Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Kyuss, Black Sabbath, Wolvespirit

PSYCHEDELIC WITCHCRAFT - The Vision (2016)
Par DARK BEAGLE le 7 Juin 2016          Consultée 1205 fois

Certains albums sont un voyage dans le temps. Littéralement. A les écouter, on les daterait avec ce que l’on croit être la précision du carbone 14, d’où une déconvenue étonnante quand on découvre que l’on se trompe de quelques décennies. C’est ce qui arrive avec ce disque de PSYCHEDELIC WITCHCRAFT, que l’on croirait tout droit sorti du chaudron des débuts du Heavy/Doom occulte des premiers BLACK SABBATH. Tout y est : des polices d’écritures utilisées aux photographies (dont la fumée ne doit pas être que celle du tabac), en passant par la pochette, bien évidemment. On pense que ça date de 1970, c’est de 2016, mais ça vous l’aurez déjà percuté.

La particularité du groupe est d’évoluer avec une chanteuse. Douée en plus. Virginia Morti possède une voix qui attire forcément l’oreille quand on aime le rock. On s’écarte des divas du genre pour se trouver face à une voix un brin éraillée, sensuelle, que l’on placerait entre la regrettée Janis Joplin et la plus remuante Joan Jett. Et pour le coup, PSYCHEDELIC WITCHCRAFT marque des points parce qu’il tient là son membre le plus intéressant (hors considérations plastiques qui ne sont que secondaires). Elle habite littéralement les morceaux ("War") quand elle ne les sexualise pas, tout simplement ("Different").

Et franchement, heureusement qu’elle assure. Parce que derrière, ce n’est pas tout à fait le néant, mais on s’y rapproche. Les musiciens vont faire illusion le temps de "A. Creature", le premier morceau, qui possède un véritable effet de surprise. Nous sommes plongés à la fin des années 60, au début des années 70, ça suinte de Blues et ça a la vitesse de croisière du Doom tel que l’entendait BLACK SABBATH à l’époque de "Paranoid". Il y a du groove au niveau de la rythmique, la guitare assure ce qu’elle doit assurer, sans pour autant briller au moment du solo. Et déjà, la voix de la belle vient tirer le tout vers le haut.

Malheureusement, l’impression de toujours écouter la même chanson se fait très vite ressentir. Pourtant, PSYCHEDELIC WITCHCRAFT ne s’autoparodie pas, il ne recycle pas les mêmes riffs de morceau en morceau, mais la sensation est tenace. Ce n’est peut-être pas si innocent que cela que la voix de Virginia Morti soit mixée autant en avant, au détriment du reste. Malgré tout, les presque quarante minutes que dure ce disque paraissent un peu longues à la fin.

Après, il n’y a rien de catastrophique non plus. On sent le groupe jeune, peut-être encore inexpérimenté et surtout, qui joue une musique vintage à souhait, domaine compliqué où il est tellement facile de sonner comme un stéréotype. Et il y a un peu de ça avec PSYCHEDELIC WITCHCRAFT, il y a un manque de personnalité assez évident derrière, une timidité qui ne demande qu’à s’étioler pour laisser place à la véritable personnalité des musiciens. Espérons pour la formation Italienne que cela se décantera dans le futur.

A trop de reposer sur Virginia Morti, les musiciens peinent à se sortir du carcan dans lequel ils se sont eux-mêmes enfermés. Parce qu’à l’image du premier morceau, de "War" ou de "Different", on sent qu’il y a un potentiel derrière cette galette trop sage, trop prévisible. Et on ne demande que ça, à être surpris ! Cela viendra peut-être, guettons un hypothétique second album. A ce que j’ai pu entendre en live, il y a des possibilités non exploitées en studio, dont une certaine puissance et une pesanteur dont les titres manquent cruellement.

Le groupe est à ranger aux côtés de combos comme THE VINTAGE CARAVAN ou de DEAD LORD, ces formations qui reviennent aux sources du Stoner, complètement sous acides ou dans la fumée des cigarettes qui font rire (surtout THE VINTAGE CARAVAN, faut les suivre dans leurs délires sous champignons hallucinogènes). Mais PSYCHEDELIC WITCHCRAFT est pour l’instant le plus faible des trois. Il y a pourtant de la matière et une originalité (la chanteuse) qui pourrait faire que la hiérarchie s’inverse, mais pour cela, il faudra se montrer plus aventureux et, au final, se sortir les doigts du cul pour aller chercher des riffs plus mémorables.

Note réelle : 1,5/5, montée à 2 parce que le groupe a un potentiel.

A lire aussi en STONER :


SHEAVY
Celestial Hi-fi (2000)
Stoner




CATHEDRAL
The Carnival Bizarre (1995)
Stoner


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Virginia Morti (chant)
- Jacopo Fallai (guitare)
- Riccardo Giuffrè (basse)
- Daniele Parrella (batterie)


1. A. Creature
2. Witches Arise
3. Demon Liar
4. Wicked Ways
5. The Night
6. Different
7. The Only One That Knows
8. War
9. Magic Hour Blues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod