Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2017
Les Visages de la Critique : Il n'y a rien
Par POSITRON
Le 19 Décembre 2017

Les Visages de la Critique : It was a dark and stormy night...
Par DARK BEAGLE
Le 27 Novembre 2017

Hells Bells (again)
Par DARK BEAGLE
Le 18 Novembre 2017

Les Visages de la Critique : je ne suis plus un critique
Par PINPIN
Le 13 Novembre 2017

Les Visages de la Critique
Par GEGERS
Le 30 Octobre 2017

Les Visages de la Critique : le critique est lui-même
Par CHAPOUK
Le 16 Octobre 2017

Les Visages de la Critique
Par ISAACRUDER
Le 11 Octobre 2017

LINKIN PARK : l'hommage d'Alankazame
Par ALANKAZAME
Le 5 Octobre 2017

LINKIN PARK et le décès de Chester Bennington : ma pensée intérieure
Par DARK SCHNEIDER
Le 3 Octobre 2017

So Long and thanks for all the Shoes
Par CANARD WC
Le 25 Septembre 2017

Quand Mulk rend hommage à Chris Cornell : célébration de son œuvre et de sa mémoire par un fan...
Par MULKONTHEBEACH
Le 22 Mai 2017

Le critique est un défricheur-informateur
Par MEFISTO
Le 23 Février 2017

Metal Blabla, le podcast du Canard (et d’un Ours)
Par CANARD WC
Le 8 Février 2017

Le critique est un vampire
Par ISAACRUDER
Le 3 Février 2017

Les vœux de la team
Par ISAACRUDER
Le 2 Janvier 2017

Les Visages de la Critique : Il n'y a rien
Par POSITRON le 19 Décembre 2017 Consulté 1017 fois

Il n'y a rien.

Le son démarre.

Et puis soudain quelque chose. A t'il plu ? A t'il neigé ? Le métro était-il plus puant qu'à l'ordinaire ? Les gens y étaient-ils moins détestables ? Ai-je perçu quelque résonance entre le monde qui m'entoure et un air familier ?

Il y a un déclic, une illumination. Il faut écrire, vite, écrire pour dire, narrer, raconter ce que l'on a compris, écrire pour comprendre davantage. Écrire pour vivre, écrire pour faire vivre la musique sous ses mots, pour l'habiller comme d'une parure, d'une décoration, d'une flatterie. Sentir la phrase couler sous ses doigts en harmonie avec le son coulant dans ses oreilles. Parler de la musique, parler de soi, parler du passage de la musique en soi, parler de son sillage et de son effet. Être digne de ce sentiment élevé, être digne d'être de cette espèce de tas de chair grotesques certes, mais d'une espèce de tas de chair capable d'art. Ou bien faire volte-face et alors comme un censeur soviétique s'en moquer, la tourner en ridicule. De son mépris stalinien écraser une expression artistique, l'afficher au pilori et se faire crieur public.

"Approchez ! Approchez ! Voyez, sentez, touchez l'étron ! N'est il pas laid ? N'est il pas repoussant ? N'est-il pas visqueux ? N'empeste t-il pas la crasse du boyau ? Ah quelle épouvantable colique a t'il fallu pour déféquer telle merde !" C'est un plaisir mauvais, et de courte durée, la schadenfreude du chroniqueur frustré de n'avoir entre ses mains de quoi faire l'éloge - car le chroniqueur ne rêve que d'éloge -. Hélas il faut bien chroniquer le mauvais, informer sur le détestable, disserter le moyen, analyser le passable. Qu'est ce qu'un monde où tout est excellent ? Cinq étoiles ? Neuf sur dix ? Un monde ou rien ne l'est. Je te méprise, toi l'éternel satisfait, toi l'indécevable. La vie est trop courte pour ne pas découvrir, le monde trop laid pour ne pas chercher, l'art trop vaste pour ne pas creuser toujours plus profond, trouver mieux, toujours découvrir, toujours apprendre, comprendre, vivre.

Armé de ma seule subjectivité, secondé par un sens de l’ouïe déficient – humain, trop humain – car incapable de transmettre avec exactitude les ondes sonores à mon cerveau, je suis déjà perdu, battu d'avance par la colossale quantité d’œuvres à la minute, par les millions d'heures de travail effectuées en amont et par les millions d'heures d'écoute à effectuer en aval. Explosé, impuissant, ridicule le chroniqueur. David contre Goliath. Lucifer contre Yahweh. L'homme face à l'infini. Il y a trop de mots à entendre, trop de notes à lire pour une vie. Ou est-ce l'inverse ? La mort trop longue ? Les notes à écouter ? Je ne sais plus.

Mes mots sont là, ils sont imparfaits, ils sont affreusement humains. Je les relis. Ils sont laids, hideux, répugnants. Je les rejette, je les renie. Je les hais. Et je dois m'y faire. Si le plus mauvais, le plus ridicule des artistes a eu assez de courage pour publier ses ratés qui sont quand même une œuvre, qui suis-je pour être pudique ? Que sont mes scribouilleries, mes commentaires, mes notes de bas de page, mes minuscules postfaces rédigées dans un état second ? Rien. Rien que ma relation à l’œuvre. Rien que la possibilité pour autrui d'accéder à l’œuvre, de pressentir et de désirer son impact. Rien que pour moi la possibilité pour moi de devenir un peu plus humain. Rien que la possibilité pour un lecteur de le devenir lui aussi, sans que j'en ai conscience. Ce sont des raisons suffisantes. Il est une heure du matin, je suis confortablement engourdi. Je clique sur envoyer. Je commence à oublier.

C'est la fin. Le son se tait. Les images disparaissent.

Il n'y a plus rien.




             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod