Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 From Spirits And Ghos...
 

- Style : Delain
- Membre : Nightwish, Squealer, The Ferrymen
 

 Site Officiel (158)

TARJA - Colours In The Dark (2013)
Par DARK BEAGLE le 4 Janvier 2017          Consultée 531 fois

"Colours In The Dark" est une invitation au voyage. C’est difficile à expliquer, mais rentrer dans ce disque, c’est faire escale dans une ville qui vit aux couleurs des épices, aux rythmes des fêtes. Tarja apporte beaucoup de personnalité à l’ensemble, elle lui confère une âme, une passion qu’elle porte comme un étendard. Quiconque l’a vu sur scène voit à quel point elle aime chanter, comment elle illumine une salle entière avec ses sourires et comment elle peut sauver un concert juste avec cet amour qu’elle partage avec ceux qui sont venus la voir.

La belle est ici intrigante, parfois sublime, comme sur "Victim Of Ritual" malgré une façon très étrange de rouler les R. Mais ces passages qui reprennent un boléro magnifique sont séduisants, aguicheurs sans être vulgaire. Tarja se montre aussi classique dans son approche, trop certainement. Malgré ses couleurs, ce disque joue la carte de la sécurité, Tarja fait du Tarja, ou plutôt ce que l’on attend d’elle. De ce point de vue, difficile d’être déçu, il y a là exactement ce que tout fan de la voix de la chanteuse espère trouver (et ce roulement de R extra-terrestre, oui).

Et c’est finalement là le grand point faible de ce disque. On s’en fout que Tarja plonge dans une romance exacerbée, qu’elle nous caresse dans le sens du poil avec son lyrisme parfois larmoyant, souvent motivant. C’est Tarja, c’est ce qu’elle sait faire de mieux, et souvent bien au-dessus de la moyenne de ce que l’on trouve dans le genre. Sa personnalité est bien là, mais elle n’a plus rien d’étonnant, si ce n’est cette façon de rouler les R (je sais, je suis lourd, là). Tout ici est finalement calibré, beau mais un peu vide.

Reste un album dont la durée de vie est finalement assez brève. On peut y revenir de temps en temps, mais ce serait plus par défaut que par réelle conviction. Il reste que sur scène, Tarja transfigure complètement ces morceaux par sa simple présence, son magnétisme et par l’énergie qui découle d’elle. Un 2,5/5 finalement, monté à 3 pour l’effort et parce que dans son domaine, elle est l’une des meilleurs et qu’elle n’a même pas trop besoin de forcer pour le prouver.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE :


SKYLARK
Divine Gates Part I: Gate Of Hell (1999)
Metal symphonique




ASCENDIA
The Lion And The Jester (2015)
Racé, puissant, mélodique... et canadien !


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   DARK BEAGLE
   JEFF KANJI

 
   (3 chroniques)



- Tarja Turunen (elle-même)
- Alex Scholpp (guitare)
- Julian Barrett (guitare)
- Kevin Chown (basse des fois)
- Doug Wimbish (basse d'autres fois)
- Christian Kretschmar (clavier)
- Mike Terrana (batterie)
- Max Lilja (violoncelle)


1. Victim Of Ritual
2. 500 Letters
3. Lucid Dreamer
4. Never Enough
5. Mystique Voyage
6. Darkness (peter Gabriel Cover)
7. Deliverance
8. Neverlight
9. Until Silence
10. Medusa (feat. Justin Furstenfeld)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod