Recherche avancée       Liste groupes



    

Epitaph to the King: Vie et mort de Mark Shelton
Par ERWIN le 28 Juillet 2018 Consulté 1862 fois

Un instant, le monde s'est arrêté de tourner... Un bref instant, une seconde, un moment de perdition et de vide intersidéral dans la tourmente infernale qu'est la marche en avant de ce monde. Mark Shelton, compositeur, guitariste chanteur et âme de MANILLA ROAD s'est éteint il y a quelques heures, entre deux concerts, sur le sol européen, celui qui l'aura adoubé en 1985 lors de la sortie de "Open the Gates" chez Black Dragon. Pour quelques-uns d'entre nous, c'est un coup de tonnerre, une perte immense, un moment de grande tristesse.

Je le répète jour après jour : "That's fuckin life"… Ouais... Y a rien à faire. Et alors que Mark cherche son chemin dans les rues de Necropolis, je me remémore tout ce que MANILLA ROAD signifie pour moi. La première interrogation lorsque je découvrais le groupe dans les pages d'un Enfer en 85, les paroles de Mark qui de suite, atttirent mon attention, ses influences, la kro du journaleux Philippe Touchard qui décrit cette musique si originale entre BLACK SABBATH et MANOWAR. Il fallait écouter... Quelques jours plus tard, j'entends "The Fire Of Mars" à la radio, et je réalise alors que je découvre le groupe de mes rêves, celui qui me suivra durant toute ma vie. Je l'ai su de suite. Cette idée ne s'est jamais démentie, même si je voue une vraie passion au King ELVIS, que j'adore David BOWIE, que MANOWAR était alors mon groupe préféré, que les années passant malgré la découverte du Black Metal de WINDIR ou de SUMMONING, malgré le génie de Devin TOWNSEND, ma passion pour le groupe de Wichita ne s'est jamais démentie.

Mais il y a de quoi. Après la gloire des années 80, l'arrêt des années 90, très peu de news filtrent mais l'arrivée du net change la donne. On parvient rapidement à rentrer en contact avec les membres du groupe, même Mark qui se montre très réactif et cool. Les affaires reprennent avec leur participation en 2000 au Keep It True, ou une horde de grecs déchaînés font sensation en arborant le T-shirt rouge à l'effigie du groupe. Les albums refleurissent pour le plus grand plaisir de leur fans. Chaque année, le groupe va partir au moins deux mois pour tourner en Europe, puis dans le monde entier... Le net permet de se parler, et Mark qui bosse alors comme expert-comptable dans une entreprise, a le temps de me répondre, on parle musique, on évoque mon divorce, Mark, qui est passé par là, me parle de son expérience et m'envoie des messages d'espoir... "Feeling Free Again"... Tout peut toujours se résumer avec une chanson.

C'est à Colmar pour leur premier concert en France que les croise pour la première fois, j'ai la chance de parler avec Mark, avec Bryan et Cory, on fait des photos, des vidéos. Moi et Franck, le chanteur de STONECAST, nous rencontrons à cette occasion, un souvenir merveilleux et solaire tant la personnalité du leader du ROAD nous marque tous les deux. En rentrant sur scène, je tends les bras, et Mark me laisse porter un instant la fameuse Warlock rouge qui aura été de tous les combats... Magique... Un concert inoubliable. Puis on reste en contact, j'écris mes premières kros sur NIME, le rapport devient plus proche. Et l'an passé, c'est inespéré, le groupe s'arrête à Marseille chez moi. On se voit avant le concert, ce sont des retrouvailles mais oui, l'artiste n'est pas un homme superficiel, il se souvient, il nous reconnaît. Je propose au groupe de passer la journée du lendemain ensemble à visiter Marseille. Ils disent oui avec enthousiasme... Je trouve en la personne de Gilles un fan jusqu'auboutiste qui accepte de gérer la chose avec moi. Le lendemain rendez-vous est pris à Marignane où ils logent dans un petit hôtel. Je me pointe en Twingo, Gilles dans une vieille 206... On est super classe mais les mecs n'en ont cure. J'embarque Bryan et Mark dans la twingo de ma chérie – une impression dingue je vous jure d'avoir le shark dans cette minuscule bagnole –, Gilles embarque Neudi, Phil et Richard Cathey, et nous voilà partis pour découvrir la côte phocéenne. J'apprends que le gratteux préféré du Shark n'est autre que Billy Gibbons... Comme moi... Y a pas de hasard... On tchatche de tout dans la voiture, littérature, musique, on ne parvient pas à trouver le deuxième vers de sa chanson "Taken By Storm". Le vieux port, puis Notre dame de la Garde pour une session photo magnifique ! On bouffe tous ensemble sur le vieux port, sous le soleil. À table, Mark nous demande s'il serait possible de lui trouver de la beuh... Gilles et moi, non-fumeurs, épluchons nos carnets d'adresse... Le repas est super, je suis assis en face de Mark, on est tous les deux bavards. Un instant il me regarde et me pointant du doigt dit "Darker than mass" je le rejoins sur la suite de la chanson "Taken by storm" et nous chantons tous les deux, ensemble, le reste du premier couplet à l'unisson... Je vous jure, les gars, c'est un des moments les plus magiques de ma vie.

On les raccompagne ensuite à l'hôtel où on reste pour descendre ensemble quelques godets. On évoque notre passion commune pour l'Islande, je vois les yeux de Mark briller lorsque je lui explique avoir jeté un peu des cendres de ma mère sur la fabuleuse plage de Vik... "I love this idea" me confie-t-il alors... Gilles finit par trouver de la beuh tard le soir et repart courageusement vers Marseille pour un autre aller-retour... Bryan et Mark sont aux anges... On les laisse après un dernier coucou d'en bas... Quelle étrange instant que de saluer de la main mon idole à la fenêtre en train de fumer au 3ème étage d'un hotel Kyriad tout simple, perdu au milieu de nulle part.... Chanceux je suis. Merci Gilles pour avoir permis cette journée magique.

Toute la journée, Mark s'est montré cool, souriant, amical, fraternel même. Le respect avec lequel il a toujours traité ses fans était bien là, pas de doutes. Ce mec faisait systématiquement le tour des campings lors des festivals pour aller à la rencontre de ses fans, et toujours les traitaient avec cette même attitude, chose que je n'ai jamais vu chez une autre rockstar. Qui plus est, il était magnétique Shark, lunettes noires et longs cheveux de barde moyenâgeux, la voix rauque, magnifique. Quel personnage ! Un détail d'ailleurs, il ne faut plus l'appeler Le Shark ou The Shark, mais "Shark" tout court... Il s'agit en fait de la simple contraction de ses noms et prénoms : SH.elton m.ARK..

Les présents au concert du Headbanger's Open Air Allemagne ce 26 juillet auront vécu la dernière prestation live de Shark, Bryan raconte l'atmosphère enfumée des lieux, la difficulté que lui-même - une bonne bestiasse le Bryan, 1m85, 110 kilos – avait de respirer, et le Shark qui se donne à fond sur le côté gauche de la scène, le rassurant en permanence, le poussant même alors que lui-même tirait les dernières forces de son être. Au sortir de la performance, Mark ne se sent pas bien, fait un malaise, les membres du groupe appellent rapidement les secours, Bryan raconte qu'il tient Mark dans ses bras, quelques instants plus tard, Shark tombe dans le coma et est aussitôt transporté à l'hôpital le plus proche. Il décède quelques heures plus tard. "Il est parti sans douleur " nous dit Bryan. Mort sur scène, après avoir tout donné dans un super concert. Tout est là, c'est ainsi qu'il le souhaitait, c'est ainsi que c'est arrivé. Il avait dit à Cory Christner, batteur des années 2000-2010, "je n'en ai plus pour longtemps" quelques jours avant son départ pour l'Europe ce mois de juillet.

Le lendemain, ce 27 juillet, la communauté des fans est en effervescence, une collecte est organisée par la maman de Bryan Patrick pour payer les frais d'hôpitaux et de rapatriement de la dépouille de Mark vers Wichita et sa famille. En quelques heures, plus d'un millier de fans donnent et dépassent allègrement les 30 000 dollars nécessaires. On a tous donné, c'est juste un symbole... Pour Mark.

Tout ça est peut-être très normal. Je ne sais pas, je ne suis pas lié avec un autre groupe comme avec MANILLA ROAD, mais il me semble tout de même que la personnalité de cet artiste devait être très originale pour provoquer un tel amour chez ses fans. Je ne connais pas d'autre exemple semblable. L'attachement des fans du ROAD pour Mark Shelton touchait au sacré. Il suffit de regarder les messages sur les réseaux sociaux. C'est simple : Mark était perfectible, mais il est et reste intouchable. Une icône vibrante de notre musique, un symbole du Heavy Metal dont nous pouvons être fiers. Jusqu'au bout il aura porté avec passion et humilité le flambeau de l'Epic Metal. Mourir sur scène quoi ! Dans "Dig Me No Grave" sur The Courts Of Chaos", il écrit : "I was a rocker from birth, a rocker I'll be till I die, scorching the face of the earth, bringing the music to life".

Quelques années auparavant, dans "Dragon Star", il écrivait :
"This is the way of life
As day must turn to night
this star shall fade away
as we must all one day"

Aujourd'hui 27 juillet 2018, Mark Shelton est mort.

RIP Brother, I already miss you.



Le 29/08/2018 par FINISHERFRANKY

Chronique qui me tire presque des larmes ! Je n'ai jamais écouté MANILLA ROAD ; c'est donc le parcours d'Erwin lui-même qui me touche profondément : voir qu'il lisait Enfer Magazine me fait comprendre que nous sommes de la même génération et surtout me fait mesurer le temps parcouru au long de nos lignes de vie si différentes. À l'image de son idole Mark Shelton, c'est la foi dans le Rock qui transpire de son parcours. Cet épisode marseillais raconté avec tant de passion est à l'évidence "un moment magique de vie". Un Mark Shelton à la fenêtre d'un hôtel Kyriad me fait penser au soir où j'ai vu MOTÖRHEAD devant 150 gugus dans une petite salle du fond de l'Essonne en 98 ou encore quand j'ai vu Dave Meniketti et Y&T prendre, à soixante ans, leur repas dans la cantine arrière de la petite salle du Forum de Vauréal avant de monter sur scène. La foi dans le Rock de ces types est un exemple de vie pour moi. Et celle d'Erwin qui m'apparaît donc ici bien supérieure à la mienne en est un autre. Merci Erwin.


Le 07/08/2018 par MR. MOONLIGHT

Salut Erwin, tu as eu bien de la chance de rencontrer Mark qui semble t'il était une belle personne. Je n'ai pas eu cette chance. Il est vrai que autant j'apprécie son écriture, ses thèmes, ses morceaux… Autant la production et le son des albums de MR m'ont toujours semblé en-dessous de ce qu'ils méritaient. Mais je sais à quel point Mark Shelton s'investissait dans la prod de ses disques et respecte ses choix artistiques.
Je te transmets toute mes condoléances car si moi je perds un musicien plus qu'apprécié, qui a contribué à forger mon identité musicale et mes goûts, toi il apparaît que c'était quelqu'un de proche, voire un ami.
Merci pour ton commentaire sur Weirdsound.
Je ne connaissais pas ce blog Metal.
Il est désormais dans mes favoris.
Bonne continuation.


Le 28/07/2018 par IRONGE_MAIDENT

Repose en paix guerrier de la route.


Le 28/07/2018 par MEGATHERION

Cette mauvaise nouvelle m'a pris à froid alors que je consultais tranquillement mon site Metal préféré, comme à mon habitude. C'est comme avoir pris un coup d'opinel directement au cœur... Bon sang, Mark Shelton mort, une terrible putain de mauvaise nouvelle, une de plus ! Je suis aujourd'hui un peu mort aussi. C'est un pan entière de ma vie qui s'en va avec lui.

Il est difficile de décrire pour moi tout ce que Mark et MANILLA ROAD représentaient. Je me souviens de l'achat de mon premier 33 tours, "The Deluge" un peu au hasard sans jamais avoir écouté un seul morceau du groupe. J'avais juste suivi comme bien d'autres dans les années 80 les conseils d'Enfer Magazine à l'époque où Internet n'existait pas encore. Et la superbe et intrigante pochette dessinée par Eric Larnoy m'avait aussi pas mal motivé.

Il m'a fallu du temps pour apprécier cet album qui ne ressemblait à rien de ce que j'avais pu écouter jusqu'alors. Il faut dire qu'à l'époque quand j'investissais dans un disque, je prenais le temps de bien l'écouter car je ne pouvais me permettre d'en acquérir beaucoup. Mais plus je l'écoutais, plus il me plaisait, plus il me fascinait... Et il était évident que le guitariste de ce groupe inconnu avait vraiment quelque chose de spécial, une façon de jouer unique qui fait la marque des grands.Il était en plus doté d'une voix spéciale qui ne plaisait pas à tout le monde mais qui pour ma part rajoutait à son charme. Une voix envoûtante nasillarde, grave et profonde, capable aussi de monter allègrement dans les aigus.

À partir de là je suis devenu un fan indéfectible attendant toujours avec impatience chaque nouvelle production du groupe. Orphelin pendant l'éclipse des années 90, j'avais toujours gardé espoir d'une reformation qui finit par arriver dans les années 2000.
Cette renaissance improbable a permis au groupe de sortir par la suite à nouveau quelques pépites dans une discographie que beaucoup de groupes jalouseraient. Même si j'avoue que les dernières productions des années 2010 ne m'ont plus aussi enthousiasmé qu'avant, la carrière de MANILLA ROAD et de son leader au charisme étincelant imposent le respect.

Mark, tel un valeureux guerrier viking, est à présent au Valhalla, il a mérité d'y entrer en ayant péri sur scène en brandissant une dernière fois son arme à la main, sa fameuse Warlock rouge...
Mon seul véritable regret est de n'avoir jamais pu voir le groupe en concert et de n'avoir jamais pu serrer la main de Mark et de lui dire tout le bien qu'il me procurait par son œuvre. Apparemment il faisait l'unanimité partout où il passait. Sa disparition va donc laisser un immense vide mais gageons que nous ses fans sauront perpétuer sa légende.

Ma seule maigre satisfaction est d'avoir pu modestement contribuer à faire mieux connaître le groupe avec mes quelques chroniques que Nightfall m'a permis d'écrire ici, sur ce merveilleux site. Un énorme merci encore à Erwin, fidèle et éternel défenseur du groupe, pour ce vibrant hommage à Mark et de nous avoir fait partager ces moments uniques vécus avec eux. Comme j'aurais aimé être là aussi pour vivre ces instants. Et mille fois bravo aussi à tous ceux qui ont versé leur obole pour permettre son rapatriement à Wichita. Superbe et poignant geste de solidarité.

May the Lords of Light be with you!

R.I.P. Mark Shelton.


Le 28/07/2018 par RIKKIT

Grand gratteux et artiste. RIP Mark Shelton. Up the hammers and down the nails.


Le 28/07/2018 par JEF DE LA LUNE

R.I.P Mark Shelton


Le 28/07/2018 par THORWALD

Je suis terrassé...

Mark Shelton est brusquement décédé ce 27/07/2018 d'une crise cardiaque au Headbangers Open Air Fest...
J'ai eu la chance de le rencontrer au FoS, un homme simple, fun et bienveillant, toujours proche de ses fans.

Le Barde du Metal s'est éteint, mais ses chansons résonneront pour l'éternité.

Que les Portes s'ouvrent grand pour l'accueillir.

RIP Mark Shelton 1957-2018


Le 28/07/2018 par SAPERLIPOPETTE!!

Un authentique, un vrai de vrai, pas une star. Il a consacré sa vie à MANILLA ROAD et à son amour pour le Heavy Metal. Il mérite plus que du respect.
J’espère que le monde du Metal saura lui rendre un hommage digne de son talent.

R I P Mark, il y a du monde qui t'attend en haut.


Le 28/07/2018 par JULIENB

Merci, Erwin, pour ce témoignage en forme d'hommage, ou l'inverse. Lire ça atténue un peu la peine. Je sais quoi écouter ce week-end. Et comment on dit déjà ?... May the Lords of Light be with him !!



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod