Recherche avancée       Liste groupes




Messages :  1 ...<<...<... 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 ...>...>>... 110
Le 06 Juillet 2011 - Arrête de râler pour rien par OLD NO. 7

Merci Madame Pipi, j'ai beaucoup ri.

Si une personne est intéressée par un album en particulier et qu'il veut lire des commentaires il passera les 4 premiers posts de la première page pour lire les autres, je te le promets ! Pour les commentaires c'est surtout déposer son empreinte et se faire lire par ceux qui sont intéressés par le CD en question. Donc les mettre en valeur en les mettant tous sur la même page ça servirait à rien je trouve (si c'est ça que tu voulais) et ça ne rendrait le rendu que plus lourd et indigeste. 4 par page on a le temps de se poser sur le bousin quoi...
Le pire serait de les mettre juste sous la chronique. Ça fonctionne chez d'autre car ils ne sont pas très très détaillés (5-6 lignes max) ce qui n'est pas tout le temps le cas sur NIME.

Passons à la partie la plus drôle de ton post. Tu demandes donc à NIME de prendre en compte la note de chaque internaute, quel qu'il soit, dans la note du CD...
Bon... Heu... saches que NIME c'est pas Metal Archives. Si tu veux que tes notes soient plus prises en compte que ça ne l'est déjà je t'invite à poster sur Metal Archives ou à te créer un RYM.
Les commentaires sur Nightfall ne sont pas rabaissés je trouve et ce que tu reproches est un peu farfelu je dois dire.
Si tu connais un webzine où les notes des lecteurs ont autant de poids que les notes des chroniqueurs, je t'invite à le nommer. Le mieux que j'ai vu c'est la note des internautes écrite sous la note du chroniqueurs. Mais bon je ne pense pas que les lecteurs du site en général ont à se plaindre de devoir cliquer sur "Commentaires" pour voir la note globale des internautes.

Le but d'un webzine est avant tout d'informer les internautes et non que ce soit une grande foire à la note. Comme dit plus haut, si t'es intéressé par un album tu vas pousser tes recherches plus loin que la chronique de NIME : lire les commentaires (même s'il n'y en a que 4 par pages comme tu le dis (c'est 5 le chiffre exact)), lire d'autres reviews sur la toile etc. Donc ton accusation est quand même assez cocasse...

PS : "mais nos commentaires disparaissent sous les autres commentaires (en gros ça sert à rien qu'on s'embête à en écrire puisqu'au bout de 4 commentaires le notre disparait)"
Ah ouais non en fait c'est encore plus drôle car il me semble tu n'as pas vu qu'il y avait plusieurs pages... Bravo !

Le 29 Juin 2011 - Publication d'un livre sur le par NICOLAS BéNARD

Bonjour,

Après avoir publié "La culture Hard Rock" en 2008 (éditions Dilecta), je publie aujourd’hui même un nouvel ouvrage, toujours dédié aux musiques extrêmes, intitulé :

"Métalorama.
Ethnologie d’une culture contemporaine, 1983-2010."

Voici la présentation du livre :

« L’histoire des musiques extrêmes (Hard Rock, Métal) est parcourue d’épisodes parfois extraordinaires, souvent ordinaires, qui sont autant d’instantanés d’une époque. Certains événements prennent vie dans le cadre de constructions artistiques et, reliés l’un à l’autre, aboutissent à la création d’un système de représentations aussi riche que complexe.
Cette ethnologie culturelle vise à mieux connaître cet univers musical caricaturé, souvent taxé de conservatisme, de nihilisme ou, pire encore, de bêtise. Derrière des situations, des noms de groupe, des thèmes lyriques et graphiques, des références et des influences diverses, on découvre un écheveau de mythes dont il faut dénouer les fils pour aboutir à la juste perception du phénomène.
À la lecture de Métalorama, on observe aussi, sous un prisme original, l’évolution mouvementée des sociétés contemporaines – crises, (r)évolution culturelle, conflit politique, débat sociétal – depuis le début des années 1980. »

Le livre est disponible aux éditions Camion Blanc : www.camionblanc.com

Merci d'avance pour votre soutien.

Nicolas Bénard


http://a3.l3-images.myspacecdn.com/images02/143/1f5013822b4941ad8961b4f4b596b0e8/l.jpg

Le 30 Juin 2011 par BIONIC2802

Bien l'bonjour !

J'ai déjà parcouru 15 volumes de l'édition "Camion Blanc" et 2, dans sa version "Noir" - toujours en rapport avec un sujet DIRECTEMENT musical, je préfère préciser !!!

J'aime particulièrement y découvrir des parcours, anecdotes et autres réponses tardives (par rapport à mon questionnement personnel, bien sûr), bref, je suis en joie lorsque qu'un nouveau livre sort dans ces collections.

Le vôtre ne tardera pas à venir entre mes mains...

Merci pour l'info et le fait de maintenir l'esprit du Metal par le biais de son décorticage compréhensible pour le commun des mortels !

P.S. : en espérant vous découvrir au prochain Hellfest (déporté de 400 mètres : sur le désormais ANCIEN camping !!!) dans l'Extrême Market pour une discussion entre passionnés - après lecture, évidemment. Z'êtes partant ?

Amitiés,
Bionic2802.

Le 27 Juin 2011 - Disharmonic Orchestra par GUILLAUME THE ELDER

Bonjour. J'hallucine quand je vois la masse de groupes et d'albums chroniqués sur NIME... Des groupes dont je n'ai jamais entendu parler et que je n'écouterai jamais... Et puis il arrive un jour, on veut se pencher sur un groupe qu'on aime mais qu'on a délaissé trop longtemps et là, patatra! Le Groupe n'est pas répertorié, aucun album de chroniqué!! Malheureusement, cette mésaventure m'est arrivée il y a peu : Disharmonic Orchestra est inconnu au NIME's bataillon. Pourtant, c'était un bon groupe de Death, original. J'adore "Expositionsprophylaxe" ainsi que le split album avec Pugent Stench en 1989.

Le 27 Juin 2011 - émission de radio par LOLO

salut

est-ce possible de mettre le site de mon émission de radio "noise pollution" (radio canut - lyon - vendredi 20h-21h) dans vos liens

voici l'adresse du site de l'émission: http://laurentcombe.com/noise.pollution/noise_pollution.htm

et je vous ai mis en liens: http://laurentcombe.com/noise.pollution/liens_noise_pollution.htm

bye
laurent

Le 17 Juin 2011 - Réponse Sacripan par KID66

Pour répondre à Sacripan, un album qui atteint un objectif ne mérite pas 5. Tu oublies la qualité intrinsèque des morceaux.

Dans l'exemple, Blackwater et Deliverance sont tous deux des albums aboutis (ce pourrais l'expliquer en 46868 lignes), mais le chroniqueur a jugé les morceaux de Deliverance un cran en dessous de ceux de Blackwater.

En fait, comparer les albums entre eux parait être un tort, mais ça devient une véritable méthode de notation. On cherche à mettre une note, un chiffre sur une appréciation subjective. Plusieurs critères interviennent et tu noteras que mieux on connait un artiste, plus nos notes sont justifiables. C'est aussi parce que du coup, on a du RECUL sur une discographie et la comparaison est alors implicite ou explicite, mais surtout inéluctable.

En espérant avoir été assez clair, malgré la concision.

Le 17 Juin 2011 - Objectif atteint ou pas ? par SACRIPAN

OBJECTIF ATTEINT OU PAS ?

Plutôt que de donner 4 étoiles à un album parce qu'on le compare à un autre, et parce que chaque album a son objectif propre et qu'on ne peut pas comparer deux albums qui ont des objectifs différents, pourquoi ne pas donner 5 étoiles à un album quand celui-ci a atteint son objectif ?

Par exemple, pour OPETH, "Blackwater Park" était un excellent album qui variait entre le Death brut et l'OPETH calme. Sur "Deliverance", OPETH a décidé de concentrer le Death noir pour pouvoir ensuite faire un album plus calme, blanc : "Damnation". Or, sur une récente Kro express, Mefisto donne 4 sur 5 à "Deliverance" parce que celui-ci "n'égale pas" "Blackwater Park"....

Bref, trop souvent je vois des albums qui sont notés par rapport à d'autres, alors que chaque album à ses objectifs propres. Noter pour moi "Damnation" et "Deliverance" 4 alors qu'ils ont pleinement atteint leurs objectifs, tout simplement parce qu'on les compare à "Blackwater Park" me fait de la peine, parce que ce sont des albums aboutis. Et ce n'est pas un cas isolé.

Cordialement

Le 17 Juin 2011 par MEFISTO

Salut Sacripan,

Je comprends très bien ta frustration, car je pense comme toi certaines fois. Tout dépend du groupe. C'est compliqué en fait.

Si le chroniqueur connaît bien le groupe, il peut avoir une vue d'ensemble de l'oeuvre de ce groupe. Dans ce temps-là, le premier réflexe sera de dresser une ligne du temps avec tous les albums dessus et de comparer ces albums aux disques de références du groupe. C'est ce que je fais avec OPETH. Pour moi, "Blackwater Park" et "Watershed" sont les pierres angulaires du groupe, comme des étapes marquantes, donc c'est normal, pour moi encore une fois, de comparer les autres à ces deux-là pour expliquer l'évolution ou la régression. Je pourrais faire de même avec ENSLAVED ou SHINING, par exemple.

Enfin, il y a toujours un fossé entre le chroniqueur et le lecteur. Et au début, j'ai eu de la difficulté à tracer la ligne et à comprendre pourquoi les chroniqueurs comparent sans cesse. Je me plaignais, tout comme toi. Mais quand je me suis mis à chroniquer, j'ai compris que par souci de cohérence, on se doit de regarder plus loin que le cas par cas, le disque par disque, pour que notre argumentaire soit plus étayé. On doit se casser la tête en somme.

Mais oui, c'est frustrant et ça peut parfois mal influencer les lecteurs, j'en conviens.

Le 08 Juin 2011 - par CLEM

Salut toute l'équipe,

Juste pour vous dire que ça me fait marrer tous ces messages qui vous envoient des critiques, sans cesse.
Moi je vous soutiens, y compris CanardWC dans sa chronique du dernier best of de la Vierge !
Vous ne vous êtes jamais revendiqués comme des êtres suprêmes détenant la vérité, loin de là. Vous aimez ce que vous faites, vous travaillez dur, vous y mettez tout votre cœur, et on le sait.
Vos chroniques sont votre avis. Elles n'engagent que vous. On n'est pas d'accord, on le dit, pas la peine de détruire le chroniqueur. Point.

Donc je vous respecte, je vous soutiens !

Continuez !

Le 08 Juin 2011 par FENRYL

Oouah ! En voilà un message qui fait chaud au cœur et qui a le mérite de résumer parfaitement l'esprit du site !

C'est évidemment ce que chaque kroniqueur réalise : il donne son avis sur un album. Ce point de vue vaut ce qu'il vaut. Le fameux "les goûts et les couleurs"...
Personne ici n'affirme avoir la science infuse encore moins détenir une vérité absolue...

Merci à toi encore une fois !

Fenryl.

Le 06 Juin 2011 - Chroniques par BIGORNO

Bonjour.
Non pas que je ne respecte pas le travail fait ici, non non, mais je pense sincèrement que certains devraient s'abstenir de chroniquer des disques de Metal extrême, ou même en être interdit.

Peut être est-ce seulement une question de goût, mais quand on n'aime pas le Death, on ne le chronique pas, ça évite de s'enfoncer tout seul dans la bouse, et de surcroît donner un avis totalement subjectif, en parfait désaccord avec la réalité.

Surtout ne publiez pas mon message, la vérité fait parfois peur.

Le 08 Juin 2011 par FENRYL

Et bien non regarde, ce message est publié.
Ici, pas de barrière. Même si certains d'entre nous ont des tabliers bien précis (en bons bouchers que nous sommes) et "s'interdisent" de changer de crémeries, il faut le redire une fois encore ici même : NIME s'interdit tout sectarisme.
Chaque kroniqueur est libre de s'exprimer sur un album, pour un peu qu'il soit capable d'étayer son propos. Cet aspect implique une connaissance minimale dans le genre mais ne requiert pas un statut "d'expert" pour avoir le "droit" de chroniquer.

A ce titre, il existe chez nous des généralistes (dont je me revendique une fois encore haut et fort). Le Metal a pour lui notamment d'offrir la plus large palette de productions musicales qui soit. C'est sans doute la raison pour laquelle à titre personnel j'en suis fan depuis plus de 22 ans maintenant : on peut jongler entre différentes émotions avec une telle facilité qu'il serait franchement idiot de s'en priver.

Alors, oui parfois, nous ne sommes pas exempt de lourdeur, d'aigreur ou d'euphorie mal placées mais comment en vouloir à des individus qui s'impliquent personnellement et bénévolement dans cette démarche de partage d'émotions (ou de dégouts !) ?
NIME est un site qui laisse la parole à ces lecteurs ici même lorsque le propos de ces derniers est étayé et non injurieux à l'encontre des auteurs. Nous publions, nous assumons et nous apprécions les retours de quelque nature qu'ils soient. Nous avons même crée un espace dédié à la parole "libre" avec le forum lecteur qui vous permet d'être plus direct à notre encontre (en tout bien tout honneur tout de même !). Que demander de plus ?

Personne ici ne vous interdira de nous contredire ou de nous encourager. Personne ne viendra "censurer" votre avis à condition qu'il ne repose pas sur une attaque ciblée à l'encontre de son auteur, notamment si vous le jugez "incompétent" pour s'exprimer sur tel ou tel groupe et/ou album et/ou genre. Libre à vous de lui faire la leçon en vous frottant à votre tour à l'exercice de style qui consiste à convaincre ses lecteurs !!!

Le 05 Juin 2011 - par WILD DAN KILLER

Super site, donc félicitations.
Des infos et du fun, tout ce qu'il faut.
Par contre, (faut bien trouver quelque chose !), dommage qu'il n'y ait rien sur des groupes (NWOBHM) comme Holocaust, Vardis...
J'écoute du Metal depuis 1973, je gratte depuis 1975, et j'ai fait plein de groupes depuis ma jeunesse...
Je suis prof. de gratte à Poitiers (spécialité Metal), où j'ai vu passer des mecs de Hacride, Klone, et j'en passe...
Je suis en train de remonter un groupe de Thrash (même si Trash m'a toujours fait marrer), donc toujours actif.
Tout ça pour dire (évidemment, tout ça sert à rien sur le Guest book, c'est juste de l'info), que j'aurais peut-être des tuyaux, au cas où, vu mon ancienneté dans la passion.
Et re-félicitations...
PS : Un truc qui serait bien, c'est de pouvoir répondre aux "notes" du guest book : j'aurais bien aimé parler au "jeune thrasher de 22 ans".
Horns for you.

Le 06 Juin 2011 par ALANKAZAME

Bonjour.
Merci pour vos encouragements, ça fait plaisir de voir que notre travail convient à des metalleux aussi expérimentés !

Il n'est pas possible de "répondre" sur le guestbook parce qu'il n'est tout simplement pas conçu pour ça. Si des lecteurs souhaitent discuter entre eux et/ou avec les chroniqueurs, ils sont invités à s'inscrire sur le forum du site qui a été mis en place dans cet objectif.

En ce qui concerne les tuyaux évidemment ça nous intéresse, et plutôt deux fois qu'une ! Pour nous en faire part vous pouvez utiliser la fameuse "boîte à demandes" ou nous faire parvenir des démos ou des CD promo.

A bientôt sur NIME,
ALANKAZAME.

Le 30 Mai 2011 - Ecoute free par CLEM

Salut !

Sans vouloir pirater, quel est le meilleur site, type Deezer, pour écouter de la musique métal ?
Je trouve le côté découverte très pratique.
Exemple : à la lecture de la kro et de l'express de THE OCEAN "Anthropocentric", j'achèterais bien l'album, mais au risque d'être déçu je préférerais garder mes euros pour un album à écouter en boucle !

Le 31 Mai 2011 par DARK MORUE

Oh mais tu peux y aller les yeux fermés, t'inquiètes, surtout que rien que l'objet mérite qu'on investisse !!
Mais sinon, tu cite Deezer, je pourrais rajouter MusicMe qui est exactement pareil, ou Grooveshark qui est plus complet mais bien moins ergonomique.

Sinon, simple et efficace, checker les MySpaces ou même des morceaux au pif sur YouTube (bizarrement, on y trouve bien plus de chose que nulle part ailleurs).

Voilà pour ma contribution, espérant avoir servi à quelque chose !

Le 23 Mai 2011 - Contact par BTG

Peut-on contacter les chroniqueurs en privé ?

Le 23 Mai 2011 par MEFISTO

La seule façon d'y arriver est de t'inscrire au forum et d'envoyer un MP.

Le 25 Mai 2011 par BAST

Une autre façon est de renvoyer un message sur le guestbook, de préciser le chroniqueur que tu souhaites contacter et d'indiquer ton adresse mail.
Le message ne sera pas validé et ton adresse sera aussitôt transmise au chroniqueur.
Celui-ci te contactera ou pas, selon plusieurs paramètres :
Tu veux une photo dédicacée : bonus de 10
Tu comptes juste lui cirer les pompes : bonus de 5
Tu souhaites lui donner des cours de chronique : malus de 10
Tu es une femme : malus de 10 si c'est pour Canard, bonus de 25 si c'est pour un autre chroniqueur.
A toi de jouer.

Le 17 Mai 2011 - Candidature? par LUNEJIX

Bonjour,

Est-il possible pour un lecteur lambda tel que moi de se joindre à l'équipe de chroniqueurs ?
Quelles étapes doivent être franchies pour intégrer l'équipe ?

Merci par avance de vos réponses.

Le 16 Mai 2011 - 1 an sans toi par ZAKK_WYLDIEN

1 an aujourd'hui que Ronnie James Dio nous a quitté, je ré-édite mon texte écrit il y a 1 an : "J'ai mis du temps avant de me décider à écrire ces quelques mots.... J'apprends hier que Ronnie James Dio, chanteur ô combien incroyable, nous a quittés le 16 (donc hier justement) à 7h45. Cette nouvelle, je l'attendais... Je l'attendais car chaque jour, je regardais les blogs, le Myspace, le site officiel etc... pour savoir comment allait Ronnie. De pire en pire, c'est tout ce qu'on pouvait remarquer. Une rumeur fit son apparition, le Dio (Dieu) du Heavy Metal nous aurait quittés... Aussitôt dit, aussitôt démenti, Ronnie est toujours bel et bien vivant ! Mais malheureusement, à force de parler de malheur, le pire se produisit... Ronnie James DIO s'est éteint ce week-end... Il était et restera le meilleur, le géant, le Dieu bordel de merde...
Dio, c'est avant tout RAINBOW, ELF, BLACK SABBATH et surtout une carrière solo époustouflante... mais c'est aussi un homme charismatique, chaleureux, sympathique, sociable, drôle... également LA voix du Heavy Metal par excellence... Personne, je dis bien PERSONNE ne pourrait chanter aussi bien à ces 67 ans que Ronnie James DIO putain ! Ce mec était et restera l'incarnation de Dieu sur cette foutue planète ! Pour les gens étant atteints, pour Ronnie, je ferais d'énorme dons pour soigner le cancer de l'estomac ! Je suis déjà triste de ton absence, une déchirure est apparue au niveau de mon cœur... Pas visible mais pourtant bien là. Merci pour tout Ronnie, pour ta bonne humeur, pour ton talent, pour tout ce que tu as fait au Rock car sans toi, le Rock n'a plus aucune définition... Merci pour ce que tu étais et restera Ronnie.
Je t'aime.
Long Live Rock N' Roll, Long Live Ronnie James Dio..."

Aujourd'hui, je ne t'oublie pas Ronnie, je t'écoute chaque jour. Tu manque au Metal et à la musique en général.
Ici, aucune relève en vue, juste des groupes qui naissent et disparaissent aussitôt car il te copie tous mais aucun ne t'égalera. Tu as eu, tout au long de cette dernière année, des hommages grandioses. De TWISTED SISTER à JORN... même Ozzy s'y est mis (tu me diras, il serait bien le seul con à ne pas l'avoir fait sinon... ça aurait fais mauvais genre). En tous cas, les gens ne t'oublient pas et ne t'oublieront jamais, sois en sur. Tu continus à faire vivre le rock dans le sang de tous, le mien en premier. Repose en paix Ronnie, notre ami.

Le 14 Mai 2011 - Géant ce site ! par RAMM

Avant toute chose, bravo pour votre site que j'ai découvert il y a quelques mois.
Actif, propre, pas de bugs chiants, et pleins de chroniques !

J'aurais juste voulu savoir si oui ou non, on verra ici un jour les chroniques des albums de POSSESSED sortis après "Seven Churches" ("Beyond The Gates" et "The Eyes Of Horror"), ainsi que la chronique de "A Lethal Dose Of American Hatred" de SUPERJOINT RITUAL (un des side projects d'Anselmo) ?

Continuez sur cette lancée !

Le 10 Mai 2011 - Super boulot les mecs ! par RENERION

Ce site est nul. CANARD a un style particulier qui me donne envie de lui coller des baffes. MEFISTO, n'écoute que du Black alors que c'est franchement pourri. Les chroniques d'ENLIL sont imbitables pour le commun des mortel. Y'a que FENRYL et ALANKAZAME qui vaillent le coup de toute façon sur ce site. Et puis vos chroniques, elles sont trop nulles et subjectives.

Et en fait maintenant que j'y réfléchis en fait il est tout pourri votre site, sérieux, j'suis d'accord avec rien....

Bon ok, j'ai découvert SAINT VITUS, KYUSS, le Stoner en général, le Sludge, le Funk Metal, redécouvert BLACK SABBATH...
Redecouvert un nombre non négligeable d'albums et de groupes...
Et je passe au moins trois fois par jour sur votre site, parce qu'en plus de chroniques avec lesquelles je suis pas d'accord (mais après tout on s'en fout, c'est un question de goût), j'ai réalisé que c'était une base de partage et de passion...

Et honnêtement ça fait du bien; (Ps : CANARD, vos chroniques me hérissent le poil, mais elles sont presque toujours bien vues. ENLIL, c'est toujours un plaisir de vous lire. Et MEFISTO, cette chronique de "Book of Dowth" me force à le dire, SUIDAKRA c'est pas mal...)

Bref, au final, vous faites un sacré bon boulot. Continuez comme ça. J'vous aime, tous !

PS : vous recrutez ?

Le 10 Mai 2011 par MEFISTO

Putain, si les lecteurs étaient plus sympas, on serait peut-être encouragé à bosser plus dur...

Pfffff...

Le 11 Mai 2011 par ALANKAZAME

Hey mais faut pas s'y fier mon gars, en réalité moi je suis un vrai connard !

Le 11 Mai 2011 par FENRYL

Bon, si je comprends le jeu, il suffit de penser le contraire de ce que tu écris pour atteindre ton véritable point de vue.
Donc, en vérité, tu me détestes ainsi qu'ALAN au final...
Il va donc falloir redoubler d'efforts...

P.S : oui, si tu te sens apte à passer la batterie de tests de recrutement, fais nous parvenir tes coordonnées...

Le 12 Mai 2011 par BIONIC2802

... Y a même des chroniqueurs qui n'existent pas (plus ?); ou alors qui n'ont jamais existé.... pour toi ???

Viens-y voir le recrutement, on va te caresser mon petit chat !!!

Le 09 Mai 2011 - Les chroniques par FEANOR

Bonsoir,

Avant toute chose je tiens à préciser que j'admire le travail fait sur ce site.

J'ai juste une question à poser en ce qui concerne le test de certains albums. Par exemple le dernier opus d'AMON AMARTH : comment se fait il qu'un mois et demi pratiquement, après la sortie de l'album, il n'y ai toujours aucune chronique de faite ?

En fait, en règle générale, je trouve que les chroniques mettent un certain temps à apparaitre, compte tenu de la date de sortie de l'album.

Voilà, c'était mon petit coup de gueule (léger).

Merci de votre attention.

Le 10 Mai 2011 par VOLTHORD

J'insiste assez sur ce qu'a déjà dit Mefisto : on ne reçoit pas de cds promos, ou que quand ça "nous" arrange. Donc les chroniqueurs s'occupant d'AMON AMARTH ont du découvrir l'album en même temps que tout le monde, et ensuite, il faut compter deux semaines à deux mois pour avoir écouté l'album assez souvent et assez méticuleusement pour pondre un avis objectif.


Mais ne désespère pas si vite, ça nous arrive de pas trop trop être à la bourre !

A Plus
Volthord

Le 10 Mai 2011 par MEFISTO

Étant un site alimenté par des gens ayant une vie avant toute activité nimienne, il te sera facile de concevoir que nous ne pouvons pas chroniquer toutes les nouveautés de façon synchro avec les sorties, encore moins toutes les nouveautés dignes d'un papier.

Si nous étions pris à la gorge par les labels qui nous fourguent leurs promos MP3 (exit les disques, mais les exigences sont toujours les mêmes, allez trouver la logique) et que nous écrivions pour gagner notre pain, je dis pas...

Mais NiME est un site nourri par des passionnés libres. Et c'est cette liberté qui nous permet, après 10 ans, de continuer, alors que d'autres meurent après deux ans... À force de vouloir tout chroniquer, ils se sont épuisés et les lecteurs/fans ont payé.

Amicalement,

M

PS: t'inquiètes, la chro d'AMON arrive bientôt... sous la plume de notre cher Fenryl adoré, qui revient d'un périple en terres nordiques pour bien décrire cet album tant attendu. Ne t'attends pas à une note parfaite par contre!

Le 30 Avril 2011 - Trash par IGOR

Cher Canard WC,

Je suis aujourd’hui encore loin de la glorieuse trentaine, je contemple, hautain, le ridicule édifice de ma vie du haut de mes vingt-deux petites années (l’expression « petite année » n’a guère de sens sauf si on prend en compte les années bissextiles, 29 février et Cie, mais la tournure me semblait agréable et soulignait mon extrême jeunesse, propos central et fil conducteur de mon récit, foutez moi la paix donc). J’ai bien sûr, jeune adulte exalté, des avis tranchés sur un tas de sujets auxquels je n’entends globalement rien. Mais c’est ça être un adulte n’est-ce pas ? Je suis donc en mesure d’alimenter sans faillir les débats interminables et autres joutes verbales qui font le quotidien de mes congénères, collègues et connaissances. J’ose même prétendre au statut d’orateur respectable, ayant à plusieurs reprises imposé mon opinion, au demeurant totalement erronée, au groupe. Question de conviction. Conviction feinte en l’occurrence car rien ne m’ennuie plus que ces déblatérations stériles, j’aime cependant avoir raison même/surtout quand j’ai tort. Ça flatte mon ego surdimensionné.
Tout ça pour dire que je ne souffre pas particulièrement d’un problème de communication, d’estime de soi ni d’un quelconque syndrome de conflit parental (pas que je sache).
Pourtant, lorsque les discussions s’orientent vers un des rares sujets qui m’est cher et auquel je voue un amour sans limite, j’ai nommé bien sûr notre douce musique metallique, je perds toute crédibilité. Ma passion est bien réelle pour une fois et ma culture en la matière, qui vient étayer mes arguments, n’est pas surfaite. Cherchez l’erreur. Dire que mon palpitant s’affole aux premiers grattements de l’ange de la mort est un euphémisme et mes débordements lacrymaux à chaque écoute de cette putain de Chambre avec vue sont des plus éloquents pour ceux qui doutent de mon indéfectible engagement à la cause du metal et du thrash particulièrement. Je me trouve donc inévitablement en première ligne dès lors que le sujet est sur la table, sûr de moi, prêt à en découdre et à renvoyer chez sa maman le premier fan de Christophe Mae ou de Within (je suis sectaire au sein du metal, la simple appartenance à un courant musical ne signifie rien quand à la qualité intrinsèque d’un album. Essayez donc de mettre du Canigou dans une boite de William Saurin. Oublions la métaphore du cassoulet si vous voulez bien). Mais là, c’est le drame comme dirait l’autre. Tous ces trentenaires/quarantenaires me dévisagent dédaigneusement, un rictus de mépris mêlé d’incompréhension au coin des lèvres, me regardant vanter les mérites d’un "Kill’em All", faire l’apologie d’un "Reign In Blood" ou tenter de réhabiliter l’incompris "No More Colors" (putain comment un tel talent as-t-il pu être à ce point gaspillé par une maison de disque lamentable). Et c’est quand j’annonce fièrement que "Master..." a changé à jamais la face du metal et amené le thrash vers des sommets jamais atteint, que je tente à force d’hyperbole de démontrer quelle déferlante il fut, c’est à ce moment généralement que s’élève une petite voix nasillarde : « qu’est-ce que tu en sais tu n’étais même pas là branleur/gamin ». Telle une goutte d’eau faisant déborder le vase de la haine gratuite, ce quolibet fait des émules et provoque immanquablement le déversement d’un flot d’injures sur mon crâne qui n’en demandait pas tant. Faible et humilié je disparais alors, non sans avoir au préalable insulté copieusement tout ce beau monde, leur famille et leurs animaux domestiques. Incultes. Snobs. Vieux cons. S’en suis une thérapie de l’âme, "Pleasure To Kill"/"Rust In Peace"/"Alice In Hell". Haaa ça va mieux. Il n’empêche qu’ils ont raison. Je suis bien trop jeune pour prétendre avoir assisté aux balbutiements du thrash, son ascension, son apogée. Le pseudo-revival actuel vient enterrer ce qu’il restait de ma crédibilité, on m’accuse volontiers d’avoir rejoint le mouvement lors de son retour en grâce ces dernières années. C’est faux mais l’opinion publique ne se soucie nullement de ce détail.
Flashback. France. Une petite ville de Charente maritime triste et fermée sur elle-même, climat propice aux sordides faits divers et à la consanguinité. J’étais déjà le thrasheux du lycée (et du collège auparavant dans une moindre mesure, je me cherchais encore). Incompris de tous, même de mes camarades hardos qui se pignolaient sur les neufs débiles masqués* et regardaient de haut la production misérable de mes albums chéris. Nostalgique des années 80 devant l’éternel sans les avoir vécus, je représentais l’absurdité de l’adolescence en ce qu’elle peut avoir de plus ridicule. Relativement bien dans ma peau (autant que peut l’être un adolescent restons pragmatique) contre toute attente je vivais très bien ce paradoxe temporel à faire se retourner Doc’ et Marty dans leurs tombes respectives. La remise en question n’était pas mon fort, celle-ci viendrait plus tard avec l’âge « adulte » (d’où cette lettre pour ceux qui n’avait pas suivi). Pas ma faute si David gay-ta ne provoquait chez moi qu’une violente envie de dégobiller. J’avais des amis de tous horizons (tout à fait géniaux en l’occurrence) pour qui je faisais des concessions, ayant rapidement compris qu’il valait mieux mettre en veilleuse ma musique de sauvages pour ne pas disparaitre socialement. Et c’est le soir en rentrant dans mon doux foyer que je prenais mon pied à découvrir de nouveaux albums, de nouvelles pépites thrashistiques (je ne pense pas pouvoir oublier un jour ma première écoute de l’"Act III" de DEATH ANGEL, quelle pied), le voyage semblait sans fin. Au regard de mon âge au moment d’écrire ces lignes et par un calcul savant (intégrons l’espace temporel dans la matrice de dérivation cartésienne) nous pouvons dire que j’ai actuellement consacré un bon tiers de ma vie au thrash. C’est déjà pas mal. Faisons abstraction maintenant des trois premières années, essentiellement consacrées par la majorité des êtres humains à manger, dormir, faire de la pâte à modeler et pondre des œuvres artistiques d’une laideur sans nom que leurs parents affichent fièrement ou par principe dans le hall d’entrée (voyez comme mon petit est brillant). Que celui qui a consacré ces années là à quelque chose de plus constructif où qui a vu naître une vraie passion à cette période me jette la première pierre. Donc, faisant fi de ces stériles années, nous pouvons étendre à 40% la part de ma vie consacrée à cette douce musique. Passons sur l’astuce mathématique dispensable.
Ceci pour dire que je peux me targuer d’une connaissance qui tend à devenir conséquente en la matière, très supérieure à celle du metalhead lambda en tout cas (et impliquant une méconnaissance de nombreux autres courants musicaux dérivés du metal originel, mon positionnement actuel étant de les rejeter en masse et de les mépriser, j’envisage une inflexion et une ouverture d’esprit d’ici peu**).
Quid de ce manque de crédibilité alors ? Comment concilier passion et anachronisme ? J’ai comme la désagréable impression d’aimer secrètement la femme d’un autre, ne pas pouvoir lui avouer ouvertement ma passion de peur de passer pour un usurpateur. « Le thrash n’est pas pour toi, il ne le sera jamais, il est à nous, adolescents rebelles des 80’s ». La monogamie est-elle donc de rigueur au pays des riffs tranchants et de la sueur qui dégouline ? Cette musique ne peut-elle être multi-générationnelle ? Ne puis-je moi aussi massacrer "Death Magnetic" au marteau en pleurant sur la grandeur passée de KEA et en regrettant la perte d’inspiration des Four Horsemen ? (laissez moi au moins ce plaisir, de toute façon c’est déjà fait). Il est vrai que le thrash n’est pas particulièrement réputé pour son ouverture d’esprit, j’en ai fait la preuve quelques lignes auparavant (citons toutefois MEKONG DELTA, la fameuse exception qui confirme la règle). Bien sûr je tuerai pour avoir vu le jour quinze ans plus tôt, headbanger à vos côtés à l’écoute de "Whiplash" (la chanson pas le groupe de seconde zone), mais le destin en a décidé autrement. Ce qui m’amène à la réflexion suivante : je serais peut être passé à côté de l’émergence du mouvement !! Pas d’internet alors pour amener à nos oreilles européennes l’écho des premières bombes californiennes. Bien sûr, difficile de ne pas ressentir les radiations des charges nucléaires de 1988 mais la fin était déjà proche (après la montée en flèche, l’inévitable chute). Et si j’avais eu la chance de vivre pendant ces années magiques où le thrash était fort, où le thrash faisait peur, pour ne finalement connaître qu’une éphémère passion de trois minuscules années avant l’inexorable déclin ? J’en ai des sueurs froides rien qu’en l’écrivant. Quel gâchis inacceptable. Je ferais bien en ce cas de me calmer sur les regrets. Tout d’abord car « retour vers le futur » est, et risque de rester, une fiction. Je suis coincé en 2011, il faut faire avec. Tout comme un « merci » n’a jamais étanché une soif, un regret n’a jamais provoqué de transport temporel ni de réincarnation prématurée. Deuxièmement, parce que rien ne garantit que mon extase musicale aurait été plus grande en 1983. L’effet de surprise n’est plus là aujourd’hui, la rage s’est atténuée (oui METALLICA est devenu une machine à fric pour ceux qui en doutaient) mais ces albums, eux, sont toujours là, témoins de la folie, de la grandeur et de la spontanéité de ces jeunes musiciens qui ont changé le metal pour le meilleur et pour le pire. Impossible de renier l’indescriptible plaisir que je prends à me les passer en boucle ou à dénicher occasionnellement une perle thrash méconnue. De plus, je bénéficie d’un recul certains qu’il était impossible d’avoir sur le moment me permettant d’apprécier un disque, non seulement pour ses qualités ou défauts intrinsèques, mais aussi pour sa place dans la discographie d’un groupe ou dans le mouvement global. Je peux chercher à identifier les influences de chacun, les uns envers les autres, replacer le tout dans son contexte. C’est un travail passionnant qui me tient en haleine.
Mais voilà que je positive à outrance. J’ai la haine. Contre mes parents qui ont pris tout leur temps pour me concevoir, contre la fatalité, contre le monde entier, contre les vieux cons et les jeunes branleurs, contre moi-même de temps en temps, contre l’industrie musicale, j’en passe, contre le thrash qui se refuse à moi. Il se trouve que ce dernier est justement le meilleur des exutoires pour cette haine aveugle qui me ronge ainsi que sa principale source d’alimentation.
Mon pitoyable dilemme est sans fin, je pense trop donc je suis perturbé.
C’est pourquoi je fais appel à ton immense sagesse, Canard, guide spirituel des thrasheux nimiens, que dois-je faire ? Dois-je mettre fin au grand écart temporel avant le claquage ? Mon avenir se fera-t-il sur un air de breakcore/post-indus/jazzy/prog/fusion/ambiant/doom ?
En attente de ta réponse avisée, je retourne me passer un  "By inheritance" des familles.

Respectueusement.

*que j’ai appris à connaître et à respecter depuis.
**je ne suis pas si sectaire, je me suis ouvert à différentes choses malgré tout n’exagérons pas bien que le thrash reste le seul domaine où j’ose prétendre à un réel début de culture.

Le 09 Mai 2011 par CANARD WC

Hello,

A mon boulot actuel, quand j’ai déboulé, tout le monde me parlait du laveur de vitres.

« Il écoute la même musique que toi, c’est un hardos, vous allez bien vous entendre »

Pourquoi pas. Un « brother of Metal » au taf, ça peut être cool.

Alors je l’attendais un peu, j’attendais la rencontre, j’avais préparé ma petite mise en scène : il arriverait dans mon bureau, j’aurais tourné légèrement l’écran pour qu’il puisse voir mon beau fond d’écran avec James HETFIELD tout transpirant, j’allais caler un petit MOTÖRHEAD (parce que tous les hardos aiment MOTÖRHEAD) au moment où il débarquerait, je ferais semblant de pas trop le calculer et j’attendrais qu’il aborde le sujet pour faire ensuite moi mon vieux loup de mer.

Sauf que ça s’est pas passé comme ça.

Déjà il avait pas loin de 60 berges, ensuite il en avait a priori rien à foutre d’un jeune branlos comme moi et il avait pas non plus envie de se faire un collègue pote avec qui parlait de METALLICA, vu que de toute façon THIN LIZZY selon lui encule METALLICA. Quand on a commencé à papoter, c’était tendu :

« Pff ton mec là, Dave LOMBARD, il est pas mauvais je dis pas, mais il joue comme une hystérique. Il vaut quoi ce connard face à un bon vieux BONHAM »
« Mouais je dis pas que c’est nul ton groupe, DEATH ANGEL, je dis juste que c’est « too much », ça fait du bruit alors que bon VAN HALEN il pose les trucs et y a pas besoin d’en mettre plus »
« Attends, gamin, moi j’ai vu LED ZEPPELIN en vrai, à Londres en 69. Qu’est ce que tu me parles de ton METALLICA qui envoie en Live. METALLICA c’est un bon groupe, mais c’est des nains comparé à ce que faisait le ZEP fin des années 60. Bah ouais. »

Évidemment, j’ai hurlé, crié, pleuré et mes collègues ont été obligés de nous séparer.

Puis, on a commencé à se vanner, il est venu avec des cédés, moi je lui ai fait des Best Of de MANOWAR et de JUDAS PRIEST. On a ensuite pris des cafés ensemble, en échangeant sur la grandeur de Lemmy, la beauté de THIN LIZZY, le respect dû au ZEP. Il a vu que je maîtrisais aussi bien mes classiques (genre AC/DC) que des trucs moins connus comme le "Skycraper" de ROTH. Et au bout d’un moment, on est devenus potes. Mais il a fallu du temps. Je suis passé de « bille de clown » à « jeune branleur », puis « ma poule » pour finir sur du « mon pote ». Encore récemment, quand il arrivait à mon étage, les collègues du bureau d’à côté se barraient vu le boucan qu’on faisait avec nos « Blind Test », nos « attends faut que t’écoutes ça », « mais vas y monte le son merde ».

Donc, en gros, "jeune" lecteur, tout est relatif, on est toujours le « jeune branleur » de quelqu’un. Et dans le fond, c’est pas bien grave ; comme le dit FENRYL, c’est l’intensité de la passion qui compte au final. Peu importe le millésime dont on est issu. Seul le temps, la persévérance et la sincérité peuvent t’aider à gagner la crédibilité que tu mérites.

Je pense qu’il faut prendre cela comme une forme de « test » (dans le sens de la mise à l’épreuve) et je suppose que ce genre de dépréciation fait partie du jeu (on retrouve ce même genre de phénomène aussi bien dans certains corps professionnels comme les militaires, les pompiers etc.) que certains milieux (les rites initiatiques dans certaines tribus ou les fameux bizutages universitaires).

J’aimerais personnellement être « capable » plus tard de ne pas avoir d’a priori sur les générations plus jeunes et éviter de tomber dans les travers du vieux con passéiste. J’espère que je serais plus intelligent, que je saurais être au « dessus de ça » mais c’est pas certain. On parle souvent de la sagesse des cheveux gris, on oublie souvent de parler des années qui rendent aigri.

Merci dans tous les cas pour ton message aussi touchant que sincère. Rappelle-toi que la considération n’a de mérite que si elle provient de personnes de valeur. A réagir de façon aussi superficielle, je doute que les gens dont tu quémandes l'estime méritent de se mettre la rate au court bouillon…

@+

Canard Coin Coin.

Le 30 Avril 2011 par FENRYL

Un joli essai pour un fan de THRASH qui écrit le mot avec LA faute qui fait mal justement (c'est THRASH et pas TRASH comme je l'ai corrigé systématiquement dans ton pavé !).
Un des arguments pour la crédibilité du propos !

Allez courage, ce n'est pas forcément le nombre des années qui fait de toi un Thrasheur respectable mais bien évidemment ta culture perso du genre !

Metalliquement.

Fenryl.

Le 08 Mai 2011 - Chris et Jake en soli par JULIENB

Toujours surpris de ne trouver aucune chronique sur les albums solo de Chris Poland ou encore Jake E. lee... ? Bravo quand même pour la richesse et la qualité du site.

Le 04 Mai 2011 - Plus de RockHard à l'assemblée par WULFSARK.

J'ajoute mes meilleurs vœux d'éternité explosive à ce metalleux convaincu. Ayant quitté la Metal Earth, où qu'il soit, il trouvera bien du headbang, je ne m'en fais point pour ça. Cependant, qui prendra sa suite ?

Le 03 Mai 2011 - Deuil par IVIV1

Une petite pensée pour Patrick Roy, député du nord, défenseur du Hellfest et du Metal en France, mort hier de maladie, sniff.


Messages :  1 ...<<...<... 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 ...>...>>... 110






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod