Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bad Company, Rival Sons
 

 Site Officiel (88)

TAX THE HEAT - Fed To The Lions (2016)
Par DARK BEAGLE le 31 Mai 2016          Consultée 726 fois

Le Rock et l’Angleterre ont souvent fait bon ménage. On se souviendra de cet âge d’or où les BEATLES, les ROLLING STONES, les KINKS, THE ANIMALS et bien sûr LED ZEPPELIN, puis DEEP PURPLE, QUEEN, etc, etc… faisaient bouger les choses. La liste est longue et s’amuser à tous les recenser peut prendre du temps. Toutes ses formations puisaient leur inspiration dans la musique noire américaine, le Blues, le Rock’N’Roll , le Rythm’N’Blues et faisaient évoluer cela. C’est un peu comme si la moiteur d’un champ de coton se mêlait à la fumée d’un pub. Aujourd’hui, fort d’un EP et de ce premier album, TAX THE HEAT se place comme l’héritier de cette émergence des années 60 et du début des ’70.

Dans cette période où le revival ’70 bat son plein, TAX THE HEAT se démarque quelque peu de la concurrence en puisant une bonne partie de son inspiration dans le Rythm’N’Blues, qu’il accommode à sa sauce. Il y a du gras dans la musique des quatre jeunes gens. Pas du gras bourré de cholestérol, juste une bonne couche de quoi tenir l’hiver. Et le fait qu’à cette date nous sommes au printemps, pas loin de l’été n’y change rien. La ligne sera svelte pour la plage, aucun souci à se faire de ce côté-là.

Le premier EP, sorti en 2013, leur avait ouvert la porte de bon nombre de premières parties prestigieuses (AEROSMITH) et de festivals divers (Download, Steelhouse…), leur permettant de se faire une très bonne réputation scénique et de taper dans l’œil des labels et c’est Nuclear Blast qui va signer la jeune formation. TAX THE HEAT verra aussi son premier LP être produit par Evansson (ROBERT PLANT, SIOUXSIE SIOUX), qui parviendra à faire sonner le tout actuel sans dénaturer le côté old school du groupe.

C’est ainsi qu’on va se bouffer du Rock à tous les étages, souvent énervé, avec des riffs qui tirent sur le Hard Rock, voire vers du Heavy Metal à l’ancienne. Le terme Stoner n’est pas franchement galvaudé, il n’est pas totalement exact non plus. Comme dit plus haut, ce n’est pas gras comme peut l’être un album de Stoner (sans que le terme ne soit préjudiciable), c’est plus ciselé même si le groupe balance ses chansons de la façon la plus simple qui soit : un riff bien pesant, une mélodie plus accessible, le schéma couplet/refrain, solo minimaliste pas trop prise de tête. Rock’N’Roll, quoi.

Mais TAX THE HEAT a de nombreux atouts pour plaire, malgré son côté un peu borderline, hésitant entre deux genres cousins mais bien distincts. Les titres sont courts, ils dépassent rarement les trois minutes. Les musiciens ne perdent pas de temps à pondre des introductions sans fins, ni de placer de l’instrumentale en veux-tu en voilà histoire de combler un manque d’inspiration. Ils vont droit à l’essentiel, gagnant ainsi en efficacité.

Puis il y a cette batterie, qui martèle le rythme inlassablement, avec ce groove minimaliste qui donne envie de balancer sa tête d’avant en arrière, lentement, histoire de bien se flinguer les cervicales. Les guitares sont nerveuses et le chant de Alex Veale est plutôt maîtrisé, même si on peut lui reprocher de manquer d’une certaine hargne. En revanche, son côté mélodique fonctionne très bien sûr certains morceaux comme "Hit Me Hard" ou "Some Sympathy", aux caractéristiques plus vintage, voire Zeppelinien.

L’ensemble se veut très remuant, nerveux. Il y a de quoi taper du pied et de s’extasier comme une vieille lubrique devant un chippendale. Il y a quelque chose de très addictif dans le Rock Hard de TAX THE HEAT, on se laisse facilement prendre au jeu, vous l’aurez compris. Et c’est là que nait un bémol assez étrange, concernant la durée de vie de cet album. En effet, c’est bien fait, catchy à souhait, mais combien de temps va-t-il tourner sur les platines avant de lasser ? Les refrains deviennent en plus un peu saoulant à la longue, car assez prévisibles, comme si tout était un brin trop calibré. Et la lassitude pointe immanquablement le bout de son nez. Personnellement, au bout d’une douzaine d’écoutes réparties sur un mois.

Pour résumer, on tient là un bon petit premier album, qui fera déjà parler de lui avec tous ses singles et ses singles potentiels ("Highway Home", "Animals", "Fed To The Lions", "Some Sympathy", "Learn To Drown"… pour ne pas citer la quasi-totalité du disque !). TAX THE HEAT a quasiment tout pour devenir un groupe à la mode et là, on verra comment les choses évoluent au second opus. On ne va pas parler de bénéfice du doute ici, pas encore. Disons juste que tout est tellement policé et punchy que l’on finit par se demander à quel point la formation est honnête. Et on verra alors si les musiciens sont capables de montrer plus de variations dans le thème. Reste que ce "Fed To The Lions" fait office d’une carte de visite intéressante pour le groupe.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


PATH OF SAMSARA
The Fiery Hand (2015)
Les chants de kali, seconde partie




BLUES PILLS
Lady In Gold (2016)
Essai transformé


Marquez et partagez






Par DARK BEAGLE




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Alex Veale (chant, guitare)
- Jean Paul Jacyshyn (guitare, chant)
- Antonio Angotti (basse, chant)
- Jack Taylor (batterie, chant)


1. Highway Home
2. Animals
3. Under Watchful Eye
4. Fed To The Lions
5. Hit Me Hard
6. Stood On The Platform To Leave
7. Some Sympathy
8. Devil's Daughter
9. Learn To Drown (you're Wrong)
10. Caroline
11. Your Fool
12. Lost Your Way



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod