Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH-TECHNIQUE/ATMO  |  STUDIO

Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Demilich, Sulphur Aeon, Adramelech
- Membre : Beyond Creation, First Fragment, Serocs
 

 Facebook (51)
 Soundcloud (38)

CHTHE'ILIST - Le Dernier Crépuscule (2016)
Par WËN le 1er Août 2016          Consultée 1944 fois

Afin d'épaissir le mystère nimbant son mythe de Chthulu, H.P. Lovecraft - et par extension ses adorateurs - a toujours pris grand soin de placer le cadre des nouvelles le composant dans des lieux pour la plupart désertiques ("The Nameless City", "At The Mountains Of Madness") ou reculés (au milieu du Pacifique, à la cime des plus hautes montagnes). Là où d'aucuns parlent de facilités littéraires destinées à donner du crédit à ses antédiluviennes et tentaculaires déités, n'oublions pas non plus qu'à l'aube du précédent siècle toutes les surfaces du globe, émergées ou non, n'étaient pas encore explorées et il était fort à penser que certaines zones géographiques vierges de toute présence humaine pouvaient sans nul doute l’être pour une (ou à cause d'une) très bonne raison, justifiant ainsi qu'elles puissent servir de terreau aux idées les plus folles, là où quelques horribles et sordides choses oubliées assouviraient leurs plus noirs instincts.

S'extirpant sournoisement des eaux troubles du St-Laurent, CHTHE'ILIST est assurément de celles-ci. Négligée depuis trop longtemps par la population environnante, la monstrueuse entité se révèle au grand jour en 2012 via son "Amechth'ntaas'm'rriachth" de démo (je ne vous ferai pas l'affront de seulement en tenter la prononciation) dont le contenu, réenregistré pour l’occasion, constituera une bonne moitié de l'épine dorsale de ce premier LP sorti en début d’année. Menée par la bride par un trio de cultistes renfrognés et énervés - parmi lesquels nous reconnaîtrons le prolifique Phil Tougas (chant, guitare, clavier, basse - FIRST FRAGMENT, SEROCS et ZEALOTRY entre autres) et Philippe Boucher (batteur chez BEYOND CREATION, ex-FIRST FRAGMENT) tout juste rejoints par Claude Leduc (guitare, clavier, basse) - cette abomination de Death-Metal, sale et rampante, n'est pas lâchée dans la nature pour déambuler sans but précis; Et c'est en cela qu'elle est dangereuse, car à savoir précisément où cogner et en n'agitant jamais vainement ses tentaculaires organes squameux, la créature s'affranchissant de pas mal de limites stylistiques qu’elle juge superflues, sait aussi bien faire basculer son art sordide du metal le plus technique à son penchant le plus brutal, gardant toujours un malsain plaisir à le nimber des atmosphères les plus glauques.

Car si extrême, CHTHE'ILIST l'est incontestablement, ce ne sera qu'en l'observant dans toute sa crasse ignobilité que l'auditeur averti - forcément morbidement fasciné par son hideuse splendeur - ne pourra réellement qu'en admirer toute la déchéance. Car malgré ses origines, nous ne pourrons en effet le qualifier purement de Death-technique, bien qu’il en arbore les stigmates tel que ce riffing véloce et méandreux, ce groove vilement chaotique ("Into The Vaults Of Ingurgitating Obscurity", "Vecoiitn'aphnaat'smaala"), cette basse parfois clinquante ("The Voices From Beneath The Well") et, bien sûr, ces soli vifs et incisifs ("Voidspawn", "Scriptures Of The Typhlodians", les duels harmonisés de "Vecoiitn'aphnaat'smaala"). Mais CHTHE'ILIST c’est bien plus que ça, car tout en gardant un globe oculaire tourné vers son indéniable ascendant finlandais qu’est DEMILICH (auteur de l’unique mais respecté "Nespithe"), l’inquiétant bestiau sait se démarquer de nombre de ses autres rejetons de couvée (que de folles entités par les provinces d'outre-Atlantique) en sachant conserver ce quelque chose de sous-jacent, sauvage et brutal ("Voidspawn"), au sein de ces compositions déjà alambiquées à la base (jamais moins de 6 minutes). Extrême, CHTHE'ILIST l’est donc à tous les niveaux et ce jusque dans le nom de ses morceaux ("Vecoiitn'aphnaat'smaala" et cet infernal son sur le gimmick de basse d’intro). Le mixe, confié à Greg Chandler (ESOTERIC, LYCHGATE), confère au tout cette aura caverneuse (cf. le long crescendo de l’intro éponyme) si particulière dont l’anglais sait se faire l’artisan, conduisant ce disque sur un terreau atmosphérique – non pas planant, mais réellement vicié - plutôt inattendu, mais d'où découle une griffe propre qui devrait aisément démarquer CHTHE'ILIST de ses concurrencent les plus affamés.

Mais ce résultat n'est en rien dû à un quelconque hasard tant le trio a su peaufiner sa formule jusqu’au boutisme, soignant chaque détail pour tourmenter encore davantage l’auditeur. Ainsi, le chant prendra plus d'une fois des intonations complètement cauchemardesques en laissant place à un abominable growl totalement inhumain et hyper-guttural ("Into The Vaults Of Ingurgitating Obscurity","Vecoiitn'aphnaat'smaala" et sans artifice, svp, rendant encore un peu plus oppressante l'ombre de DEMILICH et de son Antti Boman de vocaliste). Ces insensés croassements, agrémentés de bruitages glauques (râles, mastication consciencieuse), de chœurs incantatoires inattendus mais du plus bel effet ("Vecoiitn'aphnaat'smaala", mais surtout "Tales Of The Majora Mythos Part 1"), là de claviers discrets mais fondamentaux (chargés d’embrumer encore un peu plus le panorama sonore), ou ici de quelques cloches moribondes, renforcent encore les atmosphères déjà très sombres développées ici. A tel point, puisque nous parlions justement des déités si chères à Lovecraft en introduction, que nous nous laisserions aisément semer dans les labyrinthiques ruelles de la poisseuse et poissonneuse Innsmouth, traqué par les serviles sectateurs du titanesque Dagon. Extrapolation, extrapolation quand tu nous tiens … Car pour rendre à CHTHE'ILIST ce qui lui appartient, il nous faut mentionner qu'il n'est nullement question en ses lyrics de panthéon lovecraftien. Cependant, force est de constater que les thèmes abordés, le bestiaire créé, les consonances employées, les jeux de vocabulaires ainsi que le ton du récit employé, transpirant les Grands Anciens par tous les pores, sont autant d'hommages appuyés à l'œuvre de l'auteur américain. A un point qu'il est bien impossible de ne pas y déceler une influence majeure de la formation. Même les quelques textes se référant à l'univers de Zelda (la fameuse saga vidéo ludique, oui) tournés de façon si austère et horrifique ne sauraient dépareiller du reste de l'œuvre (en atteste la pièce fleuve "Tales Of The Majora Mythos Part 1"). Enfin, l'artwork, signé Paolo Girardi (décidément l'un des illustrateurs en vogue : récemment LYCUS, BELL WITCH, DEATHCODE SOCIETY, MIGHTIEST, INQUISITION), probant comme à son habitude, finit de parachever cette dévotion au tout ténébreux.

Plus que jamais "Le Dernier Crépuscule" est ce type même d'œuvre à aborder comme un ensemble complexe, fatidique et implacable, doté de ses propres règles. Si l'osmose se veut parfaite entre les thèmes, l’imagerie et les sonorités déballées ici, notons tout de même qu’elle découle également de choix intelligents de la part du trio, comme ce son gluant et visqueux (Greg Chandler, quoi) au détriment d’une production clinquante et chirurgicale qui n’aurait pu que lui porter préjudice. Voici en tout cas un disque éprouvant et extrêmement dense qui demandera une concentration certaine et de tous les instants pour en parcourir les méandres, certes, mais pour surtout pour espérer en sortir indemne. Cette première empreinte, empruntant autant à DEMILICH (ADRAMELECH et TIMEGHOUL … sont également cités ci et là) qu’à SULPHUR AEON (pour le riffing sournois et la force de frappe, sans penser pour autant qu'il s'agisse là d'une influence manifeste), légèrement saupoudré de THERGOTHON (pour sa putride crasse) a en tout cas de quoi marquer les esprits. Et si les futurs cauchemars de la bête pouvaient s’avérer être du même acabit … Alors là, nul doute que nous tiendrions là une véritable calamité pour notre monde. En attendant, CHTHE’ILIST hérite d’un 4/5, trèèèèèès solide !

A lire aussi en DEATH METAL par WËN :


RAVEN WOODS
Enfeebling The Throne (2011)
Diviser pour mieux règner




HORRENDOUS
Ecdysis (2014)
Baffe old-school à vous en décoller l'épiderme


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   WËN

 
  N/A



- Philippe Tougas (chant, guitare, clavier, basse)
- Claude Leduc (guitare, clavier, basse)
- Philippe Boucher (batterie)


1. Le Dernier Crépuscule (instrumental)
2. Into The Vaults Of Ingurgitating Obscurity
3. Voidspawn
4. Scriptures Of The Typhlodians
5. The Voices From Beneath The Well
6. Vecoiitn'aphnaat'smaala
7. Tales Of The Majora Mythos Part 1



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod