Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (2 / 4)
Metalhit
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2015 The Plague Within
2017 Medusa
 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns, Amorphis
- Membre : Cradle Of Filth, At The Gates
 

 Site Officiel (383)
 Myspace (368)

PARADISE LOST - Symbol Of Life (2002)
Par DARK BEAGLE le 26 Janvier 2018          Consultée 321 fois

Après avoir touché le fond, on ne peut que remonter. A moins de rester accroché à la vase, dans quel cas c’est foutu. Mais avec "Symbol Of Life", PARADISE LOST va prendre un appui solide, sur un roc, pour se propulser vers la surface, après un "Believe In Nothing" dont je me refuse encore et toujours à croire. Et pourtant, il n’y a pas tant de différences au final entre ces deux albums. Sauf qu’il y en a un des deux qui trahit une certaine envie d’en découdre.

Tout commence avec la voix de Nick Holmes. Ou plutôt, avec Nick Holmes. Sur "Believe In Nothing", on sentait qu’il n’en avait strictement rien à faire, livrant peut-être bien la pire prestation avec sa voix claire depuis qu’il l’utilise. Ici, on le sent déjà plus motivé, on retrouve une agressivité ainsi qu’une variété qu’il semblait avoir abandonné. D’ailleurs, il s’accorde bien avec les guitares qui redeviennent imaginative, même si certaines mélodies sentent un peu le réchauffé.

"Isolate" et "Erased" suffisent à rassurer les fans. Même si cela s’avère au final assez catchy, on se tient face à deux morceaux qui fonctionnent bien, qui vont dans la direction que le groupe a esquissée sur "Believe In Nothing", la volonté en plus. Parce que mine de rien, PARADISE LOST joue sur le même terrain, avec quasiment que des titres de moins de quatre minutes, mais qu’ils exploitent avec une certaine justesse.

Ne serait-ce un ventre mou, on tiendrait là un très bel album du groupe, une véritable résurrection plutôt qu’un rétablissement tout en douceur. Le final s’avère explosif, avec le titre éponyme et le très Heavy "Channel For Pain" et on reste un peu interloqué par ce disque, qui renoue avec une certaine tradition née avec "One Second" mais qui ne parvient pas à se défaire totalement de ce que l’on pourrait appeler le « traumatisme EMI ».

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Einsamkeit (1992)
Forteresse de solitude




LACRIMOSA
Fassade (2001)
Ne pas tout miser sur l'apparence


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   DARK BEAGLE
   KARL VON KARL
   POULPI

 
   (4 chroniques)



- Aaron Aedy (guitare)
- Stephen Edmondson (basse)
- Nick Holmes (chant)
- Gregor Mackintosh (guitare)
- Lee Morris (batterie)


1. Isolate
2. Erased
3. Two Worlds
4. Pray Nightfall
5. Primal
6. Perfect Mask
7. Mystify
8. No Celebration
9. Self Obsessed
10. Symbol Of Life
11. Channel For The Pain
12. Xavier (bonustrack Sur Le Digipack)
13. Small Town Boy (bonustrack Sur Le Digipack)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod