Recherche avancée       Liste groupes



      
POWERVIOLENCE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NAILS - You Will Never Be One Of Us (2016)
Par ISAACRUDER le 8 Novembre 2016          Consultée 1108 fois

Au bûcher les porcs!

Le gros immonde qui a pris du gras en cinq ans de quinquennat, à s’empiffrer et à déféquer des lois à base de son pâté corrézien quotidien ; le jeune traître lécheur de banques avec son faux-air de JFK du pauvre, le salace en moins, la fausse nouveauté identique ; le vieux jeune avec son crâne piste d’atterrissage pour claques solides, ancien condamné soumis comme son patron mourant ; le faux révolutionnaire hussard de la République avec sa harangue communiste et son sang sur les mains, laïcard usé comme une pute de l’Ancienne Russie ; la vieille blonde châtelaine avec ses discours pour le peuple mais son vin à quarante euros la bouteille et ses banquets princiers ; et le roquet, Napoléon le Petit, qui répète le même discours en s’agitant comme un vibromasseur pour ménagères, à prendre les gens pour des cons avec sa rhétorique de winner déjà perdant!

Au bûcher les porcs ! Avec du gros NAILS bien sale pour rythmer la cadence de la populace qui battra le pavé sous les rires et l’odeur du vin !

Quelle plaie ! Quelle fange ! Même le rampant "They Come Crawling Back" ne pourrait pas rendre une telle ambiance de minables dans ce pays! Et pourtant NAILS c’est NAILS : de la violence pure, du Powerviolence, un taureau nourri au Punk-Hardcore, les flancs encore gonflés d’une dope à base de Death et de Grind, les yeux injectés par le sang d’un Thrash Metal vieille époque, comme si SLAYER avait enfin retrouvé de la puissance de feu et le sens du solo complètement débilos ("In Pain").

NAILS a cela de commun avec nos "élites" putréfiantes qu’il expose son programme sur un post-it et que ce dernier est quand même sacrément crétin. Du riff sale, de la batterie sulfateuse, des hurlements primaires, une basse qui se demande ce qu’elle fout dans ce merdier, et qui en profite pour jouer vite (adieu le Blues). Mais le titre de ce nouveau NAILS s’applique à merveille à notre classe politique de parvenus : vous ne serez jamais l’un d’entre nous, parce que vous êtes tous des bourgeois post-Révolution à votre façon, à mêler fric et racaille dans votre sac de Pèdo-père Noël! Il manquerait juste Mitterrand et on serait complet! Au bûcher lui aussi, avec le groove indécent de "Friend To All"!

Si nos imbéciles d’éligibles sont au pinacle de la connerie, NAILS est au pinacle de la violence. Moins pourtant que sur "Abandon All Life", qui reste le sommet de la tartine savoyarde, mais à mi-chemin entre son prédécesseur et "Unsilent Death" déjà bien stupide mais plus propre. A vrai dire NAILS est presque plus sage (rions tous ensemble) et prend le temps de développer des riffs qui mettent tellement l’ambiance qu’on dirait une fusion entre Hanouna et Patrick Sébastien sous MDMA ("Life is A Dead Sentence" donne envie d’aller caillasser l’Élysée en moulinant des bras façon mai-68 sans Cohn-Bendit). NAILS continue donc son cheminement de violence en toute sérénité, assénant dans un son impeccable (ENTOMBED toujours idolâtré) des titres qui, quand ils dépassent la minute, sont là pour enfoncer encore plus le clou question débilité ("Violence Is Forever", avec son solo ultra stupide et son riff de fin qui donne envie de faire des pompes en se faisant hurler dessus par Jean-Marie Le Pen).

Alors NAILS (RIP d’ailleurs) n’a pas sorti cette année son chef d’œuvre, mais il a poursuivi sa marche meurtrière, façon Barack Obama second mandat, en appliquant avec toujours autant de talent ce qu’il sait faire : instaurer un climat de violence et de terreur implacable ("Into Quietus") tout en s’assurant que la relève ne soit jamais assurée que par encore plus horrible (vous suivez toujours ma comparaison filée ?). NAILS est mort, NAILS était la violence, NAILS était la musique parfaite pour animer le bûcher.

Espérons qu’ils se reformeront pour l’événement.

A lire aussi en HARDCORE par ISAACRUDER :


The DILLINGER ESCAPE PLAN
Dissociation (2016)
Merci pour tout




BIRDS IN ROW
Cottbus (2010)
Dans la sueur, la rage et le sang


Marquez et partagez






Par ISAACRUDER




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Todd Jones (guitare, chant)
- John Gianelli (basse)
- Taylor Young (batterie)


1. You Will Never Be One Of Us
2. Friend To All
3. Made To Make You Fail
4. Life Is A Death Sentence
5. Violence Is Forever
6. Savage Intolerance
7. In Pain
8. Parasite
9. Into Quietus
10. They Come Crawling Back



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod