Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 1 Nebula
2010 Underwatermoon
2016 Maestro
 

 Bandcamp (58)
 Chaîne Youtube (38)

WINTERHORDE - Maestro (2016)
Par MEFISTO le 4 Juillet 2016          Consultée 2762 fois

Le secret métallique le mieux gardé du Moyen-Orient, WINTERHORDE, combo de Black Mélo issu d'Israël, revient six ans après avoir marqué la petite planète du genre avec son second skeud, "Underwatermoon". Un opus qui était comparable aux meilleures souches stylistiques du Black Sympho/Mélo, sans toutefois en atteindre la magie. Sur "Maestro", on touche au but. Déjà.

Si on cherche un peu sur le web et qu'on trouve des comparatifs entre WINTERHORDE et d'autres groupes que les fans des Israéliens apprécient, on tombe sur de gros joueurs : INSOMNIUM, SYMPHONY X, KALMAH, OPETH, WINTERSUN, LEPROUS, etc. Comme quoi, les sept samouraïs désertiques possèdent un matériel riche, varié, puissant et touchant. Tous ces qualificatifs, et même plus, se trouvent sur cette galette dorée.

WINTERHORDE offre avec "Maestro" 65 minutes de pur bonheur oscillant entre l’agression mélodique et le lyrisme des balades déchirantes. Un album qui aurait pu passer pour du Power Mélodique tellement les Israéliens ont les émotions à fleur de peau comme jamais. Exit les trames navales fantomatiques et épiques, le Black Mélo made in WINTERHORDE'S land est fait de bouleversements et de sentiments plus qu'assumés, ardemment consommés et consumés.

C'est ce qui me marque au fer rouge. Cela ne veut pas dire que le Black de ces magiciens est dépourvu de couilles. Ce n'est pas parce qu'on retrouve du violon, de la guitare sèche et une alternance entre un chant de brute épaisse et de barde romantique qu'on doit obligatoirement devenir la cible de railleries. Au contraire, car l'équilibre entre flèches noires et rouges est atteint ; le fan lambda de gros riffs et de descentes de manche à la COF adorera "Maestro", au même titre que le maniaque de Prog qui privilégie les structures aléatoires et les changements d'ambiances.

"Maestro" ne fait ainsi pas vaciller la balance d'un iota ; tout semble réglé au quart de tour sans l'être vraiment, tout est noir et blanc, sans zones grises, on se promène sur un ultra mince fil de fer entre le gros Black Mélo avec double pédale et solo impertinent, et la Power ballade à la limite du larmoyant ou du raconteur nostalgique. Ainsi les montagnes russes de "Maestro" se succèdent-elles, enfilant les virages avec brio, passionnant l'auditeur avec des mélodies, des refrains et des bridges phénoménaux, dont l'apologie se trouve au beau milieu de cette forêt dramatique sur l'exceptionnelle "The Heart Of Coryphee". D'ores et déjà un prétendant au morceau de l'année. L'essence de WINTERHORDE coule dans ces 11:30, un petit fleuve aux courants opposés qui mène inévitablement à bon port.

Entre cet ancrage indiscutable, on plane, on se déboîte les vertèbres comme un con, on navigue sur les voix claires – masculines et féminines ("They Came With Eyes Of Fire" est particulièrement rehaussée par ce duo) – et grasses, comme il se doit dans un Black Mélo de type théâtral et émouvant comme WINTERHORDE a désormais choisi de performer. Oui, théâtral, car on a l'impression d'assister à une fine représentation théâtrale tellement les Israéliens ont le sens du drame. Et je ne vous parle pas d'une petite dispute entre amants, je vous parle du niveau opératique, ce qui déclenche toutes sortes de passions, qui a tendance à exagérer les secousses brassant les personnages. La pochette aura tôt fait de nous mettre sur la piste, mais c'est au fil des écoutes que cette première impression se confirmera et nous fera aimer davantage cet effort des zicos. Un effort savamment produit, moderne, sec comme le sable, qui ne tombe pas dans la surenchère.

"Maestro" semble effectivement dirigé par un maestro, un guide, car il ne perd jamais son chemin malgré sa longueur. Un maestro sachant jongler autant avec la vigueur métallique que la douceur des balades ne tombant pas dans le kitsch. Cette oscillation, sachez l'adopter dès "Antipath", car c'est cette recette qui vous sera servie par ces charmants nomades, ces talentueux sbires qui, je l'espère, sauront percer l'indifférence gonflée par le nombre incalculable de sorties, avec ce "Maestro" aussi inspiré qu'une cohorte de jeunes musiciens sortant du conservatoire.

"Worms Of Souls", "Maestro", "Through The Broken Mirror", "Dancing In Flames", de superbes titres consolidés par d'autres magnifiques morceaux, forment cet album touché par les dieux du Moyen-Orient. De la pure extase, je vous le dis.

Un excellent, excellent album, d'un bout à l'autre. Et mature avec ça. De quoi donner la frousse aux autres nations qui se targuent de détenir le secret d'un Black Mélo de qualité. Le Diable lui-même n'aurait pu trouver meilleur conducteur pour son orchestre.

Ouais. On est en 2016 mes amis. La concurrence est forte. La seule différence entre ces géants du genre est souvent les canaux de communication. Quand on connaît la situation en Israël et leur opinion de la création métallique, on se doit se jeter une oreille plus qu'attentive à ce "Maestro" et espérer qu'il supplante des albums jugés exceptionnels issus de contrées mieux médiatisées.

Note : 4,5/5.

Podium : (or) "The Heart Of Coryphee", (argent) "They Came With Eyes Of Fire", (bronze) "Maestro".

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


SAILLE
Eldritch (2014)
Solide et fier comme ce château




NORDJEVEL
Nordjevel (2016)
Le Nord se renouvelle !


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Sascha 'celestial' Latman (basse)
- Alexander 'morgenrot' Feldman (synthé, theremin, guitare acoustique)
- Zed 'z. Winter' Destructive (chant)
- Maor 'morax' Netz (batterie)
- Dima 'stellar' Stoller (guitare)
- Omer 'noir' Naveh (guitare)
- Igor 'khazar' Kungurov (chant, guitare acoustique)


1. That Night In Prague
2. Antipath
3. Worms Of Souls
4. They Came With Eyes Of Fire
5. Chronic Death
6. The Heart Of Coryphee
7. A Dying Swan
8. Maestro
9. Through The Broken Mirror
10. Cold
11. Dancing In Flames



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod