Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Hammerfall, Nostradameus, Nocturnal Rites
 

 Facebook Thornbridge (57)

THORNBRIDGE - What Will Prevail (2016)
Par DARK BEAGLE le 6 Avril 2016          Consultée 869 fois

L’Allemagne semble être un vivier inépuisable de représentants d’un certain genre de Heavy Metal. Ou plutôt, pour être plus précis, ce pays est une usine à clones qui accouche chaque année de nouveaux rejetons biberonnant aux mamelles atrophiées d’un HELLOWEEN ou d’un GAMMA RAY. THORNBRIDGE est un de ceux-là, un groupe qui croit certainement en ce qu’il fait, qui se donne certainement à fond. Une formation dont la motivation n’est pas feinte, qui se déchire pour donner le meilleur d’elle-même. Mais au final, on se retrouve devant un premier effort bien stérile dans le fond.

Parce que "What Will Prevail" résonne comme un requiem au Power Metal, un genre qui aura été usé jusqu’à la corde depuis longtemps. Et c’est une épitaphe sans gloire, tout juste honnête. On pourrait reprocher très justement à THORNBRIDGE de ne pas prendre le moindre risque, de ne même pas tenter d’apporter sa touche personnelle à une musique fort convenue. Et à travers eux, nous vivons la chute d’une musique que nous sommes beaucoup à avoir aimé, émoustillés alors que HAMMERFALL épatait la galerie avec son "Glory To The Brave". Ouais, cela ne nous rajeunit pas…

Ici, tout est très classique dans l’approche. Nous avons droit à la petite introduction trompeuse et quasiment hors sujet. En effet, elle instaure un climat épique avec ses trompettes qui résonnent fièrement comme pour sceller une victoire sur le champ de bataille. Puis s’ensuit cette sempiternelle alternance de titres rapides et de mid tempos plus heavy, qui créent un contraste qui a depuis longtemps fini de nous étonner. Une fois encore les sujets touchent à l’heroïc fantasy (dont un "Neverwinter Nights" qui contribue gentiment à ce coup de vieux évoqué plus haut), comme c’est souvent le cas dans le Power Metal.

Et au final, on va retenir quoi de ce "What Will Prevail" ? Quelques riffs, comme celui du title-track, agressif à souhait, limite thrash ? La présence de Sly de VAN CANTO sur la plutôt réussie "Eternal Life" ? Qu’il y a un break épique façon viking s’apprêtant à vivre un combat titanesque perdu au milieu de tout ce bazar sans que cela ne nous émeuve plus que ça ("Symphony Of The Battlefield") ? Malheureusement, la réponse risque d’être plus terre à terre ; pas grand-chose sinon une impression de déjà entendu assez entêtante.

Parce que THORNBRIBGE aurait pu apparaître près de vingt ans plus tôt, durant la période où le « True Metal » était tendance. Les Allemands ne sont pas sans évoquer les Suédois de HAMMERFALL ou de NOSTRADAMEUS, pas de façon désagréable en soit. Sauf que ces deux formations ont connu leur heure de gloire à la fin des années 90 et au début des années 2000 et ne sonnaient pourtant déjà pas très actuels. Encore une des faiblesses d’un genre qui décidément refuse d’évoluer. Il serait tellement plus simple de ne rien attendre de la musique que l’on écoute, d’accepter de recevoir toujours la même chose pour ne pas être déçu ! Cela éviterait tellement de déconvenues !

Mais si on arrête un peu de jeter la pierre aux jeunes musiciens de THORNBRIDGE, on doit toutefois reconnaître que c’est fait de façon très correct. Le chant est intéressant, avec la capacité du frontman de passer d’un registre aigu à quelque chose de plus grave. Nous sommes toutefois plus proche d’un Ronnie Atkins (PRETTY MAIDS) que d’un King Diamond, Jörg Naneder n’a pas la prétention de nous faire vivre des montagnes russes vocales. On appréciera également la volonté du groupe qui va au bout de son sujet sans faiblir un instant, la qualité des morceaux reste très constante, à défaut donc d’être éblouissante.

Il fallait bien terminer sur une note positive. Tout ne va pas si mal dans le sillage de THORNBRIDGE. Il est juste dommage que ce "What Will Prevail" soit un stéréotype de ce qu’est le Power Metal, que la formation ne semble pas avoir de personnalité. Ou qu’elle n’ait pas osé aller plus loin, explorant plus à fond quelques pistes qu’elle paraissait pourtant lancer çà et là. On verra comment l’affaire évoluera sur le prochain album, en espérant que THORNBRIDGE se trouvera une originalité, que le groupe ne puisera plus son inspiration auprès de ses aînés, qui eux aussi commencent à marquer le pas.

A lire aussi en POWER METAL :


DOMINE
Stormbringer Ruler (2001)
Power metal




ETHERNITY
Obscure Illusions (2015)
Bien joué la spreutels connection


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Jörg Naneder (chant et guitare)
- Patrick Rogalski (guitare)
- Patrick Burghard (basse)
- Maximilain Glück (batterie)


1. Intro
2. Blow Up The Gates Of Hell
3. The Dragon's Reborn
4. What Will Prevail
5. Coachman's Curse
6. Symphony Of The Battlefield
7. Eternal Life
8. Neverwinter Nights
9. Under The Ice
10. Tower Of Lies
11. Gallery Of Horror



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod