques marquent les esprits, les autres passent bien vite à la trappe. Ainsi, on se prend à apprécier une petite poignée des morceaux qui constituent l'album, présents essentiellement sur sa majorité : "Highlight Zone", proche d'un Heavy/Speed façon EDGUY, en est un des représentants les plus marquants. Il y a là une véritable envie de frapper juste et fort, que l'on ressent tant dans le chant carré de Johannes que dans l'exécution instrumentale et dans la production puissante et percutante. Un bonheur. Bien que plus convenus, "Under Friendly Fire" et "Larger Than Life" constituent également la colonne vertébrale "burnée" de l'album, tandis que la sympathique ballade "Masterpiece" offre une respiration bienvenue. Le titre final, "Utopia", est à la fois audacieux et épique, doté de grandes mélodies. Le groupe s'y montre à son avantage en se faisant à la fois agressif et éthéré (sur le refrain), et les 6 minutes du morceau, également porté par un long solo marquant, semblent durer un instant. Du grand art.

A côté de cela, KISSIN' DYNAMITE se fait un peu trop mou et convenu, là où "Megalomania" faisait preuve d'une homogénéité sans faille dans l'intensité des titres proposés. L'introductif "Generation Goodbye", pourtant censé donner un premier coup de pied au cul, n'est qu'un pétard mouillé handicapé par un refrain lourdaud. La power-ballad "If Clock Were Running Backwards" est du même acabit, malgré une belle performance vocale de Johannes Braun, décidément à la fête sur cet opus. "Somebody To Hate", malgré un riff entraînant, voit son refrain façon Glam Rock tomber bien vite à plat. Rien de cela n'est dommageable ou constitue une véritable déception par rapport à l'opus précédent, il est néanmoins plus difficile d'adhérer pleinement à cet opus qui nécessite de trier le bon grain de l'ivraie.

KISSIN' DYNAMITE ne s'est pas planté, mais "Generation Goodbye" ne parvient pas à nous faire vibrer autant que son prédécesseur. Du temps aura été nécessaire pour se forger cet avis. Après la déception de la découverte initiale, force est de reconnaître que le groupe mène fort bien sa barque et propose une musique digne d'intérêt, qui saura sans difficultés séduire ses fans. Reste que, malgré sa magnificence, "Megalomania" semble s'inscrire comme une anomalie dans la carrière rondement menée des Allemands qui, espérons-le, n'en ont pas fini avec les surprises.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


AXXIS
Best Of Ballads & Acoustic Specials (2006)
Comment susciter envie et besoin...




SHANNON
Circus Of The Lost Souls (2013)
La chronique qui n'a pas besoin d'accroche


Marquez et partagez






Par GEGERS




 
   GEGERS

 
  N/A



- Johannes Braun (chant)
- Jim Muller (guitare)
- Ande Braun (guitare)
- Steffen Haile (basse)
- Andreas Schnitzer (batterie)


1. Generation Goodbye
2. Hashtag Your Life
3. If Clock Were Running Backwards
4. Somebody To Hate
5. She Came She Saw
6. Highlight Zone
7. Masterpiece
8. Flying Colours
9. Under Friendly Fire
10. Larger Than Life
11. Utopia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod