Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Iapetus
- Membre : Sonata Arctica, Altaria, The Dark Element , Cain's Offering
- Style + Membre : Omnium Gatherum

INSOMNIUM - Shadows Of The Dying Sun (2014)
Par MEFISTO le 19 Mai 2014          Consultée 7708 fois

Encore une fois, 2014 commence à me faire croire que tout est possible. INSOMNIUM qui sort un des meilleurs albums de l'année, à date ? Eh oui, il trône sur bien des palmarès de webzines dignes de confiance !

On se demande alors ce qu'il s'est passé entre le dernier album et celui-ci pour expliquer cette intense beauté, cette puissance mélodique qui recouvre cet objet. Eh bien, gros changement sur ce sixième disque : le guitariste d'OMNIUM GATHERUM, Markus Vanhala, prend les commandes des grattes. Le résultat est à la hauteur de la réputation d'OG et permet à INSOMNIUM de sortir d'une fange parfumée dans laquelle il se roulait depuis trop longtemps. Avant de perdre une flopée de fans écœurés d'entendre des compos complaisantes tentant de réinventer la musique crépusculaire, les Finlandais ont réajusté le tir en changeant de calibre de cartouches. Ils jouent maintenant dans les grandes ligues avec ce merveilleux "Shadows Of The Dying Sun", qui vaut amplement cette sélection. Que voulez-vous, je suis chanceux de tomber sur autant de perles...

Bref, INSOMNIUM sort de sa zone de confort comme s'il était un homme canon. Il survole les arbres foncés de la pénombre et vole vers la Lune. Il vole si haut qu'il risque souvent de retomber dans les premiers rayons du soleil levant. Wow (le disque). Vous aurez compris qu'il possède toujours sa force, sa fougue, son intensité, mais qu'on plane passablement plus loin.

Jamais, au grand jamais, je ne m'attendais à une œuvre de cette qualité de la part des Finlandais. Ce "Shadows Of The Dying Sun" est à la fois ressemblant et nouveau, doucereux et féroce, simple et complexe... Que de dualités pendant près d'une heure de musique inspirée, archi mélodique, offensive mais jamais trop violente pour rien ni trop défensive et sirupeuse. Du Death Mélo cuit juste à point qui saura rallier toutes les chapelles, des durs aux sensibles parmi vous.

INSOMNIUM a ainsi réussi à créer un album qui s'écoute sans cesse et sans ennui. Autant les cordes (électriques et sèches) que le clavier suintent des notes absolument prégnantes, ravissantes, accrocheuses et mémorables. La tracklist compte autant de morceaux plus rapides et épiques que des mi-tempi ou des balades hallucinantes d'éclat, de sentiments et de ritournelles aisément inscriptibles dans votre mémoire. C'est là la recette du succès, c'est là ce que tout combo métallique mélodique ne devrait jamais perdre de vue. Les Finlandais vétérans l'ont enfin compris à leur sixième album en nous faisant voyager, je le répète, au-delà des frontières qu'ils nous mettaient auparavant dans les pattes.

Le groupe nous offre de la variété surtout sur ce petit bijou. Des pièces plus longues et viandées, aux nombreux retournements de situation, comme "Black Heart Rebellion", "The River" et les deux excellents dernières, "The Promethean Song" et sa mélodie belle à pleurer et la pièce-titre, qui conclut parfaitement cette odyssée dans le clair-obscur de l'âme, l'immensité de notre planète intérieure.

Rares sont les relâchements sur "Shadows Of The Dying Sun", les titres plus faibles auraient sans doute été les meilleurs des albums précédents, mais bon... Sans faire tache, ils viennent équilibrer une galette qui aurait sans doute pu être presque parfaite car hyper calorique...

Reste que... pas grand-chose à reprocher à INSOMNIUM, qui vient illico de se tailler une place dans mon Metalhit 2014.

Podium: (or) "The Promethean Song", (argent) "Black Heart Rebellion" et (bronze), "While We Sleep" et "Lose To Night".

Un gros, gros 4,31,76 qui a envie de prendre encore plus d'expansion tellement les mélodies résonnent encore dans cette baie des chaleurs et provoquent un écho des plus sublimes.

*La version digipack contient un disque bonus avec quatre morceaux.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par MEFISTO :


END IS NEAR
Beyond The Theater (2011)
L'habit ne fait pas le moine...




OBTENEBRIS
Dust Of Time (2009)
Un pot-pourri des grands combos death mélo !


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Niilo Sevänen (chant, basse)
- Ville Friman (guitare)
- Markus Vanhala (guitare)
- Markus Hirvonen (batterie)


1. The Primeval Dark
2. While We Sleep
3. Revelation
4. Black Heart Rebellion
5. Lose To Night
6. Collapsing Words
7. The River
8. Ephemeral
9. The Promethean Song
10. Shadows Of The Dying Sun



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod